dimanche , 24 juin 2018
Accueil / International / Amérique / Harcèlement sexuel : Luiz LOURES annonce son départ de l’agence ONUSIDA

Harcèlement sexuel : Luiz LOURES annonce son départ de l’agence ONUSIDA

Luiz Loures « a fait part de son souhait au directeur exécutif de l’Onusida de ne pas demander le renouvellement de son mandat », a indiqué l’agence dans un communiqué. M. Loures, ressortissant brésilien, « achèvera son mandat (…) à la fin du mois de mars 2018 », est-il précisé. Le porte-parole de l’Onusida, Mahesh Mahalingam, a affirmé aux journalistes que la décision de M. Loures n’a aucun lien avec les allégations le visant. Une employée de l’agence affirme que M. Loures l’a harcelée à de multiples reprises depuis 2011 et l’a même agressée dans un ascenseur en 2015 dans un hôtel de Bangkok, où se tenait une conférence d’Onusida.

Le directeur exécutif adjoint d’Onusida, accusé d’agression sexuelle par une employée, mais blanchi par une enquête interne de l’ONU, a annoncé vendredi son départ de l’agence.

Luiz Loures « a fait part de son souhait au directeur exécutif de l’Onusida de ne pas demander le renouvellement de son mandat », a indiqué l’agence dans un communiqué.

M. Loures, ressortissant brésilien, « achèvera son mandat (…) à la fin du mois de mars 2018 », est-il précisé.

Lors d’un point de presse à Genève, le porte-parole de l’Onusida, Mahesh Mahalingam, a affirmé aux journalistes que la décision de M. Loures n’a aucun lien avec les allégations le visant, en s’appuyant sur les conclusions de l’enquête interne.

Une employée de l’agence affirme que M. Loures l’a harcelée à de multiples reprises depuis 2011 et l’a même agressée dans un ascenseur en 2015 dans un hôtel de Bangkok, où se tenait une conférence d’Onusida.

Une enquête menée par le Service d’évaluation et d’audit (IOS) des Nations unies a estimé qu’il n’existait pas de preuves suffisantes pour étayer ces accusations.

Mais selon des militants et un avocat spécialisé dans ce type de dossiers, l’enquête n’a pas été bien menée.

L’IOS a critiqué le directeur exécutif d’Onusida, Michel Sidibé, pour avoir tenté de résoudre cette affaire discrètement, en organisant une rencontre entre l’accusatrice et l’accusé, alors même qu’une enquête était en cours.

La décision de M. Loures survient au lendemain de l’annonce de la démission du numéro deux de l’Unicef, le Britannique Justin Forsyth, accusé de comportement inapproprié envers des femmes alors qu’il travaillait pour l’organisation Save the Children.

[Afp]

A lire aussi

Congo : Des villages rasés et des champs vides attendent les déplacés

La jungle a pénétré dans des champs non labourés. Il s’est glissé sur des maisons …

Laisser un commentaire