lundi , 27 mai 2019
Accueil / Élections / RDC : La MONUSCO rejette la machine à voter
Florence Marshal, porte-parole de la Monusco, lors d'une conference de presse.
Florence Marshal, porte-parole de la Monusco, lors d'une conference de presse.

RDC : La MONUSCO rejette la machine à voter

Dernière mise à jour, le 24 février 2018 à 01:54

Florence Marshal, porte-parole de la Monusco, face à l’interrogation de savoir si la mission onusienne pourrait s’exercer à la certification de la machine à voter, a clairement répondu en deux phases. Primo, aucune demande, jusque-là, n’a été formulée en ce sens. Secundo, les actes posés par la Monusco sont décrits dans sa feuille de route contenue, pour le moment, dans la dernière Résolution du Conseil de Sécurité qui donne les contours du mandat de cette mission de l’ONU en RDC. La Résolution 2348, justement, s’astreint à parler que  »d’une aide logistique à apporter à la Commission Électorale Nationale Indépendante -CENI ». Bref, sauf autres directives de la hiérarchie coulées dans une nouvelle Résolution, la Mission des Nations Unies au pays ne compte donc pas certifier la machine à voter. Mieux, cela ne le concerne pas puisque n’entrant pas dans sa feuille de route.

Il ne se passe plus une seule journée en République Démocratique du Congo sans que l’on se triture les méninges sur les contours de l’impasse électorale et du processus électoral. Réflexions qui, ces jours-ci, se concentrent sur les controverses autour de la machine à voter. Même au Conseil de Sécurité, à des milliers de Kilomètres de Kinshasa, les voix ne résonnent pas à l’unisson.

Voix de la sagesse

Au feu des contradictions, c’est des Evêques catholiques qu’est sortie la voix de la sagesse sur le brûlant dossier de la machine à voter dont le décor de l’usage posé par la CENI parait irréversible d’après certaines allégations attribuées à Corneille Nangaa Yobeluo. C’est pour éviter que les élections prévues au mois de décembre 2018 n’aient à être boudées à cause du recours à cette machine que les princes de l’Eglise Catholique, à travers la CENCO, ont recommandé à la centrale électorale d’accepter la certification par des experts avérés, d’ici ou d’ailleurs, de  »cette machine  » dit à voter par la CENI, à  »tricher » par l’opposition radicale et, presque qualifiée de  »machine source de contestation des verdicts des urnes » par les Usa et Cie.

Nangaa d’accord mais…

La recommandation de la certification n’est plus à percevoir comme une idée lancée sans écho retour par les Evêques catholiques. Le retour a été favorable du côté de la CENI. C’est le cas puisque la Commission Electorale Nationale Indépendante, engagée par son président Nangaa, n’est pas opposée à cela d’autant qu’il s’agit là d’une approche participative. Mais, seulement, seule la CENI devra détenir le mot final, a dit Nangaa.

Sujet brûlant

Qui va opter de saisir la balle au bond pour s’exercer à la certification de la machine à voter choisie par la CENI? La question a des multiples contours et conséquences tant les enjeux sont importants. Comment valider les échantillons sans pouvoir faire la même vérification sur la série ? Où se fera cet examen ? A la CENI, en RDC, ou à l’entreprise-mère en Corée du Sud ? Ces interrogations, la Monusco n’aura pas à se les poser, encore moins à y répondre. Ce, jusqu’à ce qu’une nouvelle résolution venue de New York n’ait à ordonner le contraire. A présent que la mission onusienne n’est pas partante, l’opinion devrait se tourner vers d’autres structures telles l’OIF et, enfin, l’ONU, elle-même. Y aura-t-il seulement une seule organisation qui acceptera l’épreuve de la certification ?

New York en désaccord

A l’ONU, l’option du rejet de la machine à voter est encore persistante. Assez aisément, l’opinion se souvient des propos de Nikki Haley, la voix de l’Amérique au Conseil de Sécurité. Avant de rêver voir la Monusco être habilitée à faire une quelconque certification, il faudra que les violons soient accordés à New York sur la voix optée par les Evêques catholiques. Car, en effet, lors de la séance sur le processus électoral, toutes les nations n’ont pas émis sur la même longueur d’onde.

[Danny Ngubaa]

A lire aussi

Ebola : Situation précaire en RDC

La situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola demeure toujours précaire. Vingt- et-une personnes …

Laisser un commentaire