mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Société / Éducation / RDC : l’Occident maintient la pression pour l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre

RDC : l’Occident maintient la pression pour l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre

La tension qui prévaut en RDC avec un décor de crise, planté entre l’Opposition qui exige un processus électoral apaisé découlant de l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre 2016 et la Majorité présidentielle, préoccupe le monde occidental. C’est ce qui explique les contacts permanents entre les diplomates occidentaux et les animateurs des institutions congolaises. Dans le fond, l’Occident qui maintient la pression pour l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre, reste dans la dynamique de pousser Kinshasa à agir davantage dans le volet de la décrispation politique. Un chapitre qui est resté pratiquement un voeu pieux.

Les contours ainsi que les derniers détails cheminant vers les élections en République démocratique du Congo ont été au menu de la rencontre entre le speaker de la Chambre basse du Parlement et trois diplomates occidentaux.

La tension qui prévaut en République démocratique du Congo avec un décor de crise, planté entre l’Opposition qui exige un processus électoral apaisé découlant de l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre 2016 et la Majorité présidentielle, préoccupe le monde occidental.

C’est ce qui explique les contacts permanents entre les diplomates occidentaux et les animateurs des institutions congolaises. C’est dans ce registre que s’inscrit la rencontre, lundi 22 janvier, au Palais du peuple, entre le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, et les ambassadeurs respectivement de la Russie, de la Grande Bretagne et l’envoyée spéciale de la Suède dans les pays des Grands Lacs. Dans le fond, l’Occident qui maintient la pression pour l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre, reste dans la dynamique de pousser Kinshasa à agir davantage dans le volet de la décrispation politique. Un chapitre qui est resté pratiquement un voeu pieux.

Des arrestations arbitraires, l’insécurité et tant d’autres abus vécus au quotidien ne peuvent nullement faciliter la décrispation. Ce qui pousse l’Opposition et même la Société civile au travers les laïcs catholiques à considérer qu’il ne s’agit que d’une question de la volonté du pouvoir en place. L’on dénonce encore le rétrécissement de l’espace démocratique.

Ce qui est attendu comme geste de  » décrispation politique « , n’a été finalement qu’une ouverture trompe l’oeil. Les prisonniers et exilés politiques repris dans l’accord de la CENCO ne sont pas libérer et d’autres ne peuvent toujours pas retourner librement dans leur pays. Un tableau qui fait douter sur la tenue des élections démocratiques.

Cependant, à la Majorité, on argumente qu’un accord est un compromis dont la mise en oeuvre n’est pas du coup de façon mécanique.

NANGAA CONSULTE AU GHANA

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa, s’est rendu dimanche 21 janvier au Ghana. Selon une source proche de cette institution d’appui à la démocratie relayée par l’Agence congolaise de presse (ACP), il devait rencontrer les membres du Conseil des Eglises au Ghana. Cela,  » en vue d’échanger des vues sur les contestations électorales « .

En effet, la tension est montée d’un cran autour du processus électoral en République démocratique du Congo (RDC). Cela, à la suite du bras de fer entre la Majorité présidentielle et l’opposition congolaise, notamment concernant le respect des clauses de l’Accord de la Saint-Sylvestre. La crise a empiré avec la série des marches pacifiques du Comité laïc de coordination (CLC) réprimées dans le sang par les forces de sécurité.

Pour rappel, le Comité laïc de coordination a organisé, malgré l’interdiction du pouvoir en place, une marche pacifique, le 31 décembre à travers toute la République.

Le bilan de cette marche a porté sur au moins sept morts et une centaine d’arrestations ainsi que plusieurs blessés. Plus de 6 morts  » de trop  » ont été enregistrés lors de la deuxième marche pacifique du dimanche 21 janvier. Comme en pareille circonstance, plusieurs personnes dont les prêtres catholiques ont été interpelées.

Tout compte fait, certains observateurs estiment que la rencontre de Corneille Nangaa avec les membres du Conseil des Eglises du Ghana fait suite, notamment à la tension créée par le bras de fer de la Majorité présidentielle avec l’Eglise catholique, à travers sa structure du CLC. Par ailleurs, il sied de noter que le Conseil des ministres a évalué, le lundi 22 janvier, le processus électoral. Le vice-président et le rapporteur général de la Céni ont été invités à cette réunion.

Le nombre des électeurs enrôlés a atteint 45 947 401. Au Kasaï, plus de trois millions d’électeurs ont été enrôlés. L’opération d’enrôlement et d’identification d’électeurs dans cette partie de la République se clôture, sauf imprévu, le 31 janvier.

[LP]

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer