vendredi , 25 septembre 2020
Accueil / Business / Le rôle capital de la jeunesse pour le redécollage de RDC

Le rôle capital de la jeunesse pour le redécollage de RDC

Des jeunes cadres dans divers domaines se sont réunis, samedi à l’hôtel Béatrice, à Kinshasa, dans un forum axé sur  » Le rôle participatif de la jeunesse au redressement socioéconomique de la République démocratique du Congo « . Dans son discours d’ouverture, le promoteur du forum, a souligné le rôle capital de la jeunesse pour le redécollage du pays.  » On ne le dira jamais assez que la jeunesse porte une responsabilité quasi- existentielle pour l’avenir de toute société à cause du potentiel qu’elle regorge en termes d’énergies intellectuelles, inventives et créatrices, en termes de détermination et d’innovation, en termes d’imagination, en termes démographique… « , a-t-il fait savoir.

Axé sur le rôle participatif de la jeunesse au redressement socioéconomique de la RDC, le Forum des jeunes cadres a été une opportunité pour les participants de nourrir le souci et la bonne volonté de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Des jeunes cadres dans divers domaines se sont réunis, samedi 20 janvier à l’hôtel Béatrice, à Kinshasa, dans un forum axé sur  » Le rôle participatif de la jeunesse au redressement socioéconomique de la République démocratique du Congo « . Dans son discours d’ouverture, le promoteur du forum, Serge Kadima Luabeya, a souligné le rôle capital de la jeunesse pour le redécollage du pays.

 » On ne le dira jamais assez que la jeunesse porte une responsabilité quasi-existentielle pour l’avenir de toute société à cause du potentiel qu’elle regorge en termes d’énergies intellectuelles, inventives et créatrices, en termes de détermination et d’innovation, en termes d’imagination, en termes démographique… « , a-t-il fait savoir.

Pour Serge Kadima, ce rendezvous des jeunes se veut véritablement un espace de réflexion économique et sociale et, en même temps, un cadre d’échanges, qui a, autant, manqué aux jeunes, pour s’enrichir des expériences des autres à travers le véritable réseautage à créer.  » En mai 2017, s’est tenue à Durban en Afrique du Sud la vingt-septième édition du Forum économique mondial sur l’Afrique. Devant un parterre de diplomates et dirigeants d’entreprises, il a été prononcé un discours sur la nécessité de créer des emplois pour les jeunes du continent.

En effet, les jeunes ont été très clairs en appelant leurs dirigeants à aborder les problèmes d’exclusion, de pauvreté et de chômage. Il a été, du reste, reconnu que « l’Afrique est un continent jeune, un continent promis à un brillant avenir si on investit correctement dans la jeunesse « .

CHANGEMENTS NÉCESSAIRES POUR UNE PROSPÉRITÉ À LONG TERME

Tout compte fait, l’Afrique subsaharienne est la région la plus jeune du monde avec environ 60% de la population ayant moins de 25 ans. Près de 20 millions de diplômés devraient entrer chaque année sur le marché du travail de la zone, selon les estimations du Forum économique mondial « , a rappelé le promoteur du Forum.

Ainsi, Serge Kadima soutient qu’il est de la responsabilité des jeunes cadres de la RDC à mettre en place des canaux pour capitaliser ce marché des jeunes.  » Pour ça, les chapelets d’intention ne suffisent pas. Il n’y a aucun prétexte, ni hypothèse possible pour attendre. Il faut agir ! Eh bien pour agir, il est préférable de réfléchir. C’est ce qui explique la présente rencontre « , a-t-il argumenté. Le Forum des jeunes cadres a ainsi été une opportunité pour proposer des changements nécessaires pour une prospérité à long terme.  » La RDC a besoin de nos énergies et de nos intelligences. Chacun dans sa sphère d’activités devrait avoir le souci et la bonne volonté de donner le meilleur de luimême. De la sorte, notre unité sera, à coup sûr, la préfiguration du Congo de demain. Nous devons donc nous garder des clichés éculés et stéréotypes caricaturaux qui nous feraient perdre le fil conducteur face aux enjeux présents et futurs car, en dernière analyse, la raison nous viendra en aide et le réalisme sera l’ultime recours « , a-t-il plaidé avant d’expliquer que pour avoir une économie solide qui permette à la population de vivre dans des conditions humainement acceptables, il y a lieu de booster la croissance laquelle reposerait sur une industrie dynamique.  » Cette donne a besoin des bras valides et qualifiés. Ce qui justifie qu’avec une jeunesse bien formée et en bonne santé, il y a forte chance de constituer un ressort important pour la croissance et l’industrie congolaise « , a soutenu Serge Kadima.

Passant en revue des indicateurs macroéconomiques sur l’évolution de l’économie du pays, le promoteur du forum a ressorti la crise économique qui a vu le jour en début 2015, une crise qui ne doit pas ébranler le morale des jeunes cadres, car le pays a connu bien plus que ça, a-til encouragé.  » Plus que jamais il est venu le moment de réfléchir sur le mécanisme à mettre en place pour réduire la vulnérabilité de notre économie en mettant en valeur son potentiel de croissance et la mettre au service du bien-être de la population grâce a une création massive d’emploi et une diversification de l’offre « , a conclu Serge Kadima.

[PITSHOU MULUMBA]

A lire aussi

RDC : Baisse du taux de croissance économique

Le taux de croissance économique en République démocratique du Congo (RDC) va decrescendo, atteste le …

Laisser un commentaire