mercredi , 30 septembre 2020
Accueil / Afrique / Décrispation politique : Kagamé peut jouer un rôle positif en RDC

Décrispation politique : Kagamé peut jouer un rôle positif en RDC

L’Union africaine est appelée à prendre des décisions courageuses en faveur des populations civiles dont les droits les plus élémentaires sont chaque jour piétinés par des régimes qui répugnent tout courant démocratique. Cela en posant des actes allant dans le sens de la paix et du développement des pays membres. Pour le cas spécifique de la RDC, Paul Kagamé, qui connaît bien le microcosme politique congolais, peut jouer un rôle positif dans ce dossier. Malheureusement, le chef de l’État rwandais n’est pas un modèle de démocrate. On sait de quelle manière il est arrivé à la magistrature suprême dans son pays, comment il a procédé à des tripatouillages de la Constitution et comment il muselle l’opposition et la classe politiques. Qu’à cela ne tienne. Diplomatiquement, l’UA pourrait amener Kinshasa à accepter l’application de toutes les mesures de décrispation politique contenues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Le 30ème Sommet de l’Union africaine (UA) a vécu. Les rideaux sont tombés hier 29 janvier à Addis-Abeba, en Éthiopie. Comme d’habitude, les chefs d’État et de gouvernement ont brillé par des déclarations fracassantes pour faire plaisir non seulement aux participants mais aussi à tout celui qui les écoutent.

Dans tous les cas, il est révolu le temps où l’on cherchait à se faire applaudir pour avoir prononcé des discours creux, loin de passer de la parole aux actes. Au nouveau président de l’UA, le chef de l’État rwandais, Paul Kagamé, de se saisir de  »dossiers sensibles » de ses homologues qui cherchent à s’éterniser au pouvoir au terme de leur mandat constitutionnel. Il est appelé à impliquer l’Union africaine dans ces dossiers susceptibles d’embraser plusieurs pays, surtout d’Afrique noire.

L’Union africaine, qui ne doit plus être un syndicat de chefs d’État, comme l’a souligné le président sortant, le Guinéen Alpha Condé, est appelée à prendre des décisions courageuses en faveur des populations civiles dont les droits les plus élémentaires sont chaque jour piétinés par des régimes qui répugnent tout courant démocratique. Cela en posant des actes allant dans le sens de la paix et du développement des pays membres.

Pour le cas spécifique de la RD Congo, Paul Kagamé, qui connaît bien le microcosme politique congolais, peut jouer un rôle positif dans ce dossier. Malheureusement, le chef de l’État rwandais n’est pas un modèle de démocrate. On sait de quelle manière il est arrivé à la magistrature suprême dans son pays, comment il a procédé à des tripatouillages de la Constitution et comment il muselle l’opposition et la classe politiques.

Qu’à cela ne tienne. Diplomatiquement, l’UA pourrait amener Kinshasa à accepter l’application de toutes les mesures de décrispation politique contenues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre. Notamment la libération sans condition de tous les détenus politiques et la fin de l’exil des opposants menacés d’arrestation. L’UA ayant le devoir d’agir.

A lire aussi

Les oubliés : Chronique des Héros de Wenge Musica

C’est le nom de cette chronique qui retrace dans les moindres détails les noms et …

Laisser un commentaire