mardi , 22 mai 2018
Accueil / Élections / Référendum : La MP de « Kabila » peaufine sa stratégie électorale
Aubin MINAKU, SG de la Majorite présidentielle de RDC
Aubin MINAKU, SG de la MP de "Joseph KABILA"

Référendum : La MP de « Kabila » peaufine sa stratégie électorale

La MP peaufine sa stratégie électorale. Au PPRD, premier parti politique de la MP, c’est déjà la veillée d’armes. Dans un format restreint, le PPRD se prépare déjà à une profonde restructuration. Dans ses statuts, qui devront être soumis au débat au cours d’un congrès prévu cette année, le PPRD prévoit de se doter d’un président. Un poste qui devrait, en toute logique, revenir à son autorité morale, le chef de l’État, Joseph Kabila. Sur le terrain, Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, a entamé des consultations avec les principaux partis de la Majorité. Incessamment, la MP devrait se retrouver autour de son autorité morale, le président Joseph Kabila, pour définir la ligne politique à suivre en cette année de fortes tensions politiques. C’est dire que, dans la MP, on ne dort pas sur ses lauriers. Tout est étudié minutieusement – jusqu’au schéma le plus surréaliste, comme celui de se lancer dans le referendum constitutionnel.

La loi électorale révisée ayant été promulguée, en faisant une parte belle à la Majorité présidentielle qui est parvenue à imposer le seuil de représentativité de 1% aux législatives nationales, assorti d’une caution équivalent à 1.000 Usd, la famille politique du chef de l’État planche sur un autre schéma électoral.

La MP craint pour sa survie aux élections de décembre 2018. À cet effet, elle reste toujours accrochée à l’idée d’un référendum constitutionnel. En interne, elle se prépare pour lancer cet assaut final. La restructuration du PPRD, qui devrait bientôt se doter d’un président – sans doute le chef de l’État Joseph Kabila – et le travail de ratissage qu’a entamé Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, tiennent à cette logique. Reste à impliquer la Céni pour réussir le coup.

Des analystes de la Majorité présidentielle sont en intense activité depuis un temps. En effet, dans son schéma d’affaiblir davantage l’opposition – ce qu’elle a d’ailleurs réussi – pour s’ouvrir un grand boulevard aux prochaines élections, la famille politique du chef de l’État n’a pas prévu la donne de l’église catholique. L’implication de l’église catholique a tout chamboulé, plongeant la MP dans le désespoir.

Dans l’entourage du chef de l’État, l’on s’active à trouver le plus rapidement possible une solution de rechange pour se relancer. Des analystes y travaillent jour et nuit. Selon certaines confidences glanées dans les milieux de la MP, il y a un schéma électoral qui la captive désormais : court-circuiter le cycle électoral en actionnant la machine du référendum. Mais, comment y arriver ? C’est tout le problème.

Et dans la MP, on ne manque pas d’imagination. Avec une Céni (Commission électorale nationale indépendante) acquise à sa cause, la MP espère réaliser son coup. Il faut néanmoins donner une raison valable à Corneille Nangaa, président de la Céni, pour s’engager sur cette voie. Dans la MP, la consigne est donnée. Il faut tenter le tout pour le tout pour ne pas perdre la face, eu égard à la forte pression populaire qui s’accroit au jour le jour.

De son côté, au CLC (Comité laïc de coordination), qui bénéficie désormais d’un important soutien populaire, on n’attend pas non plus baisser les bras. Dans la MP, on craint le pire qui serait éventuellement la perte de la légitimité – du reste désuète – issue des élections de 2011. Il faut parer au plus pressé. Du coup, on estime que le scenario idéal soit de ramener la tenue d’élections avant décembre 2018, soit actionner le référendum constitutionnel pour préparer un nouvel ordre constitutionnel.

Face à une opposition en état de désintégration très avancée, la MP pense s’offrir une nouvelle légitimité par voie de référendum.



Minaku ratisse large

La MP peaufine sa stratégie électorale. Au PPRD, premier parti politique de la MP, c’est déjà la veillée d’armes. Dans un format restreint, le PPRD se prépare déjà à une profonde restructuration. Dans ses statuts, qui devront être soumis au débat au cours d’un congrès prévu cette année, le PPRD prévoit de se doter d’un président. Un poste qui devrait, en toute logique, revenir à son autorité morale, le chef de l’État, Joseph Kabila.

Sur le terrain, Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, a entamé des consultations avec les principaux partis de la Majorité. Incessamment, la MP devrait se retrouver autour de son autorité morale, le président Joseph Kabila, pour définir la ligne politique à suivre en cette année de fortes tensions politiques.

C’est dire que, dans la MP, on ne dort pas sur ses lauriers. Tout est étudié minutieusement – jusqu’au schéma le plus surréaliste, comme celui de se lancer dans le referendum constitutionnel. Autrement dit, la MP mise sur tout ce qui pourrait lui permettre non seulement de conserver le pouvoir, mais surtout de garantir l’avenir politique de son autorité morale.



Donner des arguments à Nangaa

Comment la Céni va-t-elle s’y prendre ? C’est la grande interrogation. Si techniquement, la Céni ne voit pas comment elle pourrait motiver sa décision de court-circuiter le processus électoral avant l’échéance de décembre 2018 qu’elle s’est fixée dans son calendrier du 5 novembre 2017, ce n’est pas pour autant que la MP s’avoue vaincue. Bien au contraire.

Lancé par l’aile la plus radicale de la MP, le projet semble avoir trouvé un écho favorable au sein de la famille politique du chef de l’État. La MP pense notamment à ce qu’elle pourrait en tirer comme dividende politique.

Entre le référendum et la tenue d’élections en décembre 2018, la MP est tiraillée entre la survie et le naufrage. Dans tous les cas, elle compte sur le soutien indéfectible de Corneille Nangaa pour expérimenter en temps utile le sésame de la révision constitutionnelle par voie référendaire. À ce propos, il y a des signes qui ne trompent pas. Le plus évident est que le rappel des troupes au sein de la MP, précédé auparavant par la restructuration du PPRD pour donner une nouvelle stature au président Joseph Kabila. Sans doute, la MP prépare-t-elle un coup. On en saura un peu plus dans les jours et mois à venir.

[le Potentiel]

A lire aussi

Kidnapping : Nouvelle arme de survie des milices en RDC

Le kidnapping devient une nouvelle arme de survie des milices en République démocratique du Congo. …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer