mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Élections / RDC, un Non-État

RDC, un Non-État

Les excès du pouvoir en place à Kinshasa font que les Congolais ne peuvent plus se taire face aux injustices, à la pauvreté généralisée et à l’insouciance de la classe dirigeante.

Malgré la répression, les intimidations, les arrestations arbitraires, l’achat des consciences des adversaires politiques, il reste toujours des Congolais capables de dénoncer, haut et fort, la mal gouvernance en République démocratique du Congo.

À l’instar de l’Église catholique qui ne ménage aucun effort pour dénoncer toutes les tentatives dictatoriales de la majorité au pouvoir, l’Église du Christ au Congo (ÉCC) se joint à la lutte pour l’avènement d’un État de droit en RDC.

Alors que l’Église catholique était sous la sellette depuis la marche des chrétiens du 31 décembre 2017 exigeant la libération du processus électoral et l’avènement d’un  » Congo nouveau « , où il existe un État de droit, l’ÉCC a attendu le bon moment pour se replacer au centre de la société congolaise.

Et, le moment choisi a été la commémoration du 17ème anniversaire de l’assassinat de M’zee Laurent-Désiré Kabila, le 16 janvier 2018. Dans une cathédrale du Centenaire pleine comme un oeuf avec au premier rang toute la classe dirigeante, à l’exception du président de la République, l’officiant du jour, le révérend François-David Ekofo, a fait un sermon qui passe pour un uppercut contre le régime de Kinshasa.

Devant le président de l’Assemblée nationale, représentant personnel du chef de l’État, le président du Sénat, le Premier ministre, les députés et sénateurs, les membres du gouvernement, les responsables des institutions d’appui à la démocratie, le président du Conseil national de suivi de l’Accord ainsi que tous les cadres de la Majorité présidentielle, le révérend Ekofo a dit que  » l’État n’existe pas vraiment  » au Congo.

Exemples à l’appui, le prédicateur a démontré l’inexistence de l’État congolais dans la gestion du pays, où les lois ne sont pas respectées et la justice bafouée. Cette interpellation frontale met à nu le bilan négatif de 16 ans de règne du pouvoir actuel, jusqu’à faire de la RDC un  » Non-État « .

[Le Potentiel]

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer