mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Élections / G7 – Rassop : Divorce ?
Pierre LUMBI OKONGO, membre G7 RDC
Pierre LUMBI OKONGO

G7 – Rassop : Divorce ?

Entre le G7 et le Rassop le divorce n’est pas à l’ordre du jour. Il s’agit juste d’un travail de recadrage en interne pour consolider davantage le front commun de l’opposition autour de la mise en oeuvre de l’Accord politique du 31 décembre 2016. Au-delà de la lettre de Pierre Lumbi, coordonnateur du G7, à Félix Tshisekedi, président du Rassop, c’est toute la plateforme qui cherche à se refaire une nouvelle identité pour mieux négocier les prochaines échéances politiques.

Tendrait-on déjà vers une rupture entre Félix Tshisekedi, président du Rassop, et le G 7 ? Dans la ville haute, la dernière lettre de Pierre Lumbi, coordonnateur du G7, à Félix Tshisekedi a été interprétée de diverses manières. Dans les rangs de la Majorité présidentielle et de l’Opposition qui siège au gouvernement, on s’est vite frotté les mains, espérant avoir fragilisé l’un des derniers bastions de l’Opposition congolaise. En réalité, il n’en est rien.

Au G7, on reste formel sur un point. Membre fondateur du Rassop, le G7 continue à clamer son appartenance à ce grand regroupement politique. Il n’attend pas se dédire par rapport aux engagements souscrits en juin 2016 lors de la création à Genval (Belgique) de cette grande plateforme de l’Opposition.

 » La lettre de Pierre Lumbi à Félix Tshisekedi ne marque pas un divorce avec le Rassop. Ce n’est pas non plus le signe d’une rupture au sein du Rassop. Loin de là. C’est juste un appel au recadrage de la ligne politique du Rassop pour éviter toute dispersion d’énergies « , a indiqué sous le sceau de l’anonymat un haut cadre du Rassop. Même son de cloche au G7, où on tente de calmer le jeu, après la vague d’interprétations de la lettre de Pierre Lumbi à Félix Tshisekedi.

Pour l’essentiel, les digues du Rassemblement sont bien en place, rassure-t-on en interne. On exclut par ailleurs toute forme de fracture. Mais, l’on reste convaincu que le Rassop sortira totalement ragaillardi de ses contradictoires – du reste secondaires. Dans le fond, l’esprit de Genval est bien intact.

QUE RÉCLAME LE G7

Avec un peu de recul, on commence à comprendre ce que réclame exactement le G7. En effet, depuis sa rupture avec la Majorité présidentielle, le G7 s’est toujours réclamé grand défenseur de la Constitution. Ce qui lui a valu d’ailleurs l’exclusion de la MP par le fait d’être opposé ouvertement à la possibilité d’un 3ème mandat de Joseph Kabila.

Pendant les pourparlers directs du Centre interdiocésain parrainés par la Cenco, le Rassop, avec en son sein le G7, est parvenu à obtenir des dispositions intangibles sur lesquels repose l’Accord du 31 décembre 2016.

Il s’agit notamment de l’impossibilité d’un quelconque référendum constitutionnel et la disqualification du président Kabila à la prochaine présidentielle en vue de réclamer un 3ème mandat.

A ce jour, ce sont ces garanties qui donnent à l’Accord du 31 décembre 2016 toute sa substance. Ce sont également ces mêmes garanties que la MP redoute.
Prenant le caractère irréversible de l’Accord, au moment où le monde entier s’est rangé derrière l’Eglise catholique pour en réclamer la mise en oeuvre intégrale, le G7 note que tout le Rassop devrait s’aligner derrière l’Accord du 31 décembre 2016 pour la tenue d’élections libres et véritablement transparentes.

A ce titre, réclamer une transition sans Kabila, comme le clament certaines composantes du Rassop, ce serait offrir des arguments à la MP laquelle pourrait s’en servir pour brandir à nouveau le spectre d’un référendum constitutionnel.

L’ACCORD DU 31 DÉCEMBRE 2016 OU RIEN

Au G7, on estime que le Rassop devrait consacrer toute son énergie à la mise en oeuvre intégrale de l’Accord du 31 décembre 2016. Toute autre stratégie qui s’écarte de cette évidence serait contreproductive et totalement profitable à la MP qui ne ménage d’ailleurs aucun effort pour trouver une issue en vue d’accorder un 3ème mandat à son autorité morale, Joseph Kabila.

De ce point de vue, le Rassop doit s’ouvrir. Il ne peut s’embourber dans des querelles intestines qui ne l’avancent pas. Depuis sa création à Genval, suivie de la mort brutale en février 2017 de son initiateur, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le Rassop a résisté et est parvenu à surmonter plusieurs épreuves.

Au moment où le bout du tunnel se profile à l’horizon qui mène à l’alternance, le Rassop doit se ressaisir, en refusant de prêter le flanc à ceux qui, dans les rangs de la MP et de l’Opposition qui siège au gouvernement, ne jurent que par sa désintégration. A ce titre, la lettre de Lumbi à Tshisekedi est un appel à la raison de tout le Rassop.

Ci-dessous, l’intégralité de cette lettre.

[L POTENTIEL]

GROUPE DES 7 PARTIS POLITIQUES

Kinshasa, le 09 janvier 2018

A Monsieur le Président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement à Kinshasa / LIMETE

Objet : position du Rassop sur l’Accord du 31 décembre 2016

Monsieur le Président,

A cette étape importante de notre lutte commune pour la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, il est fondamental que nos points de vue soient toujours harmonisés sur les questions essentielles notamment de stratégies et de communication de manière à renforcer notre unité et l’efficacité de notre action.

Dans ce sens, le G7 estime notamment qu’il convient que nous ayons le même entendement sur le sort de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 à la date de ce jour ainsi que sur les voies et moyens d’atteindre l’objectif stratégique de  » la transition sans Kabila « . Nous devrions aussi convenir des éléments de langage à tenir quant à ce.

A cet effet, le G7 vous propose de convoquer, sans tarder, une réunion des composantes de notre famille politique dans le format le plus approprié.

Le G7 vous saura gré de bien vouloir accorder à la présente toute l’attention et la diligence qu’elle requiert. Il vous réitère sa franche collaboration.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre considération très distinguée.

Le Président en exercice du G7
Pierre LUMBI OKONGO

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer