mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Élections / 31 décembre : La Monusco condamne la répression des mercenaires de « Kabila »

31 décembre : La Monusco condamne la répression des mercenaires de « Kabila »

La Monusco condamne la répression perpétrée par les forces de l’ordre et elle insiste sur le dialogue qui est la seule voie pouvant sortir le pays de la crise politique qui ne fait que s’aggraver.

La Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) a condamné fermement, le mercredi 10 janvier 2018 en son quartier général à Kinshasa/Gombe, la répression commise le 31 décembre 2017 par les forces de sécurité contre les populations civiles, en appuyant le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, Jean-Pierre Lacroix, dans sa démarche de l’ouverture des enquêtes. Cela en vue de rétablir les responsabilités.

Dans son intervention, la porteparole de la Monusco a.i, Mme Florence Marchal, a indiqué que face à cette situation, le dialogue reste la seule voie pour désamorcer la crise politique en République démocratique du Congo, avant de commenter sur la répression des civils lors de la manifestation organisée par les laïcs proches de l’Église catholique.

Face à cela, la porte-parole a rappelé que le bilan de la manifestation du 31 décembre 2017 a fait cinq morts à Kinshasa et un mort à Kananga.  » Au moment où nous parlions, vous devez savoir que le bilan s’est alourdi « , a-t-il fait savoir. Dans ce contexte, elle invite les autorités politiques à la retenue, car le droit de la manifestation s’est inscrit aussi dans la Constitution congolaise. Donc, il revient aux forces de sécurité de bien veiller sur l’encadrement des manifestants au lieu de les réprimer, en faisant l’usage des balles réelles.

LE DIALOGUE RESTE LA SEULE VOIE

Face à cette crise politique qui ne fait que s’aggraver suite à la nonapplication de l’Accord du 31 décembre 2016, la Monusco a saisi cette occasion en vue d’appeler la classe politique à un autre dialogue, vu que ce dernier reste la seule voie visant désamorcer la crise en République démocratique du Congo. Pour cette mission onusienne, l’actuelle situation politique du Congo reste extrêmement fragile.

Dans la même lancée, la Monusco s’est dit préoccupée de la situation sécuritaire qui prévaut sur toute l’étendue du territoire nationale. En même temps, elle s’emploie toujours à la poursuite de sa mission qui est celle de protéger les populations civiles.

Pour rappel, l’objectif de la marche était d’appeler le pouvoir en place au respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre issu de l’opposition, du pouvoir et de la Société civile. En fait, les manifestants demandaient au président Joseph Kabila de déclarer publiquement qu’il quitterait le pouvoir et ne se représenterait pas aux élections fixée par le nouveau calendrier électoral au 23 décembre 2018.

[HERVÉ NTUMBA]

SITUATION POLITIQUE RESTE TRÈS FRAGILE

Un an après la signature de l’accord politique du 31 décembre 2016, la situation politique en République démocratique du Congo reste  » extrêmement fragile « , a déclaré mardi dernier devant le Conseil de sécurité le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix.

M. Lacroix, qui présentait au Conseil de sécurité le dernier rapport du Secrétaire général sur la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), a condamné la répression violente des manifestations du 31 décembre 2017 par les forces nationales de sécurité, appelant les autorités nationales à diligenter les enquêtes nécessaires pour traduire en justice les auteurs présumés de violations des droits de l’homme.

 » Vu les enjeux, il est essentiel que tous les acteurs de la classe politique congolaise renoncent à tout acte pouvant conduire à des situations de violence « , a souligné M. Lacroix.

Le Secrétaire général adjoint a notamment engagé les acteurs politiques à jouer un rôle constructif dans la mise en oeuvre du calendrier électoral, avertissant que tout refus de compromis ne ferait qu’approfondir la crise politique.

Il a également jugé impératif, pour les partenaires de la RDC, de fournir un appui politique, logistique et financier suffisant au déroulement d’élections crédibles, faisant notamment observer que tout retard dans le déroulement des élections risquerait non seulement d’attiser les tensions politiques mais aussi d’aggraver une situation sécuritaire déjà fragile.

En la matière, le représentant de la RDC a assuré que les autorités congolaises sont déterminées à  » aller vers les élections « , tout en dénonçant le fait qu’après la publication du calendrier qui a fixé les élections au 23 décembre 2018,  » l’opposition réfractaire au compromis  » continue à  » s’agiter « .

S’agissant de l’attaque meurtrière perpétrée le 7 décembre contre des Casques bleus à Semuliki, au Nord-Kivu, et, qui a couté la vie à 15 soldats de la paix tanzaniens, M. Lacroix a annoncé que des préparatifs étaient en cours pour assurer l’opérationnalisation, le mois prochain, d’un troisième bataillon à déploiement rapide.

Il a précisé que les membres de ce type d’unités suivaient un entraînement aux combats de jungle pour leur permettre d’évoluer de manière plus efficace dans l’environnement asymétrique dans lequel ils opèrent.

Le chef des opérations de maintien de la paix a également estimé que la nature asymétrique de la menace posée par les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) exigeait de renforcer la coopération régionale, ainsi que la collecte et l’analyse d’informations, mais aussi d’interrompre les systèmes d’appui politique et économique dont bénéficie le groupe. Outre des opérations militaires ciblées, il a appelé au renforcement de la coopération entre la MONUSCO et les forces de sécurité nationale.

[BULLETIN DE L’ONU]

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer