mardi , 22 mai 2018
Accueil / Élections / RDC : Plus de 100 organisations de la Société civile se joignent à la Marche du 21 janvier

RDC : Plus de 100 organisations de la Société civile se joignent à la Marche du 21 janvier

Près de 107 Organisations de la Société civile (OSC) viennent de signer une déclaration affirmant leur soutien à la marche pacifique du 21 janvier 2018 que va organiser le Comité laïc de coordination (CLC) « pour réclamer l’application stricte de l’Accord de la Saint-Sylvestre ». Ces 107 organisations affirment leur « attachement à l’Accord politique, global et inclusif signé le 31 décembre 2016, seul cadre devant conduire la République démocratique du Congo au retour à l’ordre constitutionnel issu de l’Accord de Sun City rompu délibérément par la classe politique au pouvoir ». À cet effet, elles se disent « très préoccupées par la persistance du manque de volonté politique dans l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre de la part de la coalition au pouvoir et ses alliés ».

Après avoir dressé un tableau sombre sur la situation sociopolitique, ces organisations de la Société civile (OSC) appellent le peuple congolais à participer massivement à cette marche pacifique.

Près de 107 Organisations de la Société civile (OSC) viennent de signer une déclaration affirmant leur soutien à la marche pacifique du 21 janvier 2018 que va organiser le Comité laïc de coordination (CLC) « pour réclamer l’application stricte de l’Accord de la Saint-Sylvestre ».

Le coordonnateur adjoint de la Nouvelle Société civile congolaise (NSCC), Robert Kabakela, a lu cette déclaration au cours d’un point de presse tenu, le mardi 16 janvier 2018 au siège de la NSCC, situé dans la commune de Kasa-Vubu. Dans leur déclaration, ces organisations signataires appellent toute la population congolaise et des personnes de bonne volonté à participer massivement à cette « marche pacifique. Ensemble, debout et prenons notre destin en mains ».

Ces 107 organisations affirment leur « attachement à l’Accord politique, global et inclusif signé le 31 décembre 2016, seul cadre devant conduire la République démocratique du Congo au retour à l’ordre constitutionnel issu de l’Accord de Sun City rompu délibérément par la classe politique au pouvoir ». À cet effet, elles se disent « très préoccupées par la persistance du manque de volonté politique dans l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre de la part de la coalition au pouvoir et ses alliés ».

Après avoir passé au peigne fin la situation sociopolitique du pays le lundi 15 janvier 2018, ces Organisations de la Société civile dressent un tableau sombre de cette situation. Elles constatent l’utilisation abusive des forces de sécurité pour réprimer les manifestants pacifiques et la profanation des lieux saints lors de la marche du 31 décembre 2017, avec mort d’hommes. Elles constatent également le silence du chef de l’État sur son avenir politique à la fin de son
deuxième et dernier mandats et l’absence manifeste de la volonté politique de la part de la coalition au pouvoir dans la mise en oeuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Dans leur déclaration, ces acteurs non étatiques font état de l’entêtement de la coalition au pouvoir et la gestion calamiteuse du pays par défi, malgré la détérioration de la situation politique et socioéconomique caractérisée notamment par la perte du pouvoir d’achat et la précarisation de la population de plus en plus croissante, la recrudescence des poches d’insécurité, les pillages et détournements des ressources de l’État.

Ces Organisations de la Société civile constatent aussi l’amenuisement de l’espace d’expression démocratique; la non-application jusqu’à ces jours des mesures de décrispation décidées dans le cadre de l’Accord de la Saint-Sylvestre (la libération des prisonniers politiques, des opposants et militants des droits civiques contraints de vivre en exil, la poursuite de dédoublement des partis politiques dont la dernière tentative est celle de l’UDPS, et la libéralisation des médias publics).

La déclaration des OSC fait état de la non-restructuration de la Céni, afin de recréer la confiance entre les parties prenantes et l’institution organisatrice des élections ; la persistance des menaces de mort, intimidations et tentatives d’arrestations des membres du Comité laïc de coordination ainsi que leurs familles respectives ; le dénigrement injustifié dans les médias proches de la coalition au pouvoir de l’Église catholique, la Cénco et le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya.

[BIENVENU IPAN]

A lire aussi

Kidnapping : Nouvelle arme de survie des milices en RDC

Le kidnapping devient une nouvelle arme de survie des milices en République démocratique du Congo. …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer