mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Société / Armée et Police / Azarias RUBERWA, un Rwandais à la tête de la RDC
Azarias RUBERWA.

Azarias RUBERWA, un Rwandais à la tête de la RDC

La RDC est dirigée et contrôlée par Kigali à travers Azarias Ruberwa.Il exécute des ordres et des directives de Paul Kagame. Mais, Ruberwa n’est pas seul. Il est à la tête d’un réseau politico-militaire au sein duquel Bizima Karaha, Kundabatware et Obed Rwabasira sont des pions stratégiques aux ordres de Kagame et James kabarebe. Je [Honore Ngbanda] me rappelle que lors d’une conférence de presse que j’avais donnée à Johannesburg au début de la guerre en 1996, en voulant me poser une question, Bizima Karaha s’était présenté comme « médecin étudiant , représentant des étudiants rwandais en Afrique du Sud». Quelques mois seulement après, je le retrouvai en Afrique du Sud, lors des négociations conduites par Thabo Mbeki, comme membre de la délégation de l’AFDL sans autres explications ! Aujourd’hui, il est une pièce importante de la stratégie rwandaise comme en témoigne cette lettre de félicitation et d’encouragement du 15 août 2004, qui lui est adressée par Mukezamfura Alfred, député du parlement rwandais. Le député lui exprime sa « satisfaction » car, il a « pu suivre à la lettre les instructions qui (lui) ont été données ». Cette lettre fait suite à la décision de Bizima Karaha et de sa clique de se retirer du parlement de transition et de se consacrer exclusivement à l’annexion de l’Est de la RDC.

LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE A LA MÉMOIRE TRÈS COURTE

Si vous voulez cacher une vérité aux leaders politiques congolais, écrivez-la seulement dans un livre ! C’est pourquoi, pour rafraichir la mémoire de quelques rares leaders politiques congolais qui ont son livre, et pour informer carrément ceux (plus nombreux) qui ne l’ont certainement pas lu, nous avons choisi en ce moment crucial de la crise de notre pays, de rappeler aux Congolais certaines vérités très graves qui nous ont été révélées avec des preuves à l’appui, mais dont personne n’a voulu tenir compte. Pourquoi ?

Aujourd’hui, ces vérités sont devenues des réalités devant lesquelles les Congolais se lamentent comme si c’était des faits nouveaux ! Et on voit aussi que beaucoup de ceux qui se sont fourvoyés hier entrainant le peuple congolais dans des choix malheureux ou même absolument douteux tardent encore à faire marche arrière pour rectifier le tir et s’engager véritablement dans le combat de libération de la RDC. Il est plus que temps pour le peuple congolais de s’armer de tous les outils qui lui permettront d’identifier clairement à la fois le mal dont souffre notre pays et ceux qui continuent à œuvrer contre les intérêts de la RDC ouvertement ou tapis dans l’ombre. Ils sont souvent très faciles à identifier, il suffit pour cela de connaitre leur attitude par rapport au processus d’occupation de la RDC : Se taisent-ils ? Désignent –ils ouvertement les occupants ou travaillent-ils plutôt avec ceux-ci ? Comment pourront –ils venir à bout d’un mal qu’ils n’arrivent pas ou ne veulent pas identifier ? Etc …

Voilà autant de questions que tout congolais conscient de la gravité de la situation dans laquelle se trouve la RDC devrait se poser en permanence. Car comme l’a écrit le Président national de l’APARECO en 2004 : « Comment pouvons-nous espérer trouver demain une solution définitive de paix avec des hommes qui sont décidés à user de la ruse et de la violence pour arracher de force une partie de notre territoire national ? Là est le problème que la communauté internationale élude pour l’instant, mais qui demain apparaîtra au grand jour. C’est pourquoi je voudrais crever l’abcès en présentant les preuves de cette grave réalité au grand public afin que chacun assume ses responsabilités. »

Voilà pourquoi nous reproduisons ci-dessous l’extrait très important du chapitre VIII du livre de monsieur Honoré Ngbanda : « Crimes organisés en Afrique central. Révélations sur des réseaux rwandais et occidentaux : pp318-323. »

Tout Congolais doit lire cet extrait pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui !

Paris, le 15 janvier 2018

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE
=/

EXTRAIT: « AZARIAS RUBERWA, UN RWANDAIS À LA TÊTE DE LA RDC »

Depuis la création du RCD par le Rwanda, en 1998 pour reprendre le contrôle de la RDC et punir Laurent-Désiré Kabila pour sa «trahison», tous les congolais placés à la tête de ce mouvement, et qui ont voulu manifesté une petite velléité d’indépendance à un moment ou à un autre de l’histoire de ce mouvement, ont été purement et simplement éjectés et pour certains d’entre eux, éliminés physiquement. Tel est le cas de ce vaillant fils du pays, le général Ilunga Shamanga, qui eut le malheur de protester contre le versement des taxes d’exportation des minerais précieux (or et diamant) de son pays aux autorités de Kigali. Lors de sa dernière visite à Paris, il vint me voir et me fit longuement part de son indignation et du bras de fer qu’il venait d’engager avec les autorités rwandaises à ce sujet. Il m’expliqua l’opposition farouche des autorités rwandaises, notamment celle de Kagame avec lequel il eut une «chaude discussion», sur l’intégration des nombreux officiers et soldats des ex-FAZ qui voulaient le rejoindre dans le RCD pour libérer le pays. Le général Ilunga était parmi les officiers des FAZ les mieux formés et il jouissait de l’estime et du respect des soldats des FAZ. Il fut un ami pour qui j’avais beaucoup d’admiration et d’estime. Après l’avoir écouté, je lui ai conseillé une extrême prudence. Hélas ! Quelques semaines seulement après son retour sur le terrain, il fut pris d’un brusque malaise dans sa chambre d’hôtel à… Kigali ! Emmené d’urgence à Johannesburg en Afrique du Sud, il mourut subitement chez lui, le 15 juin 2000, avant d’avoir reçu des soins médicaux.

Il suffit seulement de parcourir la riche saga du RCD émaillée de péripéties les plus rocambolesques pour réaliser la brutalité, le cynisme et le mépris avec lesquels Kagame traite tous les Congolais qui osent relever la tête pour lui résister. Pour ceux qui veulent en savoir plus, je leur conseille d’aller interroger les victimes et les rescapés de cette tyrannie dont Wamba dia Wamba, Zahidi Ngoma, Lunda Bululu, Tambwe Mwamba, Endundo, Ilondo… et j’en passe.

Un cas mérite cependant qu’on lui accorde une attention toute particulière. La dernière mise en scène de Kagame à laquelle tous les Congolais ont assisté, estomaqués, fut celle du remplacement sans pudeur à la tête du RCD-Goma du congolais Onusumba qui avait pourtant conduit toutes les négociations, par Azarias Ruberwa. L’objectif a été d’imposer Azarias Ruberwa au poste stratégique de vice-président de la République en charge de la Défense et de la Sécurité. Ce coup de force de Kagame est capital pour sa stratégie qui vise à contrôler le déroulement de la transition et de torpiller son évolution. Il veut empêcher les élections et accélérer dans le même temps l’annexion de la partie Est de la RDC. Sachant que tel est le plan directeur de Kagame, j’ai décidé d’y consacrer mes investigations pour en connaître les détails et les méthodes. Je peux donc apporter des révélations à ce sujet.

Mes recherches m’ont permis de découvrir que le vice-président Azarias Ruberwa constitue une pièce maîtresse dans le dispositif actuel de Paul Kagame. En effet, sous les ordres personnels du Chef d’état major de l’armée rwandaise, le général James Kabarebe, Ruberwa applique fidèlement les instructions qui lui sont données depuis Kigali par Kagame en personne. Il dicte et oriente la transition dans notre pays. Dès la désignation de Ruberwa à la vice-présidence de la RDC, nous nous sommes attelé à découvrir la stratégie que cachait ce coup d’Etat interne au sein du RCD pour écarter Onusumba. Le résultat est étonnant. Nous aurions voulu rendre public certains documents très accablants sur cette organisation criminelle contre la RDC, mais nous ne le pouvons pas parce que nous devons protéger nos sources dont la vie serait immédiatement mise en danger la divulgation de ces documents.

Depuis plusieurs années, nous disposons d’un réseau de renseignements dans les hautes structures de l’Etat rwandais et autour du président Paul Kagame. Ce réseau est également bien implanté au Kivu et ses membres se trouvent dans les rangs des services secrets rwandais. Nous ne pouvons donc, par conséquent, pas mettre leur vie en péril. Néanmoins, nous produisons quelques documents qui donnent suffisamment de preuves pour convaincre l’opinion nationale et internationale du complot qui vise à faire main basse sur notre pays et sur nos richesses. Notre but n’est pas de faire du sensationnel mais il s’agit d’éveiller la conscience des Congolais et de la communauté internationale sur la menace qui pèse sur notre pays. Le 6 avril 2004, le chef d’état-major de l’Armée Rwandaise, James Kabarebe, envoie un courrier électronique au vice-président Azarias Ruberwa pour lui dire : « Nous vous remercions infiniment car vous gardez votre position. Hima USA ont envoyé des colis concernant OP. (…) N’ayez pas peur car nous sommes prêts » (Voir annexe n°10). Il s’agit du message de muleliberation@voila.fr (adresse électronique de James Kabarebe à ruga6@hotmail.com (adresse électronique de Azarias Ruberwa). Dans cet échange, il est également question de la corruption et des manipulations des autorités politiques et militaires congolaises de la transition en RDC : «Vous connaissez bien leur situation, si vous leur donner un montant suffisant, ils seront vite ravis. » Il ajoute un propos encore plus méprisant, voir raciste à l’égard des Congolais en disant : «Leur sang est toujours infidèle à la parole ».

Le 8 mai 2004, le même James Kabarebe renvoie un message codé au vice-président Azarias Ruberwa pour lui dire : «A présent, nous allons envoyer Ali Luschombo, l’office de Ciribanya. Ils vont se trouver avec le groupe des Ethiopiens (léopards) chez George Mirindi qui leur donnera le programme venant de Kagame. Ce sont eux qui s’occuperont de Joseph Kabila. Ce programme est subdivisé en huit parties. Rappelle-toi la lettre XX507. Il y a un changement d’heure. Ce sera minuit. C001 dirigeara les opérations de Zahidi Ngoma , il areçu tout le programme. Bizima Karaha qui s’occupera de Yerodia et des autres… (…) Soyez déterminés (esprit vainqueur). Il faut que nous dirigions la RDCongo. Relis les courriers que tu as reçus de Kagame. Prompte réponse. » (voir annexe n°11)

Comme on le voit, la RDC est dirigée et contrôlée par Kigali à travers Azarias Ruberwa.Il exécute des ordres et des directives de Paul Kagame.

Mais, Ruberwa n’est pas seul. Il est à la tête d’un réseau politico-militaire au sein duquel Bizima Karaha, Kundabatware et Obed Rwabasira sont des pions stratégiques aux ordres de Kagame et James kabarebe. Je me rappelle que lors d’une conférence de presse que j’avais donnée à Johannesburg au début de la guerre en 1996, en voulant me poser une question, Bizima Karaha s’était présenté comme « médecin étudiant , représentant des étudiants rwandais en Afrique du Sud». Quelques mois seulement après, je le retrouvai en Afrique du Sud, lors des négociations conduites par Thabo Mbeki, comme membre de la délégation de l’AFDL sans autres explications ! Aujourd’hui, il est une pièce importante de la stratégie rwandaise comme en témoigne cette lettre de félicitation et d’encouragement du 15 août 2004, qui lui est adressée par Mukezamfura Alfred, député du parlement rwandais. Le député lui exprime sa « satisfaction » car, il a « pu suivre à la lettre les instructions qui (lui) ont été données » 84 Cette lettre fait suite à la décision de Bizima Karaha et de sa clique de se retirer du parlement de transition et de se consacrer exclusivement à l’annexion de l’Est de la RDC.

Comment pourrons-nous mener à terme notre transition alors que le Rwanda impose à nos institutions ses propres compatriotes sous l’étiquette de « Banyamulenge » pour torpiller le processus en cours et faciliter leur plan d’annexion de notre pays ? Comment pouvons-nous espérer trouver demain une solution définitive de paix avec des hommes qui sont décidés à user de la ruse et de la violence pour arracher de force une partie de notre territoire national ? Là est le problème que la communauté internationale élude pour l’instant, mais qui demain apparaîtra au grand jour. C’est pourquoi je voudrais crever l’abcès en présentant les preuves de cette grave réalité au grand public afin que chacun assume ses responsabilités. J’ai préparé un dossier complet rassemblant des documents qui présentent des preuves palpables sur le complot rwandais et burundais contre notre pays. Je compte le présenter à la communauté internationale pour qu’elle en tire toutes les conséquences. Il ne faudra pas qu’elle dise demain, comme au Rwanda en 1994, qu’elle n’avait pas de preuve sur ce qui se tramait !

Extrait du chapitre VIII du livre de monsieur Honoré Ngbanda : « Crimes organisés en Afrique central. Révélations sur des réseaux rwandais et occidentaux : pp318-323. » publié en 2004 (Editions Duboiris)

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer