mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Afrique / Afrique Centrale / RD Congo / Kinshasa : Barumbu bientôt enclavée

Kinshasa : Barumbu bientôt enclavée

La commune de Barumbu est en passe d’être coupée de la ville de Kinshasa, si l’on y prend garde. Les principales artères conduisant à cette municipalité se trouvent présentement dans un état de délabrement fortement avancé, sous le regard impuissant et nerte de l’autorité.

Le calvaire des usagers se présente à trois principaux niveaux. Le premier se situe sur l’avenue ex. Bokassa, dans sa partie comprise entre les avenues Kabinda et Kabambare. Faute de canalisation, l’eau de pluie a gommé la chaussée, creusant ainsi un fossé profond. Même la partie réservée aux piétons a été engloutie. Les rares véhicules qui s’aventurent à emprunter cette voie, le font avec tous les risques.

De petits commerçants et autres tenanciers de cabines publiques qui profitaient de la forte circulation des personnes sur cette partie de la voie, ont tous ou presque arrêté. La situation a tellement perduré, qu’elle a fini par laisser le tronçon désert. « Toute sorte de commerce nous réussissait sur cette avenue. Maintenant regardez vous-même, des eaux stagnent par-ci par-là, personne ne peut risquer de passer par ici. Vraiment, c’est déplorable », se plaint une tenancière d’un débit de boissons.

KABINDA ET KABAMBARE PRESENTENT DES SCENES QUASI ANALOGUES

L’accès devient de plus en plus compliquée à l’entrée de l’avenue Kabinda, à son croisement avec Bokassa. La route est complètement défoncée et l’eau a remplacé l’asphalte sur une longueur de plus de dix mètres. Certains véhicules finissent leur course sur ce grand lacartificiel créé par des eaux de pluie. Même les motos ont du mal à y rouler.

Le même décor est palnté à l’entrée de l’avenue Kabambare, qui est la seconde route principale menant vers la commune de Barumbu. La différence avec Kabinda, c’est qu’ici des nids de poule riment avec des trous béants.

 » Nous sommes étonnés de constater l’indifférence des autorités vis-à-vis de cette situation », fait remarquer José, un vendeur de pièces de rechange automobiles, poursuivant que « L’avenue Kabambare entre les directions Kasaï et Bas-Congo était complètement détruite. Après quelques mois, nous avons vu l’OVD s’atteler à sa réparation. Pendant ce temps, cette avenue se détériorait déjà à plusieurs endroits, mais cet office n’a ciblé qu’une petite partie et a plié bagages. Regardez maintenant, toute la route est en voie de disparition.  »

DES EMBOUTEILLAGES A N’IMPORTE QUELLE HEURE DE LA JOURNEE

A cause du mauvais état de la route, des embouteillages sont constatés à n’importe quelle heure de la journée sur pratiquement toutes les routes qui mènent vers Barumbu. Kabambare, Kabinda, Flambeau, Itaga, toutes ces principales artères sont constamment inondées de véhicules. A la moindre incompréhension entre deux conducteurs, l’encombrement des engins paralyse la circulation.

Il n’y a plus de voies de secours. Même l’avenue Itaga qui permettait de contourner les embouteillages récurrents sur Flambeau, a complètement perdu son asphalte avant et après le passage du rail. Le fossé est tellement profond à ces endroits que même les jeeps 4X4 évitent d’y passer.

Pour certains observateurs, les travaux de réaménagement de ces routes devraient en principe débuter par le bouchage de différents tuyaux d’eau qui aspergent la semelle de la chaussée, jusqu’à la fragiliser. Au cas contraire, on aura des routes réhabilitées pour seulement quelques mois, ont-ils ajouté.

[MOLINA]

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer