dimanche , 24 juin 2018
Accueil / Afrique / Afrique Centrale / RD Congo / RDC : Des détenus privés de nourriture parfois durant 14 jours

RDC : Des détenus privés de nourriture parfois durant 14 jours

Plusieurs détenus de la prison centrale de Manono, dans la province du Tanganyika, soufrent de malnutrition. Lors d’une visite de routine de la police de la Mission de l’Onu pour la stabilisation du Congo (Monusco) effectuée à la fin de l’année 2017, la plupart des détenus ont affirmé passer plusieurs jours affamés et dormir dans des conditions déplorables.

« Il y a certains qui passent la nuit à même le sol, d’autres sur les morceaux des nattes. Ce sont, pour la plupart des Twa qui sont venus du côté de Kalamata. Nous leur avons demandé comment ils mangent ? Ils nous ont dit qu’ils totalisent parfois 10 à 14 jours sans manger », a rapporté à Radio Okapi le président du Réseau des jeunes de Manono (REJEMA), Dieu-Merci Kabila, qui faisait partie de la délégation de la Monusco qui a rendu visite aux prisonniers.

Trois des cinquante-sept prévenus de ce centre pénitentiaire ont été évacués récemment à l’hôpital général de Manono « pour malnutrition avancée », a indiqué M. Kabila, citant des sources hospitalières.

Dans son rapport publié au terme de cette visite, la police de la Monusco a évoqué des conditions de détention déplorable dans la prison centrale de Manono, signalant le décès d’un détenu dans sa cellule avant la fin de l’année, à la suite de la malnutrition.

FAUSSES ALLÉGATIONS

Pour sa part, l’administrateur du territoire de Manono qualifie de « fausses », les allégations des détenus aux enquêteurs de la Monusco. Il reconnaît, cependant, une faiblesse dans la gestion de dossiers des détenus qui, selon lui, fait que plusieurs prisonniers restent longtemps en détention sans être jugés.

Il recommande aux responsables de la prison centrale de Manono de « transmettre certains dossiers qui traînent à Kalemie » pour rendre justice aux prévenus dans un meilleur délai.

Une situation qui ne date pas d’hier dans cette province de Tanganyika. Déjà en 2016, les 622 pensionnaires de la prison centrale de Kalemie ont manqué de nourriture. La direction de la prison avait décrit une situation préoccupante, indiquant avoir reçu les vivres pour la dernière fois en juin de la même année.

Cette maison carcérale, conçue pour 250 prisonniers, a récemment reçu 23 nouveaux prisonniers ajoutés aux 622 pensionnaires. Elle reçoit régulièrement des prévenus venant de Kabalo, Kongolo, Manono, Moba et Nyunzu dont les dossiers sont traités au Parquet de grande instance de Kalemie. Sans donner plus de détails, les autorités provinciales ont promis des solutions urgentes à ce problème de surpopulation carcérale.

À noter que la Monusco, qui a maintes fois déploré les conditions de détention des personnes à Manono, indique avoir déclenché le processus de construction d’une nouvelle prison. Cela en partenariat avec le gouvernement provincial du Katanga et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Pour rappel, l’actuelle prison de Manono est un vieux garage abandonné.

[O.D/RO]

A lire aussi

Raqa : Etat islamique menace

Les forces de sécurité à Raqa ont annoncé un couvre-feu de deux jours à partir …

Laisser un commentaire