jeudi , 26 avril 2018
Accueil / Élections / Elections en RDC : Menace à la participation féminine

Elections en RDC : Menace à la participation féminine

L’Agence suédoise de coopération internationale, Femmes des médias pour la justice au Congo (FMJC) a, au cours de point de presse organisé le samedi 30 décembre 2017, procédé à la présentation du Premier rapport Genre d’observation des opérations d’enrôlement et d’identification des électeurs dans la ville de Kinshasa. Il faut aussi relever que, pour la 1ère fois d’après les estimations de la CENI, et ce, en attendant les opérations de nettoyage du fichier électoral, le nombre du couple femme et jeune femme enrôlé dans la ville de Kinshasa est inférieur à celui des hommes, soit 49%. Ce taux historiquement faible constitue un risque évident de voir décroître la participation féminine aux scrutins à venir.

Avec l’appui de Diakonia RDC et l’Agence suédoise de coopération internationale, Femmes des médias pour la justice au Congo (FMJC) a, au cours de point de presse organisé le samedi 30 décembre 2017, procédé à la présentation du Premier rapport Genre d’observation des opérations d’enrôlement et d’identification des électeurs dans la ville de Kinshasa.

Du 13 au 31 août 2017, FMJC a initié une mission d’observation des opérations électorales dans la ville de Kinshasa dénommée « Collectif FMJC ». Il s’agissait en fait d’un total de 31 observateurs dont 20 femmes qui se sont déployés sur trois antennes de la Commission électorale nationale indépendante
(CENI), à savoir N’Djili, Gombe et Limete. A travers 14 communes, l’armée d’observateurs a mené ses investigations dans 92 centres d’inscription de la ville de Kinshasa.

Au terme de la mission d’observation, il ressort que, dans l’ensemble, les opérations d’enrôlement et d’identification des électeurs ont été bien menées dans différents centres d’inscription. Seulement, la prise en compte de la dimension Genre a été faiblement respectée.

À ce sujet du reste, il a été constaté une faible présence des femmes et jeunes femmes commises aux postes de président des centres d’inscription, de celui de préposé polyvalent d’opérateur de saisie et d’agent de sécurité. On a aussi relevé le faible respect de la note circulaire de la CENI n°005 du 30 janvier 2017 portant priorité à l’enrôlement des femmes et jeunes femmes le jour de dimanche. Pourtant, cette note circulaire aurait été un élément majeur d’appui à la promotion de la participation des femmes et jeunes femmes au processus électoral, en tant que potentielles électrices et/ou candidates.

Outre ce tableau reluisant du processus, l’on a noté quelques faiblesses du point de vue de l’administration électorale, de l’inscription des électeurs, du civisme électoral de requérants(es), de la couverture médiatique et celles relatives aux incidents électoraux.

MENACE À LA PARTICIPATION FÉMININE

Il faut aussi relever que, pour la 1ère fois d’après les estimations de la CENI, et ce, en attendant les opérations de nettoyage du fichier électoral, le nombre du couple femme et jeune femme enrôlé dans la ville de Kinshasa est inférieur à celui des hommes, soit 49%.

Ce taux historiquement faible constitue un risque évident de voir décroître la participation féminine aux scrutins à venir.

Par rapport aux lacunes relevées au niveau de l’administration électorale, le Collectif FMJC recommande à la CENI, entre autres, de publier la liste des centres d’inscription opérationnels au risque de faire discréditer le processus ; de rémunérer suffisamment les agents électoraux pour leur permettre de bien mener leur travail; de planifier rationnellement et rendre disponibles les biens et consommables à utiliser…

Pour ce qui est de la problématique d’inscription des électeurs, la mission recommande de faire respecter scrupuleusement les circulaires de la CENI dont celles sur le Genre ainsi que les heures d’ouverture et de fermeture des centres d’inscription. À la Société civile de sensibiliser davantage la population féminine et celle marginalisée à l’éducation civique et électorale. Aux ONG de multiplier des actions ciblées sur le civisme électoral en faveur des électrices, notamment les femmes et jeunes femmes de toutes catégories sociales ; de vulgariser des textes électoraux dans toutes les langues nationales. Quant aux écueils dans les médias, la mission recommande à la Société civile de sensibiliser les professionnels des médias au droit à la participation citoyenne des femmes et jeunes femmes ainsi que la gouvernance participative, le Genre et élection. Au chapitre des incidents électoraux, le Collectif recommande à la CENI de renforcer la sécurité des sites électoraux dans les coins chauds ou insécurisés du pays ; déployer davantage des agents qualifiés et compétents en vue de garantir la sécurité du processus électoral, en tenant surtout compte du personnel féminin.

[ST AUGUSTIN K.]

A lire aussi

Papa WEMBA, last stage appearence in FEMUA festival, Abidjan, Cote d'Ivoire

Mort d’un Icône : Les ivoiriens ont tué Papa WEMBA

« Papa Wemba a été assassiné, on avait placé le poison sur son micro ». …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer