jeudi , 26 avril 2018
Accueil / International / Europe / Diaspora RDC France : Commémoration de la journée des martyrs de l’indépendance

Diaspora RDC France : Commémoration de la journée des martyrs de l’indépendance

Les Congolais de la diaspora ont célébré, jeudi 4 janvier 2018, le 59ème anniversaire de la journée des martyrs de l’indépendance. Une cérémonie marquée notamment par le dépôt de gerbes de fleurs devant la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe à Paris (France).

Les associations « Résistant Combattant du Kongo» (RCK), « Bana Kongo Dia Ntotila «, « Ingeta Bonsomi» et «Vuvamu» ont commémoré jeudi 4 janvier dernier, sur la place Charles-de-Gaulle à Paris, à la limite de trois arrondissements (les 8, 16 et 17), la journée des martyrs de l’indépendance. Pour les Congolais de la diaspora, cette cérémonie est une première historique.

A l’instar du cardinal Laurent Monsengwo, s’exprimant dans la Cathédrale Notre-Dame du Congo, pour commémorer cette journée mémorable, le président et la secrétaire du RCK ont comparé les martyrs de l’indépendance aux morts du 31 décembre 2017 qui ont subi les brutalités policières, en marge de la marche pacifique organisée par la Comité laïc de coordination (CLC) contre le maintien de Joseph Kabila au pouvoir. « Nous sommes venus, ici, place de l’Etoile, rendre hommage à tous nos compatriotes qui sont morts pour libérer notre patrie avant l’indépendance, mais aussi après l’indépendance. Car, le combat pour libérer totalement notre pays continue. Le 31 décembre 2017, les nôtres sont encore tombés sous les balles et les coups des forces de sécurité à la solde du pouvoir! », a déclaré Martin Sali, président du RCK. « Comment ne pas aussi rendre hommage à ces vaillants combattants de la liberté qui sont tombés le 31 décembre 2017, victimes de l’ignominie du pouvoir de Kabila? Aujourd’hui, tous ceux qui se sont battus et morts pour la liberté, au Congo et en Afrique, ont leur place dans nos coeurs. D’ailleurs, les Africains sont venus nombreux nous soutenir en ce jour important de l’histoire de notre pays », a renchéri Blandine Diafutua, secrétaire générale du RCK. « Le sang versé par nos compatriotes pour la libération du Congo n’a pas de prix. Ils méritent toute notre reconnaissance », a déclaré pour sa part l’artiste Dona Mobeti Sabuela, président de l’Association Santé et Développement en Afrique (ASD), qui salue l’initiative des associations organisatrices de cette cérémonie.

UNE PENSEE POUR LES ANCÊTRES

Se reconnecter aux ancêtres pour « libérer le Congo», tel est le credo de l’association « Bana Kongo Dia Ntotila», dont les membres croient que les Congolais vivent une période de basculement dans l’histoire de leur pays. Selon eux, ils doivent en prendre conscience, et reconnaitre le rôle des ancêtres dans le combat qu’ils mènent pour la liberté. « Nous ignorons le rôle des ancêtres dans notre combat pour la libération du Congo. Ceci est une faute grave et constitue un obstacle majeur à la réussite des actions que nous menons », a regretté Shelly ya Wendo, membre de l’association «Bana Kongo Dia Ntotila», qui appelle les Congolais à avoir toujours une pensée pour les ancêtres.

« Yenge ! Nous rendons aujourd’hui hommage aux martyrs de l’indépendance, c’est très important. Mais n’oublions pas non plus nos ancêtres, ceux qui nous ont légué cette belle terre de Kongo que nous devons absolument libérer. Ayons aussi une pensée pour eux. Ils sont notre force », a déclaré Yaya Kuyalu, présidente de l’association «Bana Kongo Dia Ntotila».

DEVOIR ACCOMPLI

Rassemblés devant la célèbre boutique Louis Vuitton (8ème arrondissement de Paris), les Congolais – près de 150, selon les associations organisatrices de la
cérémonie – ont ensuite remonté l’avenue des Champs-Elysées, escortés sous une pluie fine par les forces de l’ordre avant de déposer, place de l’Etoile, les gerbes devant la tombe du Soldat inconnu.

Puis comme le veut l’usage, les représentants des associations organisatrices ont ravivé la flamme sacrée du Soldat inconnu, avant de signer – pour l’histoire – le livre d’or des Morts pour la France de la guerre 14-18.

Avant de se quitter, les Congolais ont pris le temps de se recueillir sous l’Arc de Triomphe, après qu’ils aient chanté la « Marseillaise «, mais également l’hymne national de la République Démocratique du Congo, le « Débout Congolais, entonné avec ferveur.

Félicités par les officiels français, dont les représentants du ministère des Armées, de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre
(ONACVG), et de la mairie de Paris, qui assistaient notamment à cette cérémonie, les membres des associations organisatrices sont repartis- les visages illuminés de joie- avec le sens du devoir accompli.

[ROBERT KONGO]

A lire aussi

Papa WEMBA, last stage appearence in FEMUA festival, Abidjan, Cote d'Ivoire

Mort d’un Icône : Les ivoiriens ont tué Papa WEMBA

« Papa Wemba a été assassiné, on avait placé le poison sur son micro ». …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer