Accueil / Société / Armée et Police / 31 Décembre : Révolte et indignation à la VSV

31 Décembre : Révolte et indignation à la VSV

C’est encore une fois le politologue Rostin Manketa, directeur exécutif de la VSV assisté de Laurette Misenga, directrice adjointe chargée d la Communication qui s’est retrouvé face à la presse, mardi dernier au siège, avenue Bongandanga dans la commune Kasa-Vubu. Le ton utilisé est à la révolte mêlée d’indignation. La raison, c’est bel et bien la répression par les forces de sécurité congolaises de la marche pacifique du 31 décembre 2017 à l’initiative du Comité laïc de coordination (CLC) de l’Eglise catholique.

La VSV manque de mots pour condamner avec la dernière énergie cette « répression violente et sanglante des chrétiens manifestants pacifiques et sans armes ainsi que de laviolation de la liberté de culte « . Après enquêtes approfondies, cette ONGD publie par ailleurs le déroulé de cette répression dans 37 paroisses de l’Archidiocèse de Kinshasa.

Elle révèle et dénonce de nombreux cas d’arrestations illégales de dizaines des chrétiens, de violations du droit à l’intégrité physique, du droit à la vie et à la liberté de culte. Le constat que dégage la VSV est que les manifestations ont été stoppées avec une brutalité inouïe, planifiée et préméditée sous divers prétextes savamment concoctés pour mettre à mal la démocratie et décourager ainsi toute tentative de lutte pour les valeurs de la paix et l’émergence d’un Etat de droit en RDC.

D’où l’ONGD invite la Procureure près la CPI à s’autosaisir d’office et à enclencher des poursuites pénales internationales contre les auteurs, les commanditaires tout comme les exécutants de ces violations de droits de l’homme commises lors de cette marche pacifique du CLC dont certaines constituent des crimes contre l’humanité relavant de sa compétence. Pour la VSV, cet acte judiciaire international conduirait à la fin de l’impunité.

D’après VSV, les manifestants accompagnés par certains prêtres ont scrupuleusement observé le caractère pacifique de la marche comme exigé par les organisateurs du CLC. Cette ONGD impute la violence aux autorités congolaises à travers les policiers et les militaires lourdement armés déployés dans différentes paroisses catholiques dont certains ont sciemment perturbé le déroulement normal des messes à défaut de les empêcher.

Des militaires et policiers lourdement armés ont fait usage des tirs à balles réelles et à bout portant sur des chrétiens. La VSV loue cependant les actes posés par les Casques bleus de la MONUSCO dont les patrouilles ont été très visibles ce dimanche-là dans la ville de Kinshasa.

Ce qui a eu comme effet de créer la dissuasion malgré leur arrivée tardive à certains endroits où les cris de détresse leur étaient lancés. Autrement de nombreuses personnes auraient perdu la vie. On rappelle que la violente répression de cette marche pacifique du CLC a provoqué plusieurs réactions au vitriol. A commencer par celle de l’Ordinant de Kinshasa, l’Archevêque-Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya qui l’a qualifiée ni plus ni moins que de la pure barbarie, de l’UE, de la Belgique et de la France depuis hier. Tous expriment avec virulence leur désapprobation totale dans des mêmes termes de la répression d’une manifestation pacifique conforme à la Constitution de la RDC qui garantit le droit à des manifestations publiques ainsi que les Instruments juridiques internationaux ratifiés par la RDC.

[KANDOLO M.]

A lire aussi

Raqa : Etat islamique menace

Les forces de sécurité à Raqa ont annoncé un couvre-feu de deux jours à partir …

Laisser un commentaire