vendredi , 22 juin 2018
Accueil / Élections / Succession de Tshisekedi : Loseke tire à boulet rouge sur Tshibala

Succession de Tshisekedi : Loseke tire à boulet rouge sur Tshibala

« la torpeur qui s’est installée après la mort du Président Tshisekedi est terminée. Nous avons maintenant un Parti debout et prêt à affronter les échéances électorales. » A l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) incarnée par Bruno Tshibala, l’heure est au renouveau. Intervenant pour la toute première fois lors d’une conférence de presse tenuehier jeudi 28 novembre à Kinshasa, le nouveau Président délégué de ce parti, M. Tharcisse Loseke Nembalemba, a levé l’équivoque sur la légalité et la légitimité que leurs détracteurs dénient à son autorité morale. « Nul autre que Bruno Tshibala ne mérite de succéder à Etienne Tshisekedi », a lâché M. Tharcisse Loseke devant un parterre de journalistes.

Pour le nouveau Président délégué de l’UDPS,la confusion qui a élu domicile au sein du parti après le décès brusque du Sphinx de Limete le 1er février dernier n’est plus à l’ordre du jour. D’autant que 70% de cadres et membres de cette formation politique viennent de porter Bruno Tshibala à la tête du parti, à l’issue du tout récent Congrès extraordinaire, organisé après le Conclave.L’occasion a aussi été propice pour la restructuration du parti et de ses statuts, a fait remarquer Tharcisse Loseke.

Dès lors, note-t-il, « la torpeur qui s’est installée après la mort du Président Tshisekedi est terminée. Nous avons maintenant un Parti debout et prêt à affronter les échéances électorales. Le sentiment qui prévaut auprès des combattants est la satisfaction et la fierté d’avoir retrouvé l’énergie, la force et l’ambition de maintenir l’UDPS au premier rang des Partis démocratiques au Congo, luttant pour l’avènement d’un Etat de droit dans lequel la bonne gouvernance contribuera à résoudre les nombreux problèmes socio-économiques du pays et d’assurer le bonheur de nos compatriotes ».

APPEL A L’UNITE DE L’UDPS

Par conséquent, clame le Président délégué de l’UDPS, toute décision d’auto exclusion prise par Jean-Marc Kabund, Secrétaire général de l’UDPS/Limete, est de nul effet. Convaincu que sa formation évolue dans la légalité, Tharcisse Loseke avoue avoir suivi toutes les procédures administratives nécessaires pour la reconnaissance de l’UDPS qu’il pilote, sous l’autorité de Bruno Tshibala. Il s’appuie ainsi sur le conclave et le Congrès extraordinaire qui a mobilisé 54 fédérations de l’intérieur et une dizaine de fédérations de l’extérieur du pays. Une démarche qui, selon lui, n’est pas menée par leurs pourfendeurs.

Estimant que son parti est en phase de réconciliation, Tharcisse Loseke appelle, dès lors, les autres factions de l’UDPS à se joindre à leur formation politique pour rendre le parti plus fort et pouvoir affronter les élections qui pointent à l’horizon. »Il est, dit-il, temps d’aller aux élections plutôt que de continuer à tergiverser. Sinon, on donnerait des prétextes à ceux qui rêvent des prolongations. C’est vrai qu’on aura des problèmes d’égos disproportionnés, un problème de positionnement personnel, mais laissez-nous d’abord faire et vous verrez les résultats ».

LES 37 ANS DE LUTTE DE TSHIBALA

A ceux qui lui reprochent de faire fi des menaces proférées par leurs rivaux, le Président délégué del’UDPS réplique : « De quel droit l’UDPS Limete contesterait l’élection de Bruno Tshibala, élu démocratiquement lors du Congrès extraordinaire du parti ? » Il rappelle à cet effet que l’autorité morale de son parti a milité pendant 37 ans aux côtés d’Etienne Tshisekedi, après avoir adhéré à l’UDPS en 1980.

« L’opinion doit savoir que de la poignée des fils de notre pays qui s’étaient soulevés dans les années 80 contre la dictature du Président Mobutu ; il n’en restait récemment que deux : Etienne Tshisekedi Wa Mulumba et Bruno Tshibala Nzenzhe. Tous les autres avaient soitdéserté le Parti, soit courbé l’échiné ou s’étaient ralliés au pouvoir de l’époque », précise Loseke.

« En 1994, poursuit-il,après le Conclave de Bondeko, qui avait occasionné la révision des statuts élaborés dans la clandestinité, le Parti a été secoué par une crise grave à cause de divergences majeures entre Frédéric Kibassa Maliba et Etienne Tshisekedi wa Mulumba.C’est Bruno Tshibala, à l’époque qui fut chargé de mener les démarches de réconciliation entre les deux personnalités pour sauver le Parti ».

« Les conditions posées par Monsieur Frédéric Kibassa, en son temps, qui exigeait que la rencontre devant sceller leur entente se fasse sur un terrain neutre n’avait pas permis l’aboutissement heureux de la médiation. Cette situation a amené Bruno Tshïbala à prendre faits et causes pour Etienne Tshisekedi et devenir son éminence grise jusqu’au moment où le décès du Président Etienne Tshisekedi survenu le 1er février 2017 à Bruxelles est venu les séparer », fait remarquer le Président délégué de l’UDPS.

Aux dires de Tharcisse Loseke, « il importe de signaler que tout ce qui était signé par le Président Etienne Tshisekedi, depuis des années, était le produit de sa concertation avec Bruno Tshibala avec qui Etienne Tshisekedi avait conçu et cosigné les Statuts de 2013, lesquels régissaient le Parti jusqu’au dernier Congrès Extraordinaire de cette année ».

QUID DU REMPLACEMENT D’ETIENNE TSHISEKEDI ?

« Après la mort du Président Etienne Tshisekedi, souligne Loseke, notre Parti UDPS a connu une crise politique et juridique grave du fait de l’impossibilité d’appliquer l’article 26 qui stipule : ’’En cas de décès, de démission, d’empêchement définitif, d’expiration de mandat ou d’interdiction d’exercer du Président du Parti, un directoire composé du Président en exercice de la Convention Démocratique du Parti, du Secrétaire Général du Parti et du Président de la Commission Electorale Permanente du Parti assume son intérim pour un délai ne dépassant pas 30 jours au cours duquel il est tenu de convoquer une session extraordinaire du Congrès en vue de l’élection du nouveau Président du Parti.Les décisions pendant l’intérim doivent être prises par consensus’’ ».

« Pendant ces 30 jours, signale le Président délégué de l’UDPS,toutes les décisions doivent être prises collégialement et par consensus au niveau du directoire. Toute décision prise par une personne est nulle et non avenue, il faut ajouter que le directoire est resté incomplet lors du décès du Président Etienne Tshisekedi ».

« A ce stade, indique le délégué de Bruno Tshibala, il sied de vous informer et à travers vous notre peuple que cette disposition de l’article 26 de nos statuts avait été proposée par Bruno Tshibala à Etienne Tshisekedi qui l’avait qualifiée de géniale et intelligente. Il fallait éviter qu’une seule personne ne vienne à manipuler les choses à son seul avantage ».

« LES DECISIONS DE J-M. KABUND SONT NULLES »

« Vous comprendrez certainement qu’avec cette situation d’inapplicabilité de cet article 26, le Parti était devenu ingouvernable, non seulement à cause de l’absence de deux autres membres du Directoire, mais surtout par le fait que les décisions à prendre étaient dépourvues d’un consensus impératif », assure Tharcisse Loseke.

« Ce qui, dit-il, signifie que toutes les décisions prises par J-M Kabund sont nulles et non avenues en l’absence du Directoire à trois qui doit décider par consensus. La seule possibilité qui restait était de convoquer le Conclave comme instance d’habilitation pour convoquer le Congrès dont l’initiative est prise de la base au sommet du Parti ».

« Pour le cas qui nous concerne aujourd’hui, précise Tharcisse Loseke, il y a eu le décès du Président Tshisekedi qui a laissé un vide au sommet du Parti. Il fallait rapidement combler ce vide. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu un conclave, suivi d’un Congrès extraordinaire du Parti auquel tous les membres du Parti, de l’intérieur et de l’extérieur du Pays, ont été conviés et ont pris une part active. Ce Congrès avait comme thème : ’’réunification, redynamisation et revitalisation du Parti’’. Tous nos objectifs ont été atteints mais nous poursuivons les efforts de réconciliation ».

Appelé à se prononcer sur la position de son parti face à la marche du 31 décembre convoquée par le Comité Laïc de Coordination (CLC), le Président délégué de l’UDPS juge cette manifestation inopportune. « Les objectifs de cette marche ne sont pas clairs, d’autant plus que l’Accord de la Saint Sylvestre est en train d’être appliqué, avec notamment la nomination d’un Premier ministre issu du Rassemblement, la publication du Calendrier électoral et la promulgation de la Loi électorale ».

Ci-dessous l’intégralité de l’adresse du Président délégué de l’UDPS incarnée par Bruno Tshibala.

[Yves KALIKAT]

POINT DE PRESSE DU PRÉSIDENT DÉLÉGUÉ DE L’UDPS

Mesdames et Messieurs de la presse,

Je voudrais avant toute chose vous souhaiter la bienvenue à ce point de presse de l’UDPS qui est le premier depuis mon accession au poste de Président Délégué de ce Parti.

J’aimerais aussi profiter de cette opportunité pour présenter à vous tous et surtout à tous ceux qui vous sont chers, mes meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2018.

Mesdames et Messieurs de la  presse,

L’opinion doit savoir que de la poignée des fils de notre pays qui s’étaient soulevés dans les 80 contre la dictature du Président Mobutu ; il n’en restait récemment que deux : Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA et Bruno TSHIBALA NZENZHE. Tous les autres : soit avaient désertés le Parti, soit avaient courbé l’échine ou s’étaient ralliés au pouvoir de l’époque.

En 1994, après le Conclave de BONDEKO, qui avait occasionné la révision des statuts élaborés dans la clandestinité, le Parti a été secoué par une crise grave à cause de divergences majeures entre Frédéric Kibasa Maliba et Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

C’est Bruno TSHIBALA, à l’époque qui fut chargé de mener les démarches de réconciliation entre les deux personnalités pour sauver le Parti.

Les conditions posées par Monsieur Frédéric Kibasa, en son temps, qui exigeait que la rencontre devant sceller leur entente se fasse à terrain neutre n’avaient pas permis l’aboutissement heureux de la médiation.

Cette situation a amené Bruno Tshibala à prendre faits et causes pour Etienne TSHISEKEDI et devenir son Eminence grise jusqu’au moment où le décès du Président Etienne TSHISEKEDI survenu le 1er février 2017 à Bruxelles est venu les séparer.

Il importe de signaler que tout ce qui était signé par le Président Etienne Tshisekedi, depuis des années, était inspiré et en général concerté avec Bruno Tshibala avec qui Etienne Tshisekedi avait conçu et cosigné les Statuts de 2013, lesquels régissaient le Parti jusqu’au dernier Congrès Extraordinaire de cette année.

Après la mort du Président Etienne Tshisekedi, notre Parti Udps a connu une crise politique et juridique grave du fait de l’impossibilité d’appliquer l’article 26 qui stipule ‘‘En cas de décès, de démission, d’empêchement définitif, d’expiration de mandat ou d’interdiction d’exercer du Président du parti, un directoire composé du Président en exercice de la Convention Démocratique du parti, du Secrétaire Général du Parti et du Président de la Commission Electorale Permanente du parti assume son intérim pour un délai ne dépassant pas 30 jours au cours duquel il est tenu de convoquer une session extraordinaire du Congrès en vue de l’élection du nouveau Président du parti.

Les décisions pendant l’intérim doivent être prises par consensus’’.

Pendant ces 30 jours, toutes les décisions doivent être prises collégialement et par consensus au niveau du directoire. Toutes décisions prises par une personne est nulle et non avenue, il faut ajouter que le directoire est resté incomplet lors du décès du Président Etienne Tshisekedi.

A ce stade, il sied de vous informer et à travers vous notre peuple que cette disposition de l’article 26 de nos statuts avait été proposée par Bruno Tshibala à Etienne Tshisekedi qui l’avait qualifiée de géniale et intelligente.

Il fallait éviter qu’une seule personne n’avienne à manipuler les choses à son seul avantage.

Vous comprendrez certainement qu’avec cette situation d’inapplicabilité de cet article 26, le parti était devenu ingouvernable non seulement à cause de l’absence de deux autres membres du Directoire, mais surtout par le fait que les décisions à prendre étaient dépourvus d’un consensus impératif.

Ce qui signifie que toutes les décisions prises par J-M Kabund sont nulles et non avenues en l’absence du Directoire à trois qui doit décider par consensus.

La seule possibilité qui restait était de convoquer le conclave comme instance d’habilitation pour convoquer le congrès dont l’initiative est prise de la base au sommet du parti.

En clair, le conclave convoqué dernièrement par notre parti s’et tenu en toute légalité.

Bien plus, il existe une jurisprudence interne au Parti avec le conclave de Bondeko de 1994 qui avait permis au parti de mettre en place des nouvelles structures.

Pour le cas qui nous concerne aujourd’hui, il y a eu le décès du Président Tshisekedi qui a laissé un vide au sommet du Parti. Il fallait rapidement combler ce vide.

C’est la raison pour laquelle nous avons tenu un conclave suivi d’un congrès extraordinaire du Parti auquel tous les membres du Parti, de l’intérieur et de l’extérieur du Pays, ont été conviés et ont pris une part active.

Ce Congrès avait comme thème : ‘’réunification, redynamisation et revitalisation du parti ‘’. Tous nos objectifs ont été atteints mais nous poursuivons les efforts de réconciliation.

Aujourd’hui, nous estimons que 70% de membres du parti sont dans la ligne que nous avons tracée.

Au cours de ce congrès extraordinaire, nous avons réactualisé les statuts du Parti en vue de les mettre à la mode du temps.

Ensuite, nous avons procédé à l’élection du successeur du président Etienne Tshisekedi. Il y avait 4 candidats retenus sur 10 déclarés et Mr Bruno Tshibala a été élu démocratiquement comme Président du Parti. Nul autre que lui ne méritait de succéder à Etienne Tshisekedi dès lors qu’il a sacrifié sa vie et sa jeunesse pour le Parti. Engager dans le combat en 1980, il totalise aujourd’hui 37 ans. Sa légitimité révolutionnaire découlant de la lutte a été prise en compte par les combattants.

Etant donné l’incompatibilité entre ses fonctions de Premier Ministre de la République et de Président d’un parti politique, M. Bruno Tshibala a opté pour la Primature et c’est votre serviteur qui a été nommé président Délégué du Parti. M. Bruno Tshibala est resté Autorité Morale.

Pour ceux qui ne sont pas venus au Congrès, l’Autorité Morale est prête à se rendre auprès d’eux : en vélo, en moto, à pied partout où ils se trouvent pour les ramener au bercail.

A ceux qui pensent que la succession de Tshisekedi devrait se faire autrement nous leur disons que l’Udps, Parti du Combat qui a vu mourir au combat des milliers des combattants, ne peut pas accepter une succession dynastique à sa tête.

Après avoir achevé en apothéose notre Congrès, il nous restait à officialiser notre décision, résolutions et recommandations.

Maintenant nous nous employons à la mise en œuvre de ces résolutions.

C’est ainsi que nous sommes à pied d’œuvre pour parachever la mise en place de nos structures en vue de placer l’Udps en ordre de bataille.

Nous avons salué la publication du calendrier électoral et la promulgation de la loi électorale par le Chef de l’Etat.

La torpeur qui s’est installée après la mort du Président Tshisekedi est terminée. Nous avons maintenant un Parti débout et prêt à affronter les échéances électorales.

Le sentiment que prévaut auprès des combattants est la satisfaction et la fierté d’avoir retrouvé l’énergie, la force et l’ambition de maintenir l’Udps au premier rang des Partis démocratiques au Congo luttant pour l’avènement d’un Etat de droit dans lequel la bonne gouvernance contribuera à résoudre les nombreux problèmes socio-économiques du pays et d’assurer le bonheur de nos compatriotes : Le Peuple d’abord.

Je vous remercie pour votre attention et reste à votre disposition pour des éventuelles questions.

Tharcisse Loseke Nembalemba

Président Délégué de l’Udps

A lire aussi

Moise KATUMBI [sur ecran] lors de son speech au meeting d'Ensemble du 09 Juin 2018.

Moïse KATUMBI : Le faussaire ?

 » Conformément à l’article 223 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, le …

Laisser un commentaire