vendredi , 22 juin 2018
Accueil / Politique / Kinshasa : Brousse en croissance sur boulevard Lumumba, l’autorité municipale doit faire son travaille

Kinshasa : Brousse en croissance sur boulevard Lumumba, l’autorité municipale doit faire son travaille

Faudrait-il que les Chinois qui ont modernisé cette artère, puissent aussi s’occuper de l’hygiène de son environnement ? Une brousse en croissance constante, a fini par envahir les abords du boulevard Lumumba à Limete. Ce, sous le regard presqu’insouciant de l’autorité de cette municipalité.

A plusieurs endroits, ces herbes folles ont pris de la hauteur, au point qu’elles peuvent cacher un jeune taureau debout. Ces pailles sauvages qui remplacent les plantes ornementales, contrastent avec la beauté même du boulevard Lumumba qui est la principale voie d’entrée et de sortie de la ville de Kinshasa, par l’aéroport international de N’Djili.

A cette brousse, s’ajoutent des bancs de boue mélangée de sable, entreposés le long de la route. Extraits des caniveaux depuis quelques semaines, ces terres sales attendent désespérément d’être évacuées ! Un décor sordide qui n’échappe pas au regard interrogateur de tous les usagers de cette route. Y compris les autorités de la ville entière.

Face à l’indifférence totale de l’autorité communale de Limete, des Kinois se posent-non sans raison- la question de savoir s’il appartient aux mêmes Ingénieurs chinois qui ont construit cette artère, de s’occuper également de l’hygiène de son environnement. Faudrait-il aussi attendre un financement des partenaires extérieurs, même lorsqu’il s’agit de couper de l’herbe qui pousse dans les quartiers habités de la ville de Kinshasa ? Revient-il personnellement au Chef de l’Etat, d’intervenir directement dans l’assainissement de la capitale ? Autant de questions des Kinois, mais qui demeurent sans réponse précise.

CE NE SONT PAS LES MOYENS QUI MANQUENT

Est-ce par manque de moyens financiers, que le bourgmestre de Limete assiste impuissant, à cette herbe folle d’une verdure parfaite en pleine ville ? Certains seraient tentés d’y croire. Cependant, cette hypothèse est battue en brèche par plus d’un observateur qui, faute de données statistiques fiables, estiment néanmoins que la commune de Limete bat le record d’office des mariages civils.

Il s’agit-là, d’un jugement empirique relevant d’une simple observation, la plupart des week-ends devant la maison communale de Limete. D’où la question : que fait le bourgmestre de l’argent perçu des mariés unis civilement ?

UN BUISSON AU QUARTIER BANUNU DE MATETE

A l’inverse de Limete où pousse la brousse qui tient lieu de végétation urbaine, un buisson gagne du terrain en plein boulevard Lumumba. Juste en face du terrain Tshobo, au quartier Banunu dans la commune de Matete. Comme à Limete, cette insalubrité semble ne pas du tout être le souci du bourgmestre de Matete qui, manifestement, donne l’impression de l’ignorer !

Cet échantillon des deux communes de Kinshasa, loin d’être représentatif, a cependant, le mérite de résumer la problématique de l’hygiène environnementale dans la très vaste métropole congolaise. Car, aucune commune de la ville n’est à l’abri de la crasse.

Nos municipalités ressemblent à des entités politico-administratives sans dirigeants ! In fine, c’est le Président de la République qui endosse l’inertie qui met à nu, l’incompétence avérée de ces différents bourgmestres.

LE PARTI PRESIDENTIEL INTERPELLE

Etant donné que c’est le Chef de l’Etat qui est vu en dernier ressort, des observateurs estiment que l’ubiquité de l’insalubrité dans la capitale, devrait interpeller le parti au pouvoir. La ville de Kinshasa est gérée par la Majorité présidentielle. En l’occurrence le PPRD dont l’écrasante majorité de bourgmestres se réclament.

Par rapport à l’insalubrité dans la capitale, des observateurs pensent qu’au niveau de différentes sections du parti présidentiel, des jeunes PPRD, devraient être mis à contribution pour le « Salongo » dans les communes. Ce serait aussi ça, la manière concrète de soutenir le Chef de l’Etat. Et non pas par des déclarations parfois sans conviction, faites à travers les medias. Soutenir Joseph Kabila, c’est participer à sa philosophie de redressement du pays. Pas moins. Hélas. A en juger l’action des bourgmestres de Kinshasa, on est à mille lieues de croire qu’ils appartiennent, eux aussi, à la « Kabilie ».

Dans une interview qu’il avait accordée en 2009 au prestigieux quotidien américain New-York Time, le Président Joseph Kabila déclarait « qu’il lui manquait quinze personnes de convaincues, déterminées à développer la RD Congo ». Aujourd’hui, il peut encore dire qu’il manque 24 bourgmestres pour rendre la ville de Kinshasa propre, à l’égal des agglomérations des autres pays.

[Laurel KANKOLE]

A lire aussi

Moise KATUMBI [sur ecran] lors de son speech au meeting d'Ensemble du 09 Juin 2018.

Moïse KATUMBI : Le faussaire ?

 » Conformément à l’article 223 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, le …

Laisser un commentaire