vendredi , 22 juin 2018
Accueil / Élections / Marche du 31 décembre : Non à la violence en RDC

Marche du 31 décembre : Non à la violence en RDC

Pas de pneus brûlés, pas de barricades, pas de propos violents, pas d’injures, pas de jets des pierres et autres projectiles, pas d’actes de vandalisme’’. Telle est l’orientation qui ressort de la mise au point contenue dans un communiqué du Comité Laïc de Coordination, signé le 25 décembre dernier. Alors que la tension est déjà perceptible dans le microcosme politique, les organisateurs de cette marche pacifique du 31 décembre 2017, réitèrent, plutôt, leur appel à la mobilisation des  congolais en vue de  réclamer la mise en œuvre  intégrale  de l’Accord de  la Saint Sylvestre notamment, en ce qui concerne les mesures de décrispation politique, le respect des droits aux  manifestations publiques, des  libertés  d’opinions ou d’expression dans les médias. Cette marche, à en croire le même communiqué, vise également à protester contre la dégradation croissante des conditions de vie socio-économique des congolais.  Mais, comment va-t-elle se dérouler ? Est-ce que les autorités congolaises vont-elles la laisser faire ? Pas si sûr, en tout cas. D’autant que ces derniers jours, à la veille d’une marche, quoique  pacifique,   les dispositifs généralement déployés, n’offrent pas assez de marge de manœuvre aux manifestants. Quoi qu’il en soit, le Comité Laïc de Coordination, dans ce communiqué,  ne se montre pas prêt à   abdiquer, ni à  reculer. Ce qui fait croire aux analystes qu’en dépit de son  caractère pacifique, cette marche risque de tourner, malheureusement, au vinaigre.  A moins que par un sursaut de professionnalisme, l’encadrement des chrétiens ainsi que de toutes les personnes ainsi mobilisées,  réussisse exceptionnellement à se faire  sans altercations, ni heurts.

1. MISE AU POINT DU COMITE LAIC DE COORDINATION

  1. Le Comité Laïc de Coordination remercie les partis politiques, les Mouvements Citoyens, les Organisations de la Société Civile, les Associations de défense des droits de l’homme, les Syndicats, … qui ont adhéré à la marche pacifique qu’il organise le 31 décembre 2017 et encourage ceux qui ne l’ont pas encore fait, de le faire. Cette marche n’est plus une affaire du seul Comité Laïc de Coordination, tout le peuple congolais doit se l’approprier. Chacune de nos organisations est appelée à déployer toute l’énergie dont elle est capable pour sa réussite. Néanmoins, cette marche doit être soumise aux règles strictes de la non-violence.
  2. Aussi, invitons-nous la population à n’accepter aucune forme de violence : pas de pneus brûlés, pas de barricades, pas de propos violents, pas d’injures, pas de jets des pierres et autres projectiles, pas d’actes de vandalisme,…
  3. Nous l’invitons également à ne pas considérer les Policiers, les Militaires et autres Agents des Services de Sécurité comme des ennemis ; et réciproquement, les Policiers, les Militaires et autres Agents des Services de Sécurité à ne pas considérer celle-ci comme leur ennemi.
  4. Le Comité Laïc de Coordination informe l’opinion nationale et internationale que LA MARCHE DU 31 DECEMBRE 2017 est une MARCHE PACIFIQUE. Ce jour-là, des femmes et des hommes de la République Démocratique du Congo vont marcher pacifiquement en priant et en entonnant des cantiques ; les Chrétiens avec leurs Chapelets, Bibles, Crucifix, …, et les autres, avec des rameaux de paix.
  5. Nous demandons ainsi à la Police Nationale Congolaise et aux autres Services de Sécurité de les encadrer et de les protéger tout au long de leur parcours.
  6. Peuple congolais, le Comité Laïc de Coordination vous invite à marcher pacifiquement à partir de là où vous serez le 31 décembre 2017, votre rue, votre quartier, votre paroisse, …

Les autres précisions vous seront communiquées dans les jours qui viennent.

  1. Enfin, congolaises et congolais, comme il se doit, le Comité Laïc de Coordination vous souhaite une bonne et heureuse année 2018 même si l’Histoire retiendra qu’au lieu de célébrer les festivités de fin d’année 2017, nous, peuple congolais, avons choisi de marcher pacifiquement ce 31 décembre 2017 pour revendiquer notre liberté, notre dignité et la prospérité à laquelle nous avons tous droit.

Fait à Kinshasa, le 25 décembre 2017

Pour le Comité Laïc de Coordination,

Prof. Thierry Nlandu Mayamba

Prof. Isidore Ndaywel E Nziem

2. LE G7 RÉPOND À L’APPEL DU COMITÉ LAÏC DE COORDINATION

DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU G7

LE BUREAU POLITIQUE DU G7

Réuni à Kinshasa, le mardi 26 décembre 2017,

  1. Convaincu que la tenue des élections libres, transparentes, inclusives et crédibles dans le respect absolu de la Constitution constitue la seule solution pacifique et durable à la crise politique grave dans laquelle le Président Joseph Kabila a délibérément plongé la République Démocratique du Congo, RDC ;
  2. Convaincu, à cet effet, que la mise en œuvre effective, intégrale et de bonne foi de l ‘Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 demeure l’unique feuille de route valable ;
  3. Considérant les multiples entraves dressées de mauvaise foi par Monsieur Kabila et ses partisans contre l’Accord sus-évoqué qu’ils ont perverti et continuent à vider de toute sa substance en vue d’imposer au Peuple des élections truquées et non conformes aux normes démocratiques ;
  4. Considérant que le refus du Président Joseph Kabila et de son gouvernement d’appliquer intégralement et de façon significative les mesures de décrispation politique convenues dans cet Accord, d’une part, et la promulgation par lui d’une loi dont les dispositions énervent les articles 13 et 101 de la Constitution, d’autre part, traduisent sa volonté d’exclure injustement certains Congolais des prochaines élections;
  5. Relevant qu’un an après la signature de l’Accord de la Saint Sylvestre, ni l’audit, ni la redynamisation de la CENI prévus par ses clauses IV4 et IV5 n’ont été faits pour garantir sa bonne gestion, son indépendance et son impartialité ;
  6. Convaincu que, de ce qui précède, ni la promulgation de la loi électorale précitée, ni la publication par la CENI d’un calendrier électoral, du reste, non consensuel, truffé de nombreuses contraintes et en contradiction avec la Constitution ainsi que l’Accord de la Saint Sylvestre, ne garantissent à elles seules la tenue effective des élections présidentielle, législatives et provinciales en 2018 ;
  7. Souscrit intégralement à 1′ appel citoyen à manifester pacifiquement le dimanche 31 décembre 2017 lancé par le Comité Laïc de Coordination, CLC;
  8. Demande au Peuple congolais et, plus particulièrement, à tous les membres des partis du G7 de participer massivement aux marches pacifiques programmées à cet effet EN VUE DE RECLAMER L’APPLICATION INTEGRALE ET DE BONNE FOI DE L’ACCORD POLITIQUE GLOBAL ET INCLUSIF DU 31 DECEMBRE 2016 pour la tenue effective des élections libres, transparentes, inclusives et crédibles au courant de l’année 2018 en RDC.

III. Invite toutes les confessions religieuses de la RDC à s’impliquer dans les marches du dimanche 31 décembre 2017 à travers le pays et dans la mise en œuvre  de l’Accord de la Saint Sylvestre en vue des élections paisibles, de la consolidation de 1’unité nationale et de la stabilité de la RDC ;

– Réaffirme que la décrispation politique est une des exigences fondamentales de transparence, d’inclusivité et de crédibilité des prochaines élections. Elle ne peut être banalisée par des visites spectaculaires et à des fins médiatiques, rendues aux prisonniers politiques, aux exilés et autres victimes de la répression aveugle du pouvoir dictatorial ;

– Exige une décrispation politique intégrale qui n’est possible que par:

– Le retour au pays, en homme libre et en toute sécurité, de Moïse Katumbi Chapwe, victime d’un bannissement arbitraire par le Président Kabila et son gouvernement ;

– La libération sans condition et immédiate des tous les prisonniers politiques et d’opinion dont Jean-Claude MUYAMBO, Huit MULONGO, Eugène DIOMI NDONGALA, Franck DIONGO et les membres des partis politiques de l’opposition ainsi que des mouvements citoyens;

– La fin du dédoublement des partis politiques de 1′ opposition ;

– Le libre exercice des activités politiques à travers tout le pays par les acteurs et les formations politiques ;

– Le libre accès aux médias publics par tous les courants de pensée et la réouverture des médias privés arbitrairement fermés par le gouvernement ;

– Le rapatriement de la dépouille mortelle du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, et l’organisation des obsèques nationales dignes de son rang et de son combat politique pour l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit en RDC;

Soutient que l’application des mesures ci-dessus, du reste, conformes à l’Accord de la Saint Sylvestre, relève de la responsabilité du seul gouvernement de Joseph Kabila. Elle ne nécessite ni négociation, ni toute autre forme de discussion ou contacts préalables avec les victimes.

LE CONGO NOUS APPARTIENT TOUS.

DEBOUT CONGOLAIS POUR SAUVER NOTRE AVENIR ET REPUBLIQUE !

Kinshasa, le 26 décembre 2017

Le Président en exercice du G7

Pierre Lumbi Okongo

3. LE MPCR SOUTIENT ET ADHÈRE À L’INITIATIVE DU COMITÉ LAÏC DE COORDINATION

Il est plus que temps pour notre peuple de se décider définitivement de son avenir en faisant taire ce régime des prédateurs en vue de redresser nos fronts longtemps courbés, l’Honorable Jean Claude VUEMBA LUZAMBA et le Mouvement du Peuple Congolais pour la République invitent les Combattantes et Combattants du MPCR en particulier ainsi que la population congolaise en général à se joindre à l’appel lancé par le Comité Laïc de Coordination de l’Eglise Catholique afin de mettre nos ennemis hors de notre périphériques et de sauvegarder notre jeune démocratie’’. Voici l’appel de soutien du MPCR à la démarche du Comite Laïc de Coordination. Sachant, poursuit le MPCR que «la force de la Constitution d’un pays réside entièrement dans la détermination de chaque citoyen à la défendre». Ci-après, le communiqué du MPCR en rapport avec la marche du 31 décembre 2017.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU MPCR EN RAPPORT AVEC LA MARCHE DU 31 DECEMBRE 2017

Le Mouvement du Peuple Congolais pour la République présente ses vœux à tous les citoyens en ce moment de méditation de l’avant 31 Décembre 2017, date à laquelle les institutions de notre très chère patrie recouvriront totalement l’illégitimité et que seul le peuple aura la légitimité de définir l’après 31 décembre 2017.

Cependant, le MPCR rappelle qu’en cette date, la Souveraineté ne peut appartenir qu’à tous les citoyens congolais, cette totalité étant l’addition de toutes les individualités. La Souveraineté appartenant à tous les citoyens, et chacun étant l’égal de chacun, chacun en détient une fraction égale. En conséquence chaque citoyen devra décider du sort de notre Pays lorsqu’une fraction des gens cherchera à prendre le pays en otage.

Les subterfuges et supercheries du pouvoir en place et de sa caisse de tripatouillage (Corneille Nanga) ne pourront jamais confisquer le droit fondamental de notre peuple à désigner librement ses dirigeants. Le pouvoir qui est devenu un agent spécial d’oppression contre le peuple congolais devra se rendre compte que personne dans ce monde ne pourra ébranler la volonté de plus de 16.000.000 d’habitant de Kinshasa et de plus de 80.000.0000 pour toute la RDC.

Les criminels de deux guerres du Congo, seigneurs de guerre au pouvoir doivent savoir que la peur commence à changer de camps. Le MPCR souligne avec insistance l’importance de l’activité du 31 Décembre 2017, jour auquel notre peuple est tenu de s’exprimer en rapport avec la fin du régime conventionnel qui a permis à Monsieur Kabila de respirer pour quelques jours.

Le MPCR rappelle que le pseudo procès qui se tient à la prison Ndolo est l’un des règlements de compte absurde des hommes de mains de ce régime, la plupart des personnes arrêtés et jugés sont victimes de leur position politique contraire au régime car à Kinshasa, il n’y a jamais eu les gens de Kamuina Nsapu, par ailleurs, nous assistons plutôt au scenario monté de la MP.

Il est plus que temps pour notre peuple de se décider définitivement de son avenir en faisant taire ce régime des prédateurs en vue de redresser nos fronts longtemps courbés, l’Honorable Jean Claude VUEMBA LUZAMBA et le Mouvement du Peuple Congolais pour la République invitent les Combattantes et Combattants du MPCR en particulier ainsi que la population congolaise en général à se joindre à l’appel lancé par le Comité Laïc de Coordination de l’Eglise Catholique afin de mettre nos ennemis hors de notre périphériques et de sauvegarder notre jeune démocratie, sachant que « la force de la Constitution d’un pays réside entièrement dans la détermination de chaque citoyen à la défendre ».

Le MPCR soutient et adhère à cette initiative pour l’intérêt supérieur du peuple congolais et appelle le peuple congolais à bannir la peur.

Fait à Kinshasa, le 25 Décembre 2017

Pathou PETIPETI MUJINGA

Secrétaire Général

A lire aussi

Kinshasa : Nsele a du mal à être approvisionnée en électricité

Bienvenue à Bel air. Ce quartier rural de la commune de la Nsele, à l’Est …

Laisser un commentaire