jeudi , 26 avril 2018
Accueil / Société / Guerres et conflits / RDC : Les miliciens Maï-Maï ont incendié une résidence de « Kabila » au Nord-Kivu ?

RDC : Les miliciens Maï-Maï ont incendié une résidence de « Kabila » au Nord-Kivu ?

Dans la nuit du 25 décembre 2017, vers 1h00, à Musienene dans la cité de Lubero (Nord-Kivu, est de la République Démocratique du Congo (RDC)), une demeure du président de la République Joseph Kabila a été incendiée. Certaines sources imputent cet acte à des miliciens Maï-Maï et y voient un signe de “ras-le-bol généralisé” à l’égard de Joseph Kabila.

Une résidence du président Joseph Kabila a été incendiée par des miliciens présumés, dans la nuit de dimanche à lundi causant la mort d’un policier dans l’est de la RDC, selon des témoins.

« La résidence du chef de l’État à Musienene a été la cible d’une attaque depuis 3 heures (1 heure GMT) puis incendiée par des Maï-Maï », a déclaré à l’AFP un responsable militaire sous couvert de l’anonymat. Le chef de la police responsable de la garde de la résidence est mort calciné dans l’incendie.

« Les assaillants ont tout pillé avant de mettre le feu à la maison et à quelques véhicules » qui s’y trouvaient, a indiqué l’officier. « Nous avons vu des flammes consumer la résidence du président de la République à notre réveil », a déclaré Pascal Mukondi, un habitant de Musienene. Un autre habitant a déclaré « redouter des représailles » de l’armée.

Musienene est une localité située à 17 km de la ville de Butembo, voisine de Beni (nord-Kivu), où la population manifeste régulièrement contre l’insécurité et le maintien au pouvoir du président Kabila après l’expiration de son mandat le 20 décembre 2016. L’opposition congolaise appelle à « une transition sans Kabila » après le 31 décembre 2017, estimant qu’il n’a aucune volonté d’organiser la présidentielle qui permettra d’élire son successeur.

Plusieurs groupes armés locaux et étrangers opèrent dans cette zone du Nord-Kivu. Début décembre, 14 Casques bleus tanzaniens ont été tués lors d’une attaque attribuée aux rebelles ADF-Nalu, originaires de l’Ouganda.

LES NOTABLES NANDE CONDAMNENT

Les notables Nande sont en colère. Ils déplorent l’incendie de la résidence privée du chef de l’Etat à Musienene. Selon une déclaration portant la signature notamment du Gouverneur Julien Paluku Kahongya, de l’honorable Vahamwiti et du ministre honoraire Salomon Banamuhere, ces notables fustigent l’attaque contre la propriété du président Joseph Kabila, perpétrée dans la nuit du 24 au 25 décembre dernier.

Confirmée par des sources concordantes et relayée par la chaîne française TV5, dans ses éditions d’hier soir, ’’cette attaque perpetrée par des assaillants non encore identifiée a coûté la vie à un policier congolais’’.

Regret des notables Nande

Se disant stupéfaits, les signataires de la Déclaration diffusée hier lundi 25 décembre à travers les réseaux sociaux regrettent l’acte posé. Ils expriment à cet effet leur compassion à l’égard du président de la République pour « cette circonstance qui blesse la conscience de tout citoyen congolais ».

Indignés, ces porte-étendards de la communauté Nande condamnent avec fermeté « cet acte de barbarie ». Ils appellent, dès lors, « l’ensemble de la population de Lubero et de Beni à se désolidariser de toute action susceptible de compromettre la paix et le développement de cette partie du pays qui se veut être une référence de la dynamique progressiste ».

Pour une enquête illico

« Nous invitons à cet effet les services compétents à initier, sans délais, une enquête sur cet acte ignoble. Nous encourageons ainsi les Forces armées de la République démocratique du Congo à poursuivre les opérations de neutralisation de toutes les forces négatives au Nord-Kivu », notent les notables Nandé.

« Nous demeurons convaincus que la communauté Nande est irrévocablement attachée à la paix et au développement. Nous rassurons le chef de l’Etat afin que la pacification et la reconstruction du Nord-Kivu se poursuivent », précisent les signataires de cette Déclaration.

A lire aussi

Papa WEMBA, last stage appearence in FEMUA festival, Abidjan, Cote d'Ivoire

Mort d’un Icône : Les ivoiriens ont tué Papa WEMBA

« Papa Wemba a été assassiné, on avait placé le poison sur son micro ». …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer