vendredi , 22 juin 2018
Accueil / International / Amérique / Honduras : L’Opposition dénonce des fraudes massives lors du scrutin du 26 novembre

Honduras : L’Opposition dénonce des fraudes massives lors du scrutin du 26 novembre

Les Etats-Unis ont reconnu vendredi la réélection du président du Honduras Juan Orlando Hernandez, appelant à un « dialogue national robuste » avec l’opposition qui dénonce des fraudes massives lors du scrutin du 26 novembre.

Le Tribunal électoral suprême (TSE) a validé dimanche la victoire de M. Hernandez avec 42,95% des voix contre 41,42% au candidat de la coalition de gauche, Salvador Nasralla, un populaire animateur de télévision sans expérience politique qui conteste le résultat et exige la tenue d’une nouvelle présidentielle.

L’opposition a minimisé la portée de cette reconnaissance, appelant à la poursuite de la contestation. Depuis le scrutin, le pays est secoué par des manifestations et l’opposition réprimée par les forces de sécurité. Au moins douze personnes sont mortes lors des affrontements, selon des organisations internationales.

Le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA) Luis Almagro s’était prononcé pour un nouveau scrutin présidentiel et la mission d’observation de l’Union européenne avait appelé le TSE à la prudence avant de déclarer un vainqueur.

Irrégularités

« Les Etats-Unis félicitent Juan Orlando Hernandez pour sa victoire le 26 novembre », a indiqué vendredi Heather Nauert, porte-parole du département d’Etat, dans un communiqué.

Mais « le résultat serré, les irrégularités identifiées par les missions d’observation de l’OEA et de l’UE, et les réactions fortes des Honduriens de tout le spectre politique soulignent la nécessité d’un dialogue national robuste », a-t-elle souligné, appelant le TSE à « étudier pleinement et avec transparence toute contestation déposée par les partis politiques » qui doivent « explorer toutes les pistes de la loi hondurienne ».

Les autorités du Honduras doivent pour leur part entamer « un important effort à long terme pour calmer les divisions politiques dans le pays et engager des réformes électorales nécessaires ».

Washington a aussi appelé la population à « éviter les violences » et le gouvernement hondurien à « s’assurer que les services de sécurité respectent les droits des manifestants pacifiques et assumer la responsabilité de toute violation de ces droits ».

L’ONU et la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) ont condamné mercredi « l’usage excessif de la force utilisée pour disperser les manifestations » qui ont « conduit à la mort de 12 manifestants », et les brutalités commises sur les manifestants arrêtés.

Manuel Zelaya, ancien président hondurien et coordonnateur de l’Alliance de l’opposition, a estimé que Washington avait toujours soutenu M. Hernandez.

« L’ambassadeur des Etats-Unis au Honduras s’appelle Juan Orlando Hernandez », a-t-il dit à Tegucigalpa, appelant à la poursuite des manifestations.

Le gouvernement de M. Hernandez est un proche allié de Washington dans la région et a montré sa solidarité en votant jeudi contre une résolution de l’ONU condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Intérêt national

Alors que Juan Orlando Hernandez a appelé l’opposition au dialogue pour sortir de la crise politique, M. Nasralla a estimé que ces discussions devaient avoir pour objectif de fixer un nouveau scrutin.

En début de semaine, M. Nasralla a rencontré M. Almagro et des responsables du département d’Etat à Washington. Il a affirmé avoir remis des documents prouvant selon lui que le scrutin avait été entaché de fraudes massives, appelant les Etats-Unis à ne pas reconnaître la victoire de son rival.

Mais un haut responsable du département d’Etat a estimé mercredi que « rien » ne permettait de remettre en cause le résultat officiel de la présidentielle. Il a assuré que M. Nasralla « n’avait pas de nouvelle fraude ou preuve à nous présenter ».

Des membres démocrates à la Chambre des représentants ont exprimé jeudi leur inquiétude concernant les violences post-électorales. La stabilité politique au Honduras est « un intérêt national » pour les Etats-Unis qui dépensent « des centaines de millions de dollars des contribuables » pour financer des programmes d’assistance dans la région, ont-il déclaré dans une lettre ouverte.

[Afp]

A lire aussi

"Joseph KABILA" en train de parler avec les etudiants de l'Universite Mapon.

RDC : Discours d’adieu de « Joseph KABILA » ?

Le suspense est enfin levé. Les deux chambres du Parlement en République Démocratique du Congo …

Laisser un commentaire