vendredi , 22 juin 2018
Accueil / Élections / RDC : La démocratie est loin d’entrer dans les mœurs des dirigeants congolais

RDC : La démocratie est loin d’entrer dans les mœurs des dirigeants congolais

La démocratie n’a jamais été malmenée comme c’est le cas ces derniers mois en RDC. Répression brutale des manifestations publiques, violations massives des droits et libertés fondamentaux, absence de tolérance, intimidations des adversaires politiques, blocage du processus électoral, absence de consensus politique sur des matières importantes, absence de débat démocratique, sont autant des maux qui rongent la société congolaise actuelle. Le comble c’est que même le Parlement qui devrait être le temple de la démocratie ne peut montrer l’exemple. Si le Sénat reste la chambre des sages où les velléités de la majorité présidentielle sont tempérées dans la mesure du possible, ce n’est pas le cas à l’Assemblée nationale. La chambre basse du Parlement passe, à tout point de vue, comme une caisse de résonnance du régime en place à Kinshasa.

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la démocratie est loin d’entrer dans les mœurs des dirigeants congolais, en général, des parlementaires, en particulier.

En effet, la démocratie n’a jamais été malmenée comme c’est le cas ces derniers mois en RDC. Répression brutale des manifestations publiques, violations massives des droits et libertés fondamentaux, absence de tolérance, intimidations des adversaires politiques, blocage du processus électoral, absence de consensus politique sur des matières importantes, absence de débat démocratique,  sont autant des maux qui rongent la société congolaise actuelle.

Le comble c’est que même le Parlement qui devrait être le temple de la démocratie ne peut montrer l’exemple. Si le Sénat reste la chambre des sages où les velléités de la majorité présidentielle sont tempérées dans la mesure du possible, ce n’est pas le cas à l’Assemblée nationale. La chambre basse du Parlement passe, à tout point de vue, comme une caisse de résonnance du régime en place à Kinshasa.

L’Assemblée nationale, censée être la représentation du peuple congolais, a perdu son âme en République démocratique du Congo. Elle ne joue nullement son rôle de contrôle de l’Exécutif encore moins de législateur des lois qui répondent à l’intérêt général et à la promotion de la démocratie.

La chambre basse du Parlement se confond plutôt à un bureau politique du parti présidentiel le PPRD. Les députés ont oublié le mandat du peuple et se mettent à la disposition de leur autorité morale, à temps et à contre temps.

Du coup, le jeu démocratique est biaisé en RDC. L’équilibre des  institutions de la République l’est tout aussi. Quand une représentation nationale peut ignorer le souverain primaire et ne privilégier que le diktat de son parti politique, c’est que la démocratie est effectivement en crise en RDC.

Les débats monocolores puis le vote du projet de loi électorale à l’Assemblée nationale par les seuls députés de la majorité présidentielle sont la preuve que la démocratie a déserté l’hémicycle.

A lire aussi

Moise KATUMBI [sur ecran] lors de son speech au meeting d'Ensemble du 09 Juin 2018.

Moïse KATUMBI : Le faussaire ?

 » Conformément à l’article 223 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, le …

Laisser un commentaire