jeudi , 26 avril 2018
Accueil / International / Europe / Tchétchénie : Ramzan KADYROV visé des sanctions américaines

Tchétchénie : Ramzan KADYROV visé des sanctions américaines

Les Etats-Unis ont imposé mercredi des sanctions contre le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, accusant cet allié du président russe Vladimir Poutine d’être personnellement impliqué dans de graves violations des droits de l’Homme.

Ces nouvelles mesures, qui visent aussi des responsables russes, risquent de déplaire à Moscou, et confirment la difficulté d’un rapprochement entre les Etats-Unis et la Russie, pourtant voulu par Vladimir Poutine et Donald Trump avant l’arrivée de ce dernier à la Maison Blanche il y a près d’un an.

Ramzan Kadyrov a été inscrit sur les listes noires du Trésor et du département d’Etat américains notamment pour des accusations d’exécutions extrajudiciaires, de torture ou de disparitions.

« Je peux être fier de ne pas convenir aux services spéciaux américains », a réagi le dirigeant tchétchène sur son compte Instagram. « Ils disent que les sanctions sont liées aux droits de l’Homme. Alors pourquoi chercher pour cette liste des personnes se trouvant à l’autre bout du monde, puisqu’elles se trouvent chez vous, à la Maison Blanche et au Pentagone ? », a-t-il ajouté, énumérant les guerres où ont été impliqués les Etats-Unis.

Un responsable de la sécurité en Tchétchénie, Ayub Kataev, est également sanctionné notamment pour des meurtres et des disparitions mais aussi pour son implication présumée dans des exactions contre les homosexuels cette année dans cette république du Caucase russe.

Les sanctions annoncées mercredi concernent enfin trois Russes, Alexei Sheshenya, Yulia Mayorova et Andrei Pavlov, impliqués dans l’affaire de corruption révélée par Sergueï Magnitski, ce juriste russe mort en prison en 2009.

Magnitski Act

Le Trésor américain « reste engagé à poursuivre ceux impliqués dans l’affaire Sergueï Magnitski y compris ceux qui ont eu un rôle dans le complot criminel et la fraude qu’il a découverts », affirme dans un communiqué le directeur de l’agence chargée des sanctions financières John Smith.

Les nouvelles sanctions ont d’ailleurs toutes été prises dans le cadre du « Magnitski Act ».

Cette loi de 2012 cible d’abord les personnes impliquées dans la vaste affaire de corruption et fraude fiscale démasquée par cet avocat russe, notamment des membres du gouvernement russe. Elle permet également de viser les responsables de la détention de Sergueï Magnitski, des abus qu’il a subis et de sa mort, ainsi que ceux qui en ont profité.

Mais au-delà, ce texte à la portée très vaste permet aussi de sanctionner toute personne responsable d’exécutions extrajudiciaires, d’actes de torture ou d’autres violations flagrantes des droits de l’Homme contre quiconque chercherait à porter à la connaissance du public des activités illégales perpétrées par des responsables russes ou simplement à exercer ses droits et ses libertés en Russie.

Les sanctions, qui touchent désormais 49 personnes au titre du Magnitski Act, gèlent leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis et interdisent à tout ressortissant américain de faire des affaires avec ces individus. Elles sont également interdites de visa américain et d’accès au territoire des Etats-Unis, souligne le département d’Etat dans un autre communiqué.

Les relations entre Moscou et Washington sont au plus bas, sur fond d’enquête aux Etats-Unis sur des accusations d’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de 2016 et des soupçons de collusion entre le Kremlin et l’équipe de campagne du candidat Trump. Les deux pays ont mené ces derniers mois une guerre des sanctions, avec expulsion de diplomates et fermeture de batîments officiels à la clé.

Le mois prochain, l’administration et le Congrès américains doivent en outre trouver un accord sur la mise en oeuvre de nouvelles sanctions économiques imposées l’été dernier par les parlementaires des Etats-Unis et promulguées à contre-coeur par le président Trump. L’administration doit notamment fournir au Congrès une liste de riches Russes considérés comme membres du réseau de soutien politique et financier de Vladimir Poutine — ce qui risque de porter un nouveau coup aux velléités d’apaisement des deux présidents.

[Afp]

A lire aussi

Liban : Les candidats payent pour faire campagne dans les médias

Jusqu’à 6.000 dollars par minute d’antenne, 240.000 pour un débat télévisé, 1,5 million pour un …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer