dimanche , 24 juin 2018
Accueil / Élections / RDC : Plusieurs contraintes bloquent la machine électorale

RDC : Plusieurs contraintes bloquent la machine électorale

La question qui se pose actuellement est celle de savoir si le Sénat parviendra à expédier tous ces dossiers en une semaine. Le temps presse et reste trop court. À moins que l’on expédie les choses pour juste accomplir un devoir d’État. Au-delà de toutes ces tergiversations et autres manœuvres des politiques, le peuple quant à lui, n’attend plus que les élections pour une alternance politique. Mais le risque est que toutes ces contraintes citées arrivent à perturber le calendrier électoral publié par la CENI.

Après la publication du calendrier électoral par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le temps file pour son respect dans le délai prescrit. Plusieurs contraintes bloquent la machine électorale.

La question qui se pose actuellement est celle de savoir si le Sénat parviendra à expédier tous ces dossiers en une semaine. Le temps presse et reste trop court. À moins que l’on expédie les choses pour juste accomplir un devoir d’État.

Au-delà de toutes ces tergiversations et autres manœuvres des politiques, le peuple quant à lui, n’attend plus que les élections pour une alternance politique. Mais le risque est que toutes ces contraintes citées arrivent à perturber le calendrier électoral publié par la CENI.

Tout a commencé avec le projet de budget déposé en retard par le gouvernement Tshibala. Avec un budget estimé à 10.313 milliards de franc congolais, le Premier ministre pense qu’il va permettre aux Congolais d’aller calmement aux élections tant réclamées. Le calendrier électoral voté par la CENI prévoit les élections présidentielles le 23 décembre 2018.

S’agissant de la révision du projet de la loi électorale déposé à l’Assemblée nationale, il doit être promulgué le 15 décembre. Une fois de plus, cette révision fait débat. La loi prévoit le vote électronique, pourtant contesté par les opposants, qui juge ce mode de scrutin d’«anticonstitutionnel ». C’est sans doute une bonne préparation à la maffia électorale. Le Sénat est dans l’obligation de tout revoir afin d’éviter l’hécatombe qui se profile déjà à l’horizon.

Dans tout ceci, il faudrait à tout prix regarder le chrono. L’Année 2018 doit obligatoirement offrir au peuple les élections crédibles et apaisées. Le Sénat est bel et bien le dernier rempart. Les Sénateurs, en tant que « sages », doivent accélérer les choses pour éviter toute perturbation du calendrier électoral et tout prétexte d’un nouveau report.

[le Potentiel]

A lire aussi

Raqa : Etat islamique menace

Les forces de sécurité à Raqa ont annoncé un couvre-feu de deux jours à partir …

Laisser un commentaire