vendredi , 22 juin 2018
Accueil / International / Asie / Jérusalem : Israël dénonce l’hypocrisie de l’Europe

Jérusalem : Israël dénonce l’hypocrisie de l’Europe

Benjamin Netanyahu a accusé l’Europe d' »hypocrisie » au sujet de la condamnation de la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. M. Netanyahu a tenu ces propos avant de quitter dans la nuit Israël pour Paris où il devait rencontrer dimanche le président français Emmanuel Macron.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé l’Europe d' »hypocrisie » au sujet de la condamnation de la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Netanyahu a tenu ces propos avant de quitter dans la nuit Israël pour Paris où il devait rencontrer dimanche le président français Emmanuel Macron avant de s’envoler pour Bruxelles pour une rencontre avec les chefs de la diplomatie de l’Union européenne.

« Je respecte l’Europe mais je ne suis pas prêt d’accepter une politique de deux poids deux mesures de sa part », a affirmé le dirigeant israélien qui s’est en outre attiré les critiques européennes au sujet de la colonisation juive des territoires palestiniens occupés.

« Des voix s’élèvent (d’Europe) pour condamner la déclaration historique du président Trump, mais je n’ai pas entendu des condamnations des tirs de roquettes sur Israël ou de la terrible incitation contre le pays. Je ne suis pas prêt d’accepter cette hypocrisie. »

Plusieurs roquettes ont été tirées depuis jeudi de la bande de Gaza, une enclave palestinienne contrôlée par le Hamas, contre Israël. Certaines sont tombées en territoire palestinien, d’autres ont été interceptées et une a visé la ville israélienne de Sdérot sans faire de victime.

L’armée israélienne a riposté à ces tirs en menant des raids aériens contre des cibles « militaires » à Gaza qui ont coûté la vie à deux membres de la branche armée du Hamas.

La visite de M. Netanyahu en Europe avait été organisée avant la déclaration de M. Trump.

GARDE ISRAÉLIEN POIGNARDÉ

Un Palestinien a poignardé et sérieusement blessé dimanche un garde de sécurité israélien à Jérusalem, a annoncé la police en qualifiant l’attaque de « terroriste ».

L’attaque est survenue dans la principale gare routière de la ville, sur fond de vives tensions créées par la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Selon le porte-parole de la police Micky Rosenfeld, l’assaillant a été arrêté.

Sur Twitter, M. Rosenfeld a décrit l’attaque comme « terroriste ».

Selon des sources médicales, le garde âgé de 25 ans a été évacué à l’hôpital avec des blessures sur « le haut du corps ». L’assaillant originaire de Cisjordanie occupée et âgé de 24 ans souffre lui de blessures à la tête, a-t-on ajouté sans autres précisions.

Pour le quatrième jour consécutif, des milliers de personnes ont manifesté au Moyen-Orient et à l’étranger pour protester contre la décision controversée du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, un geste en rupture avec des décennies de diplomatie américaine et internationale.

Depuis jeudi, quatre Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, deux lors de heurts avec des soldats et deux membres du mouvement islamiste Hamas dans des raids aériens israéliens en riposte à des tirs de roquettes à partir de l’enclave palestinienne.

PAPE FRANÇOIS RENOUVELLE SON APPEL À LA SAGESSE ET LA PRUDENCE

Le pape François a renouvelé dimanche, dans un communiqué, son appel à la « sagesse » et à la « prudence de tous » après la décision controversée des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

« Le Saint Père renouvelle son appel à la sagesse et la prudence de tous et forme de ferventes prières afin que les responsables des nations, dans ce moment particulièrement grave, s’engagent à prévenir une nouvelle spirale de violence », a précisé ce communiqué du Vatican.

Le pape François avait déjà manifesté sa préoccupation en appelant mercredi au « respect du statu quo » en conformité avec les résolutions des Nations unies.

Le Vatican indique dimanche suivre avec « grande attention » la situation au Moyen-Orient, et en particulier à Jérusalem, « ville sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans du monde entier ».

Jorge Bergoglio demande également que les responsables internationaux « répondent avec des actes et des paroles aux désirs de paix, de justice et de sécurité des populations de ces terres martyrisées ».

Et avant l’ouverture de réunions convoquées par la Ligue arabe et l’Organisation pour la coopération islamique, le Vatican « rappelle sa position bien connue en ce qui concerne le caractère unique de la Ville Sainte (Jérusalem) et la nécessité absolue de respecter le statu quo, en conformité avec les décisions de la communauté internationale ».

Le Saint-Siège rappelle également que « seule une solution négociée entre Israéliens et Palestiniens peut apporter une paix stable et durable et garantir une co-existence pacifique entre deux Etats à l’intérieur de frontières reconnues internationalement ».

La décision unilatérale mercredi de M. Trump de déclarer Jérusalem capitale d’Israël a provoqué des condamnations internationales. Des heurts ont eu lieu samedi dans les Territoires palestiniens pour le troisième jour consécutif.

Le pape François a fait part à cet égard de sa « douleur » après ces affrontements.

[Afp]

A lire aussi

Rohingya : La CPI a-t-elle compétence ?

Comment une contestation juridique de la déportation Rohingya pourrait redéfinir les limites de la justice …

Laisser un commentaire