Accueil / International / Amérique / Pour les Etats-Unis, il faut organiser rapidement les élections en RDC
Vital Kamerhe et om Perriello
Vital Kamerhe et l'Envoyé spécial du Président Obama dans la région des grands-Lacs, Thomas Stuart Price Perriello

Pour les Etats-Unis, il faut organiser rapidement les élections en RDC

Face à la tension qui règne dans le pays, les États-Unis estiment que l’organisation le plus rapidement possible de l’élection présidentielle serait à même d’apaiser les esprits et ainsi éviter tout dérapage nocif.

Après une rencontre avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) mardi 13 septembre à Kinshasa, l’Envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, Thomas Perriello, a fait savoir  qu’il faut  organiser rapidement les élections en RDC.

«Il faut faire tout ce qui est faisable pour s’assurer que nous puissions respecter l’esprit de la constitution pour que les élections se tiennent le plus rapidement possible», a-t-il déclaré après sa rencontre avec le président de la Commission électorale nationale indépendante.

Thomas Perriello a notamment insisté sur la tenue de l’élection présidentielle.

«Nous avons eu un tour d’horizon pour discuter des questions techniques, pour voir comment passer rapidement aux élections, en particulier l’élection présidentielle. Il y a un intérêt particulier sur cette question, les questions techniques liées aux élections au sein du dialogue. Mais cette question intéresse aussi les personnes qui ne sont pas au dialogue. La population congolaise elle-même», a indiqué le diplomate américain.

La question de l’organisation de cette élection présidentielle divise l’opposition et la majorité au dialogue politique.

Pour la Majorité au pouvoir, ce scrutin devrait se tenir après les autres élections. Les opposants soutiennent l’inverse, estimant que la présidentielle doit être organisée en priorité.

Au pouvoir depuis 2001 à la mort de son père, le président Kabila a été élu en 2006 et réélu en 2011. Son deuxième et dernier mandat prend fin en décembre 2016. La constitution lui interdit de se représenter pour un nouveau mandat. L’opposition le soupçonne de vouloir se maintenir au pouvoir au-delà de ce délai.

Le chef de l’Etat a convoqué un dialogue pour permettre la tenue des élections « crédibles » et « apaisées ». Ce forum, boudé par une partie de l’opposition, a débuté le 1er septembre dernier et pourrait se terminer le 19 septembre, alors que constitutionnellement c’est la date de la convocation de l’électorat pour la présidentielle.

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire