jeudi , 15 novembre 2018
Accueil / Élections / RDC : Appel à la mobilisation tous azimuts
L'Opposition congolaise, Goree, Senegal.
L'Opposition congolaise, Goree, Senegal.

RDC : Appel à la mobilisation tous azimuts

Dernière mise à jour, le 13 mai 2018 à 11:07

Pour établir la vérité en toute objectivité et indépendance dans l’affaire du recrutement des mercenaires américains et sud-africains mettant en cause, le candidat commun du G7 et de l’AR, Moïse Katumbi Chapwe, ces deux regroupements politiques soutiennent l’ouverture d’une enquête internationale associant la Monusco formulée par, l’ex-gouverneur du Katanga. Pour le G7 et l’AR, l’arrêt de la Cour constitutionnelle en interprétation de l’alinéa 2ème de l’article 70 de la constitution du 18 février viole l’alinéa 1er de ce même article, qui fixe le mandat du président de la République à 5 ans renouvelable une seule fois. Il viole aussi, notent ces regroupements politiques, l’article 220 de la loi fondamentale, qui consacre le suffrage universel comme  » mode d’accès intangible à la fonction présidentielle et verrouille la durée ainsi que le nombre des mandats du Président de la république « .

Pour établir la vérité en toute objectivité et indépendance dans l’affaire du recrutement des mercenaires américains et sud-africains mettant en cause, le candidat commun du G7 et de l’AR, Moïse Katumbi Chapwe, ces deux regroupements politiques soutiennent l’ouverture d’une enquête internationale associant la Monusco formulée par, l’ex-gouverneur du Katanga.

Cette annonce a été faite le week-end dernier au cours d’une conférence de presse organisée par le G7 et l’Alternance pour la République (AR). Deux plateformes de l’Opposition qui ont également profité de l’occasion pour donner leur point de vue sur l’arrêt de la Cour constitutionnelle et la continuation des massacres à l’Est de la RDC.

Pour le G7 et l’AR, l’arrêt de la Cour constitutionnelle en interprétation de l’alinéa 2ème de l’article 70 de la constitution du 18 février viole l’alinéa 1er de ce même article, qui fixe le mandat du président de la République à 5 ans renouvelable une seule fois. Il viole aussi, notent ces regroupements politiques, l’article 220 de la loi fondamentale, qui consacre le suffrage universel comme  » mode d’accès intangible à la fonction présidentielle et verrouille la durée ainsi que le nombre des mandats du Président de la république « .

Le G7 et l’AR invitent les Congolais à barrer la route à cet arrêt par leur participation  » massive  » à la marche de protestation que l’opposition et le Front citoyen 2016 organisent le 26 mai prochain.

Par ailleurs, le G7 et l’AR dénoncent des actes de barbarie perpétrés à l’Est du pays et  » déplorent le silence coupable et l’indifférence du Gouvernement de la RDC dont l’une des missions régaliennes est de sécuriser les personnes et leurs biens « .

[MOLINA]

Point de presse du G7 et de l’Alternance pour la République, A.R

Mesdames et Messieurs des médias,

L’actualité politique en République Démocratique du Congo a été dominée au cours de la semaine qui s’achève par :

  1. Le faux procès contre Moïse Katumbi Chapwe par le Gouvernement ;

  2. L’arrêt  » démocratique  » rendu, le mercredi dernier 12 mai 2016, par la Cour Constitutionnelle en interprétation de l’article 70 alinéa 2 de la Constitution ;

  3. La continuation des massacres des congolais à l’Est du pays.

Deux plateformes de l’opposition engagées résolument dans la lutte pour la sauvegarde de la Constitution et l’alternance démocratique en RDC, le G7 et l’ALTERNANCE POUR LA REPUBLIQUE, A.R, ne peuvent demeurer indifférents ni silencieux sur ces évènements majeurs qui traduisent à n’en point douter la détermination de Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir quel qu’en soit le prix.

C’est pourquoi, le G7 et l’A.R vous ont convié à ce point de presse pour faire connaitre à l’opinion nationale et internationale sa position. Ils vous remercient d’avoir bien voulu répondre à leur invitation.

1. De fausses accusations portées par le Ministre de la Justice contre Monsieur Moïse KATUMBI CHAPWE

Le G7 et l’A.R suivent attentivement le déroulement de l’instruction par le Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi des fausses accusations portées par le Ministre de la Justice contre Monsieur KATUMBI CHAPWE, leur candidat commun à la prochaine élection présidentielle. Ils tiennent d’abord à exprimer toute leur profonde gratitude à la population de la ville de Lubumbashi pour le soutien massif qu’elle a témoigné à Monsieur Moïse Katumbi Chapwe en l’accompagnant par dizaines de milliers des personnes au Parquet Général près la Cour d’Appel de Lubumbashi où il a été convoqué le lundi 09, le mercredi 11 et le vendredi 13 mai 2016 pour y être entendu sur les faits mis à sa charge.

Cette manifestation de soutien, du reste partagé par des millions des congolais à travers le pays et dans le monde, traduit indiscutablement la confiance et l’espoir que le peuple congolais place en la personne de Moise KATUMBI CHAPWE pour le triomphe de son combat pour la démocratie, le respect de la Constitution de la République, l’alternance politique et l’amélioration de ses conditions de vie.

Le G7 et l’A.R condamnent fermement les intimidations et toutes les formes de répression exercées par les forces de l’ordre contre le peuple pacifiste du Katanga particulièrement le vendredi 13 mai dernier alors qu’il accompagnait sans provocation ni violence son leader, Moïse Katumbi au Parquet général près la Cour d’Appel de Lubumbashi.

Le G7 et l’A.R exhortent, une fois de plus, le peuple congolais, souverain primaire, à multiplier ses efforts pour la liberté et à continuer à soutenir sans faille Moïse Katumbi Chapwe, candidat à la Présidence de la République.

A lire aussi

Après Genève : Quelle crédibilité pour Vika et Fatshi devant la communauté internationale ?

Il faut dire qu’à l’espace de 24 heures, Félix Tshisekedi a fait un virage spectaculaire. …

Laisser un commentaire