mercredi , 23 mai 2018
Accueil / Politique / Dialogue : « KABILA » n’aurait pas accédé aux conditionnalités posées par Ban Ki-moon

Dialogue : « KABILA » n’aurait pas accédé aux conditionnalités posées par Ban Ki-moon

C’est Le Dr Kabanda Kana, Président de l’Udps-Benelux avec siège à Bruxelles, chef de la délégation aux négociations de pré-dialogue avec le pouvoir congolais qui donne de la voix. Il trouve normal ces récusations dans la mesure où ce n’est pas la première fois que cela arrive à un Facilitateur international en RDC.

Pourquoi le Secrétaire général de l’ONU n’a toujours pas désigné un Facilitateur ? L’Udps kabanda a sa petite idée là-dessus. D’après lui, Ban Ki-moon avait posé des conditionnalités à Joseph Kabila entre autres le respect de la Constitution et des délais constitutionnels dans les dates des élections, donc de convoquer le corps électoral 90 jours. Selon Kabanda, le président Kabila n’a pas respecté ces conditions posées par Ban ki-moon avant toute désignation d’un Facilitateur de l’ONU.

ON ATTENDAIT UN FACILITATEUR DE L’ONU

C’est ainsi que ce dernier ne sera pas désigné par le secrétaire général de l’ONU et que le chef de l’Etat sollicitera le concours de l’UA. Vrai ou faux ? La question ne se situe pas à ce niveau. Car la réalité est qu’on attendait un Facilitateur de l’ONU.

On a vu Ban ki-moon mettre une éternité pour le désigner qu’on se lassait même dans certains Etats-majors pro-dialogue comme à l’Udps. Voici qu’un beau matin, c’est l’UA qu’on attendait le moins sur cette question qui, de manière surprenante, publie un communiqué pour annoncer la désignation de son Facilitateur au Dialogue politique en RDC.

On est en face de deux doctrines, celle de l’UA bien connue et celle de l’UA aux contours flous. L’ONU est claire sur ses positions concernant le processus électoral en RDC. C’est le respect des délais constitutionnels, ce qui stipule la présidentielle et les législatives au plus tard en novembre 2016.

L’ONU S’OPPOSE A TOUTE VELLEITE DE REVISION DE LA CONSTITUTION

L’organisation mondiale s’oppose aussi à toute velléité de révision de la Constitution. Pour l’Onu, si Dialogue il y a, ce n’est pas du tout pour empêcher la tenue des élections dans les délais constitutionnels et l’alternance démocratique en 2016 en RDC. Tandis que l’UA, dans son communiqué semble avoir relégué au second rang la question des élections dans les délais constitutionnels et l’alternance démocratique en 2016.

Cette position de l’UA qui est en antinomie avec la position de l’ONU. Mais ici c’est la position de l’ONU qui prime car l’UA est une partie de l’ONU. Elle est dans l’ONU. Elle devra donc à ce titre s’aligner sur la doctrine de la maison-mère sur la RDC et parler en termes de respect des délais constitutionnels et de l’alternance démocratique en 2016.

C’est cela qu’exigent les anti-dialogues, c’est cela qu’exige aussi les pro-dialogue comme l’Udps. C’est cela qu’exige toute la Communauté internationale y compris l’UA dont l’Envoyé spécial dans les Grands lacs a cosigné avec ses collègues des UE, des USA, de la MONUSCO et de l’ONU des communiqués au vitriol appelant le Président Joseph Kabila à respecter la Constitution et à favoriser la tenue des élections dans les délais constitutionnels.

[KANDOLO M.]

Published By www.KongoTimes.info – © KongoTimes! – All Rights Reserved.

Cet article a été lu 3904 fois

A lire aussi

RDC : Des doutes quant à la tenue effective des élections à la date prévue

Dans une interview à RFI, le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a clairement exprimé ses …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer