vendredi , 19 avril 2019
Accueil / Élections / Elections : Moise KATUMBI et ses primaires

Elections : Moise KATUMBI et ses primaires

Dernière mise à jour, le 17 janvier 2018 à 09:38

Les primaires de l’opposition congolaise. L’idée n’est pas inintéressante. Elle tombe même à pic. Pour cause, si chaque loge de l’opposition devait présenter un candidat à la présidentielle, on assisterait à un top plein de postulants. Et face à un seul adversaire endossant le maillot du Pouvoir, pas besoin d’être devin pour imaginer la suite. Que faire alors pour maximiser les chances de l’alternance si ce n’est trouver les moyens de dégager un candidat commun. Les primaires pourraient s’avérer la recette idoine. A condition que toutes les grandes figures de l’Opposition acceptent de jouer le jeu. Surtout de jouer franc jeu.

Une proposition qui fait grand bruit et tout autant polémique. C’est celle de Moïse Katumbi en rapport avec les primaires. Pourtant, l’idée n’est pas inintéressante. Elle tombe même à pic. Pour cause, si chaque loge de l’opposition devait présenter un candidat à la présidentielle, on assisterait à un top plein de postulants. Et face à un seul adversaire endossant le maillot du Pouvoir, pas besoin d’être devin pour imaginer la suite.

L’expérience de 2011 a, une fois de plus, confirmé cette quasi loi d’airain. A savoir que chaque fois que l’opposition va à l’élection suprême en ordre dispersé, elle en sort perdante. Cela est vrai sous les Tropiques comme ailleurs. Y compris dans des démocraties fortement installées.

Or, dans le cas d’espèce, la course à l’échalote s’annonce déjà particulièrement corsée. Tant les présidentiables sont légion. L’UDPS avec le légendaire Tshisekedi, un challenger naturel ou presque. La Dynamique où au minimum, l’UNC et le MLC sont en situation de présenter un candidat. A ce stade, plus Kamerhe que Bemba pour des raisons évidentes. Le clan Kengo dont les tentacules sont à l’image du positionnement de  » l’Opposant atypique  » qui dirige le Sénat. Enfin, ce G7 qui a tout d’une écurie présidentielle. Bref, du monde en puissance dans le starting-block du côté de l’opposition.

Que faire alors pour maximiser les chances de l’alternance si ce n’est trouver les moyens de dégager un candidat commun. Les primaires pourraient s’avérer la recette idoine. A condition que toutes les grandes figures de l’Opposition acceptent de jouer le jeu. Surtout de jouer franc jeu. A condition aussi que le défi logistique que ce genre de consultation pose soit à la portée de la bourse des opposants. A condition enfin que les pouvoirs publics créent des conditions pour que des citoyens congolais affiliés à l’Opposition désignent leur représentant à l’élection présidentielle.

Des conditions pas faciles à remplir, il est vrai. Mais, l’idée du célèbre ex-gouverneur du Katanga a le mérite de mettre sur le tapis une des questions préalables à la victoire de l’Opposition.

[José NAWEJ]

Published By www.KongoTimes.info – © KongoTimes! – All Rights Reserved.

Cet article a été lu 3948 fois

A lire aussi

RDC : La division et la corruption freinent le développement

Le séjour du Chef de l’État à Lubumbashi avait deux points à l’ordre du jour …

Laisser un commentaire