lundi , 27 mars 2017
Accueil / Société / Immigration

Immigration

Enrôlement : Il y a risque de balkanisation de la RDC

Enrôler les Congolais de l’étranger en commençant par ceux des neufs pays frontaliers qui entourent la RDC recèle d’énormes risques sur plusieurs plans dont principalement sécuritaire. Rien qu’avec le petit échantillon du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi, on se retrouverait avec des millions de ressortissants de ces trois pays inscrits sur les listes électorales comme Congolais, là où on a encore un problème de fixation de frontières communes. On peut imaginer la suite. Le projet de loi modifiant et complétant la loi de 2004 sur l’identification et l’enrôlement des électeurs est en discussion à l’Assemblée nationale. Vendredi dernier, la …

Lire la suite »

Enrôlement : Il y a risque d’octroyer la nationalité congolaise aux étrangers

Dans sa motion, le député Henri Thomas Lokondo a estimé que l’enrôlement des Congolais de l’étranger devrait être élagué de la loi pour éviter d’ajouter d’autres problèmes techniques et sécuritaires. «D’autres pays qui sont trop avancés, qui ont beaucoup de moyens que nous, comme l’Italie qui n’a accordé le droit de vote à sa diaspora qu’en 2006, la France a instauré ce système seulement en 2011… Alors, il y aussi un problème de sécurité : Aujourd’hui, enrôler les Congolais qui sont dans les neuf pays voisins, c’est consacrer l’octroi facile de notre nationalité aux étrangers», a estimé l’élu de Mbandaka. …

Lire la suite »

Chassés comme de vulgaires chiens de rue : « KABILA » est entrain d’humilier les Congolais en Afrique

Partout où ils sont, les Congolais sont mal vus. Ils y sont perçus comme des pestiférés, et chassés comme de vulgaires chiens de rue. La raison officielle que tous ces pays avancent est l’immigration clandestine. Nos compatriotes y vivent donc en situation irrégulière. Seul le Congo-Brazzaville a une raison supplémentaire qu’il brandit : l’insécurité. L’histoire ne doit pas être oubliée. L’Angola est un pays qui sort de la guerre. Et, comme chacun le sait, toute guerre produit inévitablement des déplacements humains et des réfugiés. Mais c’était pire pour l’Angola car, avant la guerre fratricide entre les trois factions rivales, il …

Lire la suite »

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer