dimanche , 22 avril 2018
Accueil / International / Europe / Conférence humanitaire : Kinshasa refuse de participer comme invité

Conférence humanitaire : Kinshasa refuse de participer comme invité

Malgré les excuses de l’Onu, présentées à la RDC Jeudi par son secrétaire général adjoint en charge des Affaires humanitaires, Mark Lowcock qui a annoncé que les Nations Unies vont lever la classification L3 concernant la crise humanitaire en RDC. Par la bouche du vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, l’Etat congolais prend acte et apprécie la réaction de l’Onu, mais estime cependant, qu’il ne peut pas participer à la conférence humanitaire des donateurs pour la République Démocratique Congo (RDC) qui aura lieu le 13 avril prochain à Genève comme invité. Pour le chef de la diplomatie congolaise, le Gouvernement devrait être associé comme coorganisateur. « Le prendre comme tel, n’est pas du tout responsable », a-t-il déploré. Depuis mardi dernier, la RDC n’avait pas du tout apprécié le fait que les Nations Unies l’aient placée dans la classification L3 en rapport avec la crise humanitaire, soit le niveau de gravité le plus élevé. Suivant cette catégorisation, la RDC est un pays de catastrophe extrême et généralisé. Cela le met au même diapason que le Yémen et la Syrie.

Le Gouvernement congolais ne participera pas à la conférence humanitaire des donateurs, prévue pour le vendredi 13 avril à Genève en Suisse. Ce, malgré les excuses de l’Onu, présentées à la RDC Jeudi par son secrétaire général adjoint en charge des Affaires humanitaires, Mark Lowcock qui a annoncé que les Nations Unies vont lever la classification L3 concernant la crise humanitaire en RDC.

Malgré cette bonne nouvelle, Kinshasa s’arc-boute sur sa position. Par la bouche du vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, l’Etat congolais prend acte et apprécie la réaction de l’Onu, mais estime cependant, qu’il ne peut pas participer à cette grande manif comme invité. Pour le chef de la diplomatie congolaise, le Gouvernement devrait être associé comme coorganisateur. « Le prendre comme tel, n’est pas du tout responsable », a-t-il déploré.

Depuis mardi dernier, la RDC n’avait pas du tout apprécié le fait que les Nations Unies l’aient placée dans la classification L3 en rapport avec la crise humanitaire. She Okitundu a laissé entendre que cette catégorisation visait à projeter une image de catastrophe extrême et généralisée en RDC, alors qu’elle contraste avec la situation réelle sur terrain caractérisée par des activités circonscrites des groupuscules terroristes et autres groupes armés. « Cette qualification est de nature à repousser les investisseurs désireux d’investir en RDC », a renchéri le Vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères.

Le statut L3 sera desactive le 20 avril

Pour nombre d’observateurs, c’est cette réaction de Kinshasa qui a amené les Nations Unies à revoir ses calculs et à envoyer rapidement une lettre d’excuses le jour suivant à l’Etat congolais.  » Je vous écris en particulier pour vous faire savoir que nous avons écouté attentivement vos préoccupations au sujet de la désignation de la crise humanitaire (…) Étant donné que le problème le plus crucial pour la réponse humanitaire est le financement, il est essentiel de concentrer maintenant les fonds nécessaires pour atteindre les personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire vitale dans toute la RDC. L’appel humanitaire des Nations unies pour 2018 nécessite 1,7 milliard de dollars en RDC « , indique Hark Lowcock dans sa correspondance d’hier jeudi, avant de rassurer que le statut L3 sera desactivé le 20 avril en cours. Donc probablement après les assises de Genève.

A travers cette lettre, Mark Lowcock estime que  » depuis l’activation du L3, plus de 1,1 million de personnes ont été atteintes avec succès grâce à une assistance vitale dans les Kasaï, au Tanganyika et dans les Kivus. Les critères de référence établis le 20 octobre 2017 pour mesurer le passage à l’échelle L3 ont été largement respectés.  »

Pour le Sga des Nations Unies en charge des Affaires humanitaires, le problème le plus crucial pour la réponse humanitaire est le financement. « Il est essentiel de concentrer maintenant les fonds nécessaires pour atteindre les personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire vitale dans toute la RDC. L’appel humanitaire des Nations Unies pour 2018 nécessite 1,7 milliard de dollars « , fait-t-il savoir.

La semaine dernière, les Nations Unies ont averti que la planète était confrontée à la  » pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale « , avec un risque de malnutrition et de famine pour 20 millions d’habitants de trois pays d’Afrique et au Yémen. La Rdc n’a pas digeré le fait de se retrouver au niveau L3, alors qu’elle accueille même des réfugiés en provenance du Sud Soudan ou encore du Burundi.

[Molina/ForumDesAs]

A lire aussi

Vodacom Ligue 1 : Sanga BALENDE trône en roi

Les sangs et or de Mbuji-Mayi, qui n’ont pas encore courbé l’échine dans ces play-offs, …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer