jeudi , 18 janvier 2018
Accueil / Politique / RDC : Crispin Atama Tabe, ministre de terrain

RDC : Crispin Atama Tabe, ministre de terrain

L’année 2017 n’aura pas été de tout repos pour le ministre de la Défense nationale, anciens combattants et réinsertion, Crispin Atama Tabe. L’homme aura été dans tous les fronts. Il était plus sur le terrain que dans son bureau douillet de la Gombe. Les dossiers ayant trait à la défense nationale, aux infrastructures militaires, à la coopération voire diplomatie militaire ont marqué davantage les activités du ministre Atama Tabe.

Le ministre Crispin Atama Tabe s’est fait inviter au mois d’octobre dans les zones opérationnelles dans l’Est du pays à la reprise des hostilités par le mouvement rebelle ougandais ADF qui emboitait le pas aux activités des Maï-Maï et d’autres groupes armés, alors que la contrée observait déjà un moment d’accalmie.

Une série de mesures a été prise pour éradiquer le phénomène ADF et groupes armés qui opéraient dans la 3ème Zone de Défense dont font partie les secteurs opérationnels SUKOLA I Nord et SUKOLA I Sud dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. A Mbau sur l’axe Kamango, quartier général avancé des opérations à 2 Km de la ville de Beni, le Ministre Atama Tabe a félicité la population pour sa collaboration avec l’armée et la police dans la lutte contre l’ADF et les groupes armés dans cette partie du pays.

Aussitôt à son arrivée à Bukavu au Sud-Kivu, le chef de l’outil de Défense a fixé l’opinion sur sa visite. Celle d’encourager les troupes aux fronts à défendre la voie de la raison et la population. Le ministre Atama Tabe a poursuivi sa ronde à la base Navale de Kalemie dans la province du Tanganyika. Il était accompagné du chef d’Etat-Major de la Force navale pour les explications sur les unités flottantes soit en entretien, soit en réparation ou encore en réhabilitation.

Aux éléments du 22ème Groupement naval et de la 22ème Brigade des réactions rapides, le Ministre de la Défense était porteur d’un message de discipline et de loyauté, d’obéissance et d’abnégation, d’amour du travail et du respect de la population ainsi que de défense de la partie contre toute attaque ennemie. Si l’une des flottes endommagée était immobilisée sur la terre ferme au port de Kalundu à Uvira, deux autres ont fait une démonstration tactique de force sur le Lac Tanganyika contre menace ou attaque de la population.

INFRASTRUCTURES MILITAIRES

Les constructions anarchiques avaient amené le ministre au Centre d’Entrainement des Troupes Aéroportées ‘’CETA’’. Cette descente dans la zone des sauts et du dégagement de parachutistes faisait suite aux différents rapports relatifs à la spoliation de ce domaine militaire. La décision de démolition était vite prise pendant qu’une Commission étudiait les voies et moyens pour dégager un autre site de l’espace militaire pour ces spoliateurs ne disposant d’aucun titre immobilier.

La visite du Ministre et sa suite à l’ancien Centre d’entrainment de Mikondo était beaucoup plus consacrée à l’inspection des travaux d’aménagement du site de casernement des troupes et du puits d’adduction d’eau portable. Le premier constat au Camp Badiadingi était, à vue d’œil, les constructions anarchiques, amputant l’armée d’une partie de son domaine. Ce constat était le même au Camp Matadi-Mayo où la population s’était servi du grand collecteur de drainage d’eaux de pluies et usées pour repousser les limites du Camp sur cet ouvrage.

C’était des Camps militaires Corps de transmission, Mobile, Dumaz et Luano défigurés par des constructions anarchiques que le Ministre Atama Tabe avait visités dans sa tournée d’inspection dans les domaines militaires de la capitale en proie à la spoliation.

Outre 21 blocs réaménagés aux goûts et couleurs des spoliateurs au Camps Mabaya, le Ministre avait noté qu’à défaut de la construction d’autres casernes, les effectifs étaient obligés de s’y établir en grand nombre dans ce site militaire disposant de 24 maisons et plusieurs ghettos ou ouvrages annexes.

Le collège des Hautes Etudes de Stratégie et de défense, CHESD, alors en chantier, était honoré par la visite du Ministre d’Etat du Budget et du Ministre des Infrastructures ainsi que celui de la Défense Nationale. Une visite sous la conduire du Chef d’Etat-Major Général des FARDC, de l’amphithéâtre au magasin de stockage des matériaux en passant par les auditoires et la salle des musculaires, les vestiaires et les bibliothèques ainsi que l’infirmerie, fruit du génie militaire des FARDC.

COOPERATION MILITAIRE

Chef d’Etat-Major Général des armées, Chefs des polices et hauts fonctionnaires des Affaires Etrangères des pays membres de la CEEAC s’étaient retrouvés à Kinshasa à la 18ème session ordinaire de la Commission de Défense et Sécurité.

Les participants ont muri leur réflexion sur les questions de sécurité qui fâchent, notamment le phénomène de groupes armées, les conflits interethniques basés sur la religion et les velléités indépendantistes. Un appel a été lancé à la communauté pour une position quasi-permanente d’alerte, de prévention et de gestion de l’évolution des conflits en appui aux efforts des Etats. Cette session faisait suite à la Conférence initiale de planification de l’exercice communautaire FOMAC 2018.

Les experts avaient ainsi formulé des recommandations de nature à focaliser l’exercice sur les fonctions civiles relatives à la diplomatie préventive et la médiation, au maintien de l’ordre et à la sécurité transfrontalière à la religion des situations humanitaires et au respect judiciaire dans la lutte contre la criminalité transnationale.

Les activités du programme de l’Union Européenne pour l’appui à la réforme du secteur de sécurité en RDC étaient au centre d’une séance d’évaluation ayant permis au ministre de la Défense nationale d’apprécier le travail de l’Agence TRANSTEC dans le cadre d’appui à la réhabilitation des infrastructures militaires et à la modernisation de la gestion financière et administrative des FARDC.

Une autre évaluation est celle qui a placé le ministre de la Défense en face des Chefs d’Etat-Major Général des pays de la double troïka de la DADC. Cette mission s’inscrivait dans le cadre de la contribution de la SADC au sein de la MONUSCO qui emploie les brigades d’intervention rapide de l’Afrique du Sud, du Malawi et de Tanzanie.

DIPLOMATIE MILITAIRE

L’Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies dans la Religion des Grands Lacs avait fait le tout d’horizon avec le ministre de la Défense Nationale sur la situation sécuritaire dans la religion, allusion faite à l’infiltration des éléments des-ex-mouvements rebelles M23 et à la présence des ex-combattants du Soudan du Sud du SPLA.

Le tête-à-tête du ministre Atama Tabe avec le Représentant spécial Adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies, Mamadou Diallo, avait tourné autour des efforts à consentir pour booster l’amélioration de la capacité de soutien aux FARDC contre des forces négatives dans l’Est de la RDC.

Le Centre régional sur les armes légères et des petits calibres a plutôt félicité la RDC pour ses efforts contre la prolifération et la circulation des armes légères et des petits calibres sur son territoire. Le Secrétaire Exécutif de cette structure l’avait déclaré au terme d’un entretien avec le ministre de la défense Nationale.

[Alfred LUKAMBIL]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Belgique – RDC : Révision fondamentale de coopération

Selon le site de La Libre, la Belgique a décidé de mettre fin à une …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer