jeudi , 18 janvier 2018
Accueil / Société / Armée et Police / 31 Décembre : Attitude irresponsable de la France

31 Décembre : Attitude irresponsable de la France

L’attitude de la France face à la marche des chrétiens en République Démocratique du Congo, le dimanche 31 décembre 2017, organisée par le Comité laïc de coordination (CLC), a étonné tout observateur de la vie politique congolaise. Une mollesse qui s’apparente à de l’indifférence aux maux dont souffre le peuple congolais.

C’est en pleine prière, au coeur des églises, que les forces de sécurité ont fait irruption en tirant du gaz lacrymogène sur des fidèles catholiques, y compris les plus fragiles et sans aucun ménagement. Pis, elles ont tiré à balles réelles sur la paisible population qui manifestait pour réclamer le départ de Joseph Kabila. C’est du jamais vu dans l’histoire de la RDC.

Cette barbarie a fait une dizaine de morts et une centaine d’arrestations pour une marche qui se voulait pacifique et non violente.

Etrangement, l ‘ Etat français s’est fendu d’une déclaration laconique : « La France est préoccupée par la situation en RDC ».

C’est par cette simple déclaration, sans substance réelle, qu’un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a réagi face à cette brutale répression indigne d’un Etat de droit. 48 heures après les faits. Une telle attitude est un peu simplette.

De même, les médias, en particulier les chaines d’information en continu, se sont contentés de publier les dépêches de l’AFP sans pour autant que l’information soit traitée d’une manière efficace et exhaustive. Certes, la RDC n’appartient pas à la sphère francophone historique – étant plus belge que française -, et que la France n’a pas beaucoup d’influence dans ce pays comme elle en aurait dans ses anciennes colonies d’Afrique, elle a tout de même des intérêts au Congo ! Et puis, patrie des lumières et des droits de l’Homme, elle a ainsi le devoir de parler et d’agir face à des situations difficiles générant, notamment une immense souffrance pour le peuple congolais.

Emmanuel Macron doit rompre avec la mollesse qui caractérise sa politique en Afrique, en l’occurrence en RDC. Il faut plus de fermeté, de clarté et de cohérence. Il ne faut pas déplorer les pertes de vies humaines et continuer à traiter avec le régime comme si de rien n’était. La realpolitik a parfois ses travers.

Si la mollesse de la France n’est pas guidée par ses intérêts en RDC, il est au moins permis de s’interroger : pourquoi n’a-t-elle pas dénoncé, condamné ces
actes inqualifiables commis par les prétendues forces de sécurité à la solde du pouvoir ? Il est écrit dans le communiqué du Quai d’Orsay : « Le droit de manifestation pacifique est une composante essentielle de la démocratie ». Alors, pourquoi la France n’a-t-elle pas réagi avec force et vigueur face à cette ignominie ?

Est-ce pour ne pas gêner les discussions en cours sur les opportunités économiques et sécuritaires pour la France en échange d’un soutien diplomatique et politique au régime de Kabila, comme le laissent entendre certaines sources ? La question se pose.

Ce qui est inquiétant, c’est qu’on ait l’impression que les intérêts d’Emmanuel Macron primeraient sur les morts congolais !

De plus, dans son communiqué, la France n’a pas trouvé mieux que de réitérer son appel au dialogue et au rejet de tout recours à la violence ; elle appelle à la tenue effective d’élections conformément au calendrier électoral publié le 5 novembre 2017, qui prévoit l’organisation de la présidentielle le 23 décembre 2018. La France doit cesser de jouer à l’équilibriste. Et il est temps qu’Emmanuel Macron comprenne que ce calendrier est récusé par l’opposition et la Société civile congolaise qui réclament l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre – volontairement violé – signé, il y a un an, sous l’égide des évêques, prévoyant des élections fin 2017 pour organiser le départ de Joseph Kabila, dont le mandat s’est achevé en décembre 2016.

SORTIR DE L’INDIFFERENCE

Depuis son élection en mai 2017, Emmanuel Macron, indifférent sur les dossiers africains, dont ceux relatifs à la crise en RDC, fait planer le doute quant à sa capacité d’influencer le cours de l’histoire en Afrique.

S’il rassure sur la politique internationale, et notamment européenne, il inquiète en profondeur sur la politique africaine, car on ne sait pas trop à quoi ressemble la Françafrique new look, version Macron !

Comme il le dit si bien lui-même que gouverner, c’est décider, donc agir. Tergiverser en politique équivaut à un manque de vision : il n’est pas certain que la France gagne au change. Comme en Tunisie, Burkina Faso, elle va, une fois de plus, passer à côté de l’histoire concernant la RDC. Plutôt que de rechercher, de temps en temps, une bonne couverture, celle de l’Union européenne ou de l’ONU pour condamner les agressions dont sont victimes les Congolais de la part du pouvoir, Emmanuel Macron devrait faire entendre la voix de la France sans s’inquiéter des réactions alambiquées de Joseph Kabila qui entend régner en Seigneur au Congo. Advitam aeternam.

Pourquoi la France ne serait-elle pas le parrain d’une résolution qui demanderait à Joseph Kabila de quitter son poste de façon pacifique conformément à l’accord intervenu le 31 décembre 2016 ? En tout cas la solution, pour la plupart des Congolais, notamment ceux de la diaspora, serait de ne pas le voir conduire la transition jusqu’aux prochaines élections qu’ils souhaitent crédibles, libres, transparentes et démocratiques, d’autant plus qu’une transition sans Kabila est la meilleure chose qui puisse arriver à la RDC.

« Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RDC », dixit l’intrépide cardinal Laurent Monsengwo.

[ROBERT KONGO]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Belgique – RDC : Révision fondamentale de coopération

Selon le site de La Libre, la Belgique a décidé de mettre fin à une …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer