mardi , 16 janvier 2018
Accueil / Société / Guerres et conflits / RDC : Lendu – hema des griefs de longue date

RDC : Lendu – hema des griefs de longue date

On ne sait pas encore ce qui a déclenché le conflit actuel entre les deux groupes, bien que des sources disent que cela émane des griefs de longue date, en particulier sur la terre et d’autres ressources. Les colonialistes belges ont également favorisé les Hema au détriment des Lendu, leur offrant de meilleurs services sociaux, l’accès à la terre et à d’autres ressources et richesses. Selon Opio, la recrudescence de la violence, selon les récits des réfugiés, concerne l’accès à la terre. Il dit que les Lendu, qui sont indigènes dans la région, contrairement aux Hema et aux Alur, revendiquent la propriété de la terre, riche en minéraux, en sols fertiles et en végétation. Selon Opio, les affrontements entre les deux groupes commencent littéralement n’importe quand et n’importe où et prennent une plus grande ampleur pendant les périodes de turbulences comme maintenant. Plusieurs parties de la RDC sont secouées par des conflits, notamment au Kasaï, au Katanga, dans les Kivus et maintenant en Ituri.

Le puissant mélange de conflits en République démocratique du Congo (RDC) a relancé le conflit ethnique historique entre les populations Lendu et Hema dans la province du nord-est de l’Ituri.

Des milliers de Hema principalement, et Bagegere, un croisement entre les Lendu et les Hema, ont traversé à Bunyoro dans le Midwest de l’Ouganda. Le théâtre du conflit serait le territoire de Djugu, principalement les régions de Retso, Joo, Kobu, Kiripa et Torogesi.

Les Lendu, qui sont des agriculteurs, et les Hema, des pasteurs, ont des griefs de longue date, en particulier en ce qui concerne l’accès à la terre et aux autres ressources, qui sont antérieures au colonialisme.

Les Hema sont liés à Banyoro en Ouganda et partagent beaucoup en termes de culture, de langue et d’apparence. Beaucoup ont aussi des liens avec l’Ouganda par le sang, le mariage, le voyage ou le commerce.

Le conseiller du district de Kabwoya Sub dans le district de Hoima, Vincent Alpha Opio, a déclaré avoir reçu 4 300 réfugiés dans le seul sous-comté, avec un nombre croissant de réfugiés chaque jour. Selon Opio, un ancien journaliste, la plupart des réfugiés sont Hema et Bagegere, avec une pincée de Lendu.

On ne sait pas encore ce qui a déclenché le conflit actuel entre les deux groupes, bien que des sources disent que cela émane des griefs de longue date, en particulier sur la terre et d’autres ressources.

Les colonialistes belges ont également favorisé les Hema au détriment des Lendu, leur offrant de meilleurs services sociaux, l’accès à la terre et à d’autres ressources et richesses.

Selon Opio, la recrudescence de la violence, selon les récits des réfugiés, concerne l’accès à la terre. Il dit que les Lendu, qui sont indigènes dans la région, contrairement aux Hema et aux Alur, revendiquent la propriété de la terre, riche en minéraux, en sols fertiles et en végétation.

Selon Opio, les affrontements entre les deux groupes commencent littéralement n’importe quand et n’importe où et prennent une plus grande ampleur pendant les périodes de turbulences comme maintenant.

Plusieurs parties de la RDC sont secouées par des conflits, notamment au Kasaï, au Katanga, dans les Kivus et maintenant en Ituri.

Au début du mois, des rebelles soupçonnés d’appartenir aux Forces démocratiques alliées (ADF) ont attaqué une base de l’ONU tuant 15 soldats de la paix et blessant d’autres hordes.

Cela a depuis déclenché une offensive de l’armée ougandaise, impliquant apparemment des frappes aériennes chirurgicales, l’Ouganda insistant sur le fait que ses fantassins n’ont pas encore franchi la RDC à la poursuite des rebelles.

La Croix-Rouge ougandaise signale qu’il y a eu 1 860 nouveaux arrivants de réfugiés de la RDC en Ouganda via le lac Albert et Kisoro entre le 23 et le 26 décembre. Cela porte le nombre total de nouvelles arrivées de réfugiés depuis le 18 décembre à 4 584. La grande majorité (4 009) est entrée en Ouganda en traversant le lac Albert à bord de bateaux de pêche.

C’est le quatrième conflit majeur entre les Lendu et Hema / Bagegere depuis les années 1970 – en 1972, 1985, 1996 et entre 1999 et 2005.

Le conflit de 1999 a éclaté à l’arrière de la Seconde Guerre du Congo, lorsque de riches propriétaires Hema, dynamisés par la nomination d’un Hema comme gouverneur de l’Ituri.

Au sommet de la Seconde Guerre du Congo, qui a renversé le président Désiré Kabila, père du président actuel Joseph Kabila, le regretté professeur Wamba dia Wamba, alors chef de guerre et leader du Rassemblement pour la démocratie congolaise (RCD-Kisangani) a nommé Adele Mugisa Lotsove, administrateur de carrière, en tant que gouverneur de l’Ituri.

Puis l’Ouganda, qui, avec le Rwanda, avait envahi la RDC, était soutenu par l’armée ougandaise sous le commandement du défunt commandant de l’armée James Kazini.

De nombreux Hema / Bagegere débarqués ont profité du nouveau bureau de Lotsove pour expulser les Lendu sur les terres, qu’ils ont douteusement acquis dans les années 1970.

En particulier, l’homme d’affaires Kodjo Singa avait donné un ultimatum à des dizaines de ménages lendu pour qu’ils quittent sa ferme carrée de 10 kilomètres située à Djugu pour y évacuer rapidement.

Kodjo, un Mugerere, un hybride entre les Lendu et les Hema, voulait que sa terre soit vide pour permettre l’extraction de l’or, qui serait en quantités commerciales.

Les Lendu ont naturellement résisté et pris les armes non seulement contre l’expulsion, mais contre Bagegere et Hema, qui sont politiquement et économiquement plus dominants.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Primature : Bruno TSHIBALA dégage

Président d’une plateforme de la société civile dénommée ‘‘Sauvons le Congo Plus’’, Boni Kamunga réclame …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer