mercredi , 17 janvier 2018
Accueil / Société / Armée et Police / RDC : Tension vive à Lomami

RDC : Tension vive à Lomami

Patrice Kamanda, désormais, Gouverneur honoraire de la province de Lomami, est accusé de mégestion dans les affaires de la province, plus particulièrement, dans les finances publiques. Cette province qui survit principalement grâce à l’agriculture, connaît un retard quant à son évolution globale. Dans les secteurs d’infrastructures routières, d’énergie électrique ainsi que dans les autres domaines en rapport avec la santé, l’éducation et l’installation de son administration, le déficit est criant. Dans ses actions, Patrice Kamanda semble n’avoir pas démontré aux Représentants du peuple Lomamien, ses grandes capacités à affecter rationnellement des ressources publiques à sa disponibilité, pour le développement de cette Province. Déchu ce samedi 30 décembre 2017, Patrice Kamanda reste dans les annales de la province, principalement Songye, comme le premier Gouverneur de la Lomami.

La tension est restée, cependant, très vive. Patrice Kamanda a été déchu de ses fonctions par les 17 Députés constituant le législatif provincial de Lomami, en dépit du fait qu’il soit de la famille politique du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. L’Assemblée Provinciale, accusée de basculer vers la dérive, est assiégée par des éléments de la Police Nationale.

Ainsi, personne n’a le droit d’accès. Toutes les portes sont hermétiquement fermées. A l’aube de l’année 2018, il va sans dire que la Lomami est amputée de ses principaux dirigeants.  Dans l’entretemps, les Députés Provinciaux, pris pour des pourfendeurs, sont visés physiquement. Seule, l’intervention du Gouvernement Central peut sauver la situation. Où est Shadary ? Il y a extrême urgence… Il ne sera plus, désormais, à la tête de l’Exécutif provincial de la  Lomami.  Patrice Kamanda a été déchu de ses fonctions par les 17 Députés constituant le législatif provincial de Lomami, en dépit du fait qu’il soit de la famille politique du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Ce, à la suite de l’Assemblée plénière tenue ce samedi 30 décembre 2017, dans la matinée. Unanimement, Patrice Kamanda a été destitué. A la demande du Député Isidore Mukadi consistant à inscrire à l’ordre du jour le sujet de la motion contre le Gouverneur dont l’examen  avait  été suspendu  lors de la plénière du 14 décembre, les élus Lomamiens  ont dû se prononcer en faveur de ladite motion de procédure. Après examen et débat, dans sa forme et son fond, les Législateurs provinciaux, 17 au total,  ont rendu le verdict au détriment de  Patrice Kamanda.

Le Gouverneur de la province de Lomami, qui était dans le viseur de l’Assemblée provinciale, depuis peu, a été, finalement, déchu, unanimement, ce samedi 30  décembre 2017, par les 17 élus de cette province démembrée de l’Ex-Kasaï Oriental. Une motion jugée de bon aloi  a été favorablement examinée par les bureaux de l’Assemblée provinciale de Lomami par les 17 Députés siégeant en son sein. Aucune absence n’a été signalée dans les Chefs des Représentants provinciaux du peuple Lomamien. Eu égard à la procédure administrative qui veut que la matière inachevée, lors d’une plénière soit épuisée, à la suite de la plénière suivante, la procédure, selon un des Députés Provinciaux, joint au téléphone, a été respectée.  Dans le cas de figure, il sied de signaler que le sujet relatif à la motion de déchéance soulevée contre le Gouverneur Patrice Kamanda  s’inscrit dans la  préséance  des matières suspendues,  lors de la plénière du 14 décembre 2017.

Bref historique

Il y a de quoi signaler le fait que cette  motion de déchéance qui a conduit à la destitution du Gouverneur Patrice Kamanda, à la tête de l’Exécutif provincial de Lomami, a été signée par 14 Députés sur  les 17 qui constituent la plénière. Reçue le 12 décembre 2017, par le Bureau de l’Assemblée provinciale de la  Lomami, cette même  motion devait être examinée et soumise à l’adoption endéans 48,  conformément au règlement d’ordre intérieur.

Le 14 décembre dernier, suite à la suspension de la plénière du jour ‘’J’’, la matière liée notamment, à cette  motion n’avait pas, malencontreusement, été abordée. Loin d’être jetée dans les oubliettes ou, carrément, les archives provinciales, c’est  finalement  au cours de la plénière de ce samedi 30 décembre 2017, qu’elle  a été examinée, débattue et votée à l’unanimité par les 17 représentants du peuple Lomamien. En somme, le Gouverneur, à l’instar de Célestin Mbuyu, Gouverneur honoraire de Haut-Lomami, Jean-Claude Kazembe, du Haut-Katanga, Alex Kande, du Kasaï-Central et consorts, Patrice Kamanda sera, lui aussi,  conjugué au  passé. En moins, qu’il entreprenne le chemin de la saisine  de la Cour constitutionnelle ou, alors que un miracle consécutif au bien-fondé de son recours, qu’il soit réhabilité. Et, même-là, il paraît  difficile de croire encore en son retour. Car, dernièrement, l’on a des Gouverneurs réhabilités par la Cour Constitutionnelle qui, nonobstant, le fait, pour eux, de détenir des arrêts en leur faveur, n’ont plus jamais rejoint leurs postes de travail. Très souvent, la population s’en mêle et, en même temps, les assemblées provinciales restent sur la lancée de la surchauffe jusqu’au point de rendre impossible une telle rentrée vers le piédestal ainsi perdu.

Accusations

Patrice Kamanda, désormais, Gouverneur honoraire   de la province de Lomami, est accusé de mégestion dans les affaires  de la province, plus particulièrement, dans  les finances publiques. Cette province qui survit principalement grâce à l’agriculture, connaît un retard quant à son évolution globale. Dans   les secteurs d’infrastructures routières, d’énergie électrique ainsi que dans les autres domaines en rapport avec la santé, l’éducation et l’installation de son administration, le déficit est criant.  Dans ses actions, Patrice Kamanda semble n’avoir pas démontré aux Représentants du peuple Lomamien, ses grandes capacités à affecter rationnellement   des ressources publiques à sa disponibilité, pour le développement de cette  Province.

Déchu ce samedi 30 décembre 2017,  Patrice Kamanda  reste dans les annales de la province, principalement Songye, comme le premier Gouverneur de la Lomami.  En bien tout comme en mal, il faut avouer, en tout cas, que l’histoire parlera encore et toujours de son passage à la Lomami à la tête de laquelle il n’aura, en définitive, que trop peu trôné.

[La Pros.]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Malaise au sein du Rassemblement

Sous la signature de Pierre Lumbi, le G7 sollicite une réunion de toutes les composantes …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer