dimanche , 21 janvier 2018
Accueil / Politique / ONU : Guterres exhorte “Kabila” de démissionner

ONU : Guterres exhorte “Kabila” de démissionner

Le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, à respecter un accord de quitter le pouvoir après la mort d’au moins huit personnes dans des manifestations contre son règne. Kabila, au pouvoir depuis 2001, a signé un accord avec les groupes d’opposition il y a un an, acceptant de démissionner à la fin de son mandat actuel et de nouvelles élections.

Mais la violence a grossi dans la nation africaine géante et troublée après que la date du nouveau vote a été repoussée à décembre 2018, faisant craindre que Kabila ne cherche à étendre son règne. “Le secrétaire général exhorte tous les acteurs politiques congolais à rester pleinement engagés à l’accord politique du 31 décembre 2016, qui reste la seule voie viable vers la tenue d’élections, le transfert pacifique du pouvoir et la consolidation de la stabilité en RDC “, a déclaré dimanche le bureau de M. Guterres.

L’internet a été rétabli dans la nuit de lundi à mardi en RDC après trois jours d’interruption décidée par le gouvernement à la veille de marches contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila initiées par un collectif catholique. Ce rétablissement est intervenu après minuit selon plusieurs témoignages. Vendredi, le ministre congolais des Poste, Téléphone et Télécommunication Emery Okundji avait instruit les opérateurs de téléphonie mobile de couper l’internet et le système de SMS, “pour des raisons de sécurité d’État” à partir de samedi à 18h00.

Dimanche, des marches de catholiques exigeant l’application d’un accord de sortie de crise – signé entre la majorité et l’opposition sous l’égide des évêques catholiques une année plus tôt – ont été réprimées par les forces de sécurité faisant au moins huit morts, selon des sources proches de la mission de l’ONU en RDC. Le secrétaire général appelle le gouvernement et les forces de sécurité nationale à faire preuve de retenue et de défendre les droits du peuple congolais à la liberté de parole et de réunion pacifique “, a déclaré M. Guterres.

Les coupures d’internet sont courantes en RDC lors des manifestations contre le pouvoir. La RDC est minée par une grave crise politique liée au maintien au pouvoir de M. Kabila dont le second mandat a expiré le 20 décembre 2016 et qui reste muet sur son avenir politique.

La RD Congo, riche en richesses minérales mais en proie à la violence, n’a pas connu de transition pacifique depuis l’indépendance de la Belgique en 1960. Kabila a succédé à son père assassiné Laurent Kabila en 2001 et a refusé de démissionner à la fin de son second et dernier mandat. En décembre 2016, des élections devaient avoir lieu dans le cadre d’un accord négocié par l’église, mais elles ont encore été retardées, et le scrutin est maintenant prévu pour le 23 décembre 2018, mais l’opposition et des mouvements citoyens congolais appellent à une “transition sans Kabila”.

[avec Afp]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : La consultation préscolaire est l’opportunité pour la prévention de la malnutrition chronique

La malnutrition reste préoccupante en RDC et les tendances à la baisse sont en deçà …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer