mercredi , 17 janvier 2018
Accueil / Élections / Moïse Katumbi : « Je lutte à vos côtés. Nous vaincrons ensemble »
Moise KATUMBI

Moïse Katumbi : « Je lutte à vos côtés. Nous vaincrons ensemble »

« Nous avons donc le devoir constitutionnel et moral de faire obstacle à ce régime dictatorial. (…) mon retour est pour très bientôt et que ma lutte n’est pas destinée à mon seul intérêt personnel, mais à celui de tous ceux qui sont privés de liberté pour leur opinion politique. Mon retour en homme libre marquera non seulement ma libération, mais aussi celle de tous les Congolais qui, comme moi, sont victimes d’un régime qui gouverne par défi. »

Après les forces politiques et sociales qui ont apporté tout leur soutien à l’appel lancé par le Comité laïc de coordination pour une marche populaire le 31 décembre 2017, c’est le tour de Moïse Katumbi, candidat à la présidentielle, de se joindre à ce mouvement.

Depuis son exil de Bruxelles, Moïse Katumbi a confirmé, dans une déclaration signée le 27 décembre 2017, dont une copie est parvenue à notre Rédaction, tout son appui à l’initiative des laïcs catholiques. Il s’associe à cette initiative qui, notet-il, rentre dans le cadre du combat qu’il mène, loin de la RDC, « victime d’un procès politique grotesque et d’un harcèlement violent de la part du régime, je n’ai cessé de me battre pour vous ».

Comme le chant du cygne qui annonce le beau temps, Katumbi est convaincu que le peuple congolais doit s’armer de courage et d’abnégation pour se libérer des chaines de l’asservissement. La marche est ce jour tant attendu où chaque Congolais de tous bords doit dresser son front longtemps courbé pour ouvrir une nouvelle ère, plein d’espoir et de bonheur, prédit Moïse Katumbi.

« Ce 31 décembre 2017, il nous appartient de prendre notre destin en main ! Réclamons haut et fort cet avenir meilleur en répondant massivement à l’appel du Comité laïc de coordination de l’Eglise catholique ». Il appelle, par conséquent, « tous les Congolais à se mobiliser pour exiger, avec force, mais toujours pacifiquement, la paix, la liberté et la démocratie. J’appelle tous les Congolais à marcher pour réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre et que de vraies élections puissent être organisées dans le pays ». La marche à suivre pour y parvenir, rappelle-t-il, est « claire ; elle a été tracée par l’Accord de la Saint-Sylvestre ».

Loin de se disperser, au risque de redonner de la force au camp adverse, Katumbi estime que c’est le moment pou toutes les forces politiques et sociales acquises au changement de créer une forte synergie pour servir d’alternative crédible. « Il est temps de se mettre ensemble, il est temps de retrouver
notre dignité ! »

Loin du pays, celui qui s’est déclaré candidat à la prochaine présidentielle, promet de ne jamais abandonner le peuple congolais ; gage de sa lutte. « Même si je suis en dehors du pays, pas un jour, pas une heure, pas une minute ne s’écoulent sans que je ne combatte la dictature qui sévit et sans que je ne milite, partout dans le monde, pour l’instauration d’une vraie démocratie au Congo », déclare-t-il.

« Je suis à vos côtés tous les jours et ma détermination à rentrer au Congo bientôt est intacte », poursuit-il, confiant sur l’issue de son combat.

Il ne perd pas également l’espoir de revenir un jour au Congo, en homme libre, pour relever, à côté du peuple, le défi de développement. « Mon retour est pour très bientôt et que ma lutte n’est pas destinée à mon seul intérêt personnel, mais à celui de tous ceux qui sont privés de liberté pour leur opinion politique. Mon retour en homme libre marquera non seulement ma libération, mais aussi celle de tous les Congolais qui, comme moi, sont victimes d’un régime qui gouverne par défi », prometil.

C’est par un message prémonitoire qu’il conclut sa déclaration : « Je lutte à vos côtés. Nous vaincrons ensemble ».

En ce 31 décembre 2017, la RDC négocie un tournant décisif de son histoire. Loin d’être une confrontation entre la majorité au pouvoir et les forces du changement, il est évident qu’après la journée du 31 décembre 2017, la RDC ne sera plus la même.

Voici la déclaration de Moïse Katumbi, publiée mercredi depuis Bruxelles.

[Le Potentiel]

DÉCLARATION DE MOÏSE KATUMBI EN SOUTIEN À LA MARCHE DU 31 DÉCEMBRE 2017

Mes chers compatriotes, A l’heure où notre pays vit des heures difficiles, où aucun foyer n’est épargné par la crise, la fête de la nativité nous rappelle que dans les pires difficultés de la vie, la justice et l’amour triomphent toujours. Qu’elle vous apporte de la joie, du courage et la confiance en un avenir proche meilleur !

Ce 31 décembre 2017, il nous appartient de prendre notre destin en main ! Réclamons haut et fort cet avenir meilleur en répondant massivement à l’appel du Comité Laïc de Coordination de l’Eglise catholique. Le 31 décembre 2016, nous avons accepté de laisser une chance au régime afin d’éviter le chaos. Depuis la signature de l’Accord de la Saint-Sylvestre, la majorité n’a respecté aucune des mesures prévues. Bien au contraire, ces prédateurs qui forment ce régime sombrent chaque jour un peu plus dans la corruption, les basses manoeuvres, la répression, la violence et les crimes.

Ce régime se moque de tout le monde. Il se moque de tous les Congolais, de l’Eglise catholique qui a bien voulu jouer les bons offices et trouver un accord de sortie de crise, de l’opposition politique, de la Société civile, et de nos partenaires internationaux. En résumé, il se moque de tous ceux qui oeuvrent pour le bien du pays.

Nous avons donc le devoir constitutionnel et moral de faire obstacle à ce régime dictatorial. J’appelle tous les Congolais à se mobiliser pour exiger, avec force, mais toujours pacifiquement, la paix, la liberté et la démocratie. J’appelle tous les Congolais à marcher pour réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre et que de vraies élections puissent être organisées dans le pays.

La marche à suivre pour y parvenir est claire ; elle a été tracée par l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Il est temps de se mettre ensemble, il est temps de retrouver notre dignité ! Je suis à vos côtés tous les jours et ma détermination à rentrer au Congo bientôt est intacte.

Depuis que j’ai dû quitter le pays, victime d’un procès politique grotesque et d’un harcèlement violent de la part du régime, je n’ai cessé de me battre pour vous.

Même si je suis en dehors du pays, pas un jour, pas une heure, pas une minute ne s’écoulent sans que je ne combatte la dictature qui sévit et sans que je ne milite, partout dans le monde, pour l’instauration d’une vraie démocratie au Congo. Seule une vraie démocratie permettra de rétablir la paix et de renouer avec la prospérité.

Ce combat que je mène à l’international, loin du Congo, mais proche des Congolais, est crucial et porte ses fruits. Cependant, je sais que vous aussi avez besoin de moi au pays, à vos côtés.

A différentes reprises, j’ai annoncé mon retour car j’en ai la volonté au plus profond de moi et les institutions les plus respectables et les plus influentes le réclament. Les évêques, dans leur rapport sur la décrispation, exigent mon retour en homme libre et disposant de ses pleins droits, y compris celui d’être candidat à l’élection présidentielle. Le Comité des droits de l’Homme de l’ONU a aussi sommé le gouvernement congolais de permettre mon retour en citoyen libre et protégé. L’Union africaine, le Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union européenne, les Etats-Unis et bien d’autres partenaires internationaux ont demandé que soient appliquées les mesures de décrispation au plus vite.

Il n’y a qu’un régime comme celui de Joseph Kabila, sans parole, sans respect, pour ne pas répondre à ces exigences. Au-delà de moi, de nombreux opposants politiques et défenseurs des droits de l’Homme sont encore en prison au mépris du droit et de la justice. Ils doivent être libérés sans délais.

Face à un régime sanguinaire, qui n’hésite pas à éliminer ceux qui menaceraient leur dictature, à manipuler les forces de sécurité et instrumentaliser la justice, il faut s’organiser, planifier et parfois s’armer de patience. C’est la raison pour laquelle ce retour peut sembler long à certains. Mais, à eux et à tous, je réponds que mon retour est pour très bientôt et que ma lutte n’est pas destinée à mon seul intérêt personnel, mais à celui de tous ceux qui sont privés de liberté pour leur opinion politique.

Mon retour en homme libre marquera non seulement ma libération, mais aussi celle de tous les Congolais qui, comme moi, sont victimes d’un régime qui gouverne par défi.

Je lutte à vos côtés. Nous vaincrons ensemble. Que Dieu préserve la République
démocratique du Congo !

Fait à Bruxelles, le 27/12/2017

Moïse Katumbi Chapwe

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Primature : Bruno TSHIBALA dégage

Président d’une plateforme de la société civile dénommée ‘‘Sauvons le Congo Plus’’, Boni Kamunga réclame …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer