mercredi , 17 janvier 2018
Accueil / International / Asie / Attaque terroriste : Plusieurs blessés à Saint-Pétersbourg

Attaque terroriste : Plusieurs blessés à Saint-Pétersbourg

Dix personnes ont été blessées mercredi dans l’explosion d’une bombe artisanale dans un supermarché de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), cible d’un attentat meurtrier en avril, et les autorités russes ont ouvert une enquête pour « tentative d’homicide ». Les enquêteurs ont assuré n’écarter aucune piste, sans toutefois ouvrir formellement de procédure pour attaque terroriste.

Cette explosion intervient à quatre jours du réveillon du Nouvel an, qui marque le début de la période des fêtes pour les Russes avant le Noël orthodoxe le 7 janvier, sur fond d’inquiétude croissante concernant le retour des jihadistes ayant combattu en Syrie et Irak.

Elle a eu lieu vers 18H30 locales (15H30 GMT) dans un supermarché de la chaîne Perekriostok au rez-de-chaussée d’un ancien cinéma soviétique sur l’avenue Kondratiev, dans le nord-est de la deuxième ville de Russie.

« Dix personnes ont été hospitalisées, leur vie n’est pas menacée », a précisé un responsable du Comité d’enquête locale, Alexandre Klaus, cité par les agences TASS et Interfax.

Dans un communiqué, le Comité d’enquête, organe chargé des principales affaires, a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « tentative d’homicide ».

Peu après, il a ajouté que l’explosion avait été causée par « un engin explosif artisanal équivalent à 200 grammes de TNT ». « L’enquête examine toutes les hypothèses possibles », a-t-il souligné.

Selon une journaliste de l’AFP sur place, la police, les pompiers, une ambulance et un véhicule des services de sécurité du FSB (ex-KGB) étaient déployés sur les lieux. Le magasin ne présentait aucun dégât.

« Quelle horreur! Juste au moment où les gens font leurs courses avant les fêtes », a déploré sur place Galina Goustova, 58 ans.

« Je viens souvent acheter des produits ici, je voulais passer et tout le secteur est bouclé », a raconté à l’AFP Victoria Smirnova, 20 ans. « J’ai aussitôt appelé ma mère au cas où elle ait décidé d’aller à ce magasin mais heureusement elle est chez elle ».

Retour des jihadistes

Sur les 10 personnes hospitalisées, six étaient considérées en état « moyen » et quatre dans un état « satisfaisant », a précisé sur Twitter la vice-gouverneur de la ville, Anna Mitianina.

Malgré l’identification d’une bombe artisanale, « la qualification de l’enquête ne change pas pour l’instant: tentative d’homicide de deux personnes ou plus », a assuré la porte-parole du Comité, Svetlana Petrenko, citée par l’agence Interfax.

Saint-Pétersbourg a été visé par un attentat qui a fait 16 morts et des dizaines de blessés le 3 avril dans son métro et qui a été revendiqué par un groupe peu connu lié à Al-Qaïda.

L’auteur présumé de cette attaque, Akbarjon Djalilov, un homme de 22 ans originaire du Kirghizstan, une ex-république soviétique d’Asie centrale, a également été tué dans l’attentat.

Mi-décembre, les services de sécurité russes avaient annoncé avoir démantelé une cellule du groupe jihadiste Etat islamique (EI) s’apprêtant à commettre des attentats le 16 décembre à Saint-Pétersbourg, notamment dans la très touristique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan.

Le président Vladimir Poutine avait alors appelé son homologue américain Donald Trump pour le « remercier » de renseignements transmis par la CIA ayant permis d’arrêter ces terroristes présumés.

La Russie a été menacée à plusieurs reprises par l’EI et par la branche syrienne d’Al-Qaïda après le début de son intervention militaire en Syrie, le 30 septembre 2015.

Après l’annonce mi-décembre par Vladimir Poutine d’un retrait partiel de ses troupes, les services de sécurité ont dit craindre une arrivée de jihadistes de retour de Syrie maintenant que le groupe Etat islamique a perdu la quasi-totalité de son territoire dans ce pays mais aussi en Irak.

Près de 4.500 citoyens russes sont partis à l’étranger pour combattre « du côté des terroristes », a indiqué mi-décembre le directeur du FSB, Alexandre Bortnikov.

Selon lui, plus de 9.500 personnes ont été jugées en Russie en cinq ans « pour des crimes liés au terrorisme ou à l’extrémisme ».

Aux Russes, en majorité originaires des instables républiques musulmanes du Caucase, qui sont partis combattre en Irak et en Syrie s’ajoutent plusieurs milliers de combattants issus des pays d’Asie centrale, qui comptent une importante diaspora en Russie.

[Afp]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Cheikh qatari retenu aux Emirats arabes unis ?

« Je suis maintenant à Abou Dhabi où j’étais l’hôte (du dirigeant des Emirats) cheikh Mohammed » …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer