mercredi , 17 janvier 2018
Accueil / International / Amérique / Pérou : La libération de Fujimori constitue une impunité

Pérou : La libération de Fujimori constitue une impunité

Fujimori sur son lit d’hôpital, Pinochet en chaise roulante, Rios Montt et ses troubles mentaux: malgré les crimes commis sous leurs ordres, ces dirigeants latino-américains à la santé fragile ont bénéficié d’une clémence dénoncée comme une impunité par les défenseurs des droits de l’homme.

Si l’annonce d’une grâce présidentielle pour l’ex-chef d’Etat péruvien, condamné pour crimes contre l’humanité, a fait déferler dans la rue des milliers de Péruviens en colère, elle a aussi suscité de vives critiques de l’ONU.

Le représentant régional du Haut commissaire aux droits de l’homme, Amerigo Incalcaterra, a appelé à « éviter toute situation pouvant mener à l’impunité ».

Demandant « pardon du fond du coeur », Alberto Fujimori, 79 ans, a reconnu mardi avoir « déçu une partie de (ses) compatriotes ».

Un euphémisme par rapport à la sévérité de sa condamnation: 25 ans de réclusion, notamment pour l’assassinat de 25 personnes aux mains d’un escadron de la mort durant son combat contre la guérilla du Sentier lumineux sous sa présidence (1990-2000).

Dans une vidéo publiée sur Facebook, l’ancien homme fort du Pérou, visiblement mal en point, est apparu sur son lit d’hôpital, entouré d’appareils médicaux.

Il y a 17 ans, c’est l’ex-dictateur Augusto Pinochet, général en retraite de 84 ans, qui débarquait en fauteuil roulant à l’aéroport de Santiago du Chili, tout juste libéré pour raisons de santé après avoir passé 503 jours de détention à Londres.

Mais à peine descendu de l’avion, il s’était levé et était reparti à pied accompagné de ses proches. Une provocation, selon ses opposants.

« L’âge est un facteur qui fonctionne comme une circonstance atténuante », souligne Lissell Quiroz-Pérez, docteure en histoire et spécialiste de l’Amérique latine à l’université de Rouen (France).

« Ces hommes sont des vieillards », ajoute-t-elle, et « ils en jouent aussi: Fujimori est toujours présenté alité, Pinochet, c’était pareil, il paraissait toujours très affaibli. Cela crée dans la population un sentiment de compassion ».

Retour en arrière

Au Guatemala, l’ex-dictateur Efrain Rios Montt, 91 ans, attend de connaître le verdict de son procès ouvert en octobre pour le massacre par l’armée de plus de 1.770 Indiens, accusés de soutenir les guérillas de gauche, sous son régime (1982-1983).

Mais il n’ira pas en prison en raison de ses troubles mentaux. « Il a très peu de moments de lucidité », assurait en octobre son ancien avocat, Jaime Hernandez.

« D’un certain point de vue, c’est lamentable que ceux qui ont violé les droits de l’homme (…) soient protégés par ces mêmes droits, mais ainsi est faite la démocratie », observe Patricio Navia, conseiller académique du Centre pour l’ouverture et le développement de l’Amérique latine (Cadal), qui rejette toutefois le terme d’impunité pour Alberto Fujimori, qui a purgé 12 ans de prison.

Pour ce politologue chilien, « le cas Fujimori est un retour en arrière, mais un retour en arrière qui survient dans un contexte de plus grande justice contre ceux qui violent les droits de l’homme en Amérique latine ».

Selon lui, « il y a beaucoup moins d’impunité qu’avant ». « Il y a 30 ans, aucun ex-président d’Amérique latine n’allait en prison », et désormais plusieurs ex-dirigeants, au Guatemala (Otto Pérez Molina) et au Pérou (Ollanta Humala) notamment, sont derrière les barreaux pour des affaires de corruption.

Gaspard Estrada, directeur de l’Opalc, l’observatoire sur l’Amérique latine de Sciences Po Paris, se veut plus nuancé.

« Certes, Fujimori a été condamné, il a purgé une partie de sa peine, mais si on souhaite que l’impunité diminue et que l’Etat de droit progresse, créer des exceptions peut ouvrir la porte à d’autres exceptions ».

En toile de fond, il y a « des sociétés divisées sur leur passé, mais en même temps cela arrive dans toutes les sociétés, on pense par exemple au rapport de la France avec la guerre d’Algérie », explique-t-il.

« Il y a des franges minoritaires qui expriment leur sympathie vis-à-vis de ces tortionnaires, d’autres majoritaires qui les rejettent ».

Malgré les 3.200 morts ou disparitions attribuées à son régime (1973-1990), 12% des Chiliens considèrent Augusto Pinochet comme « l’un des meilleurs présidents que le pays ait connu », selon un récent sondage.

HOSPITALISATION PROLONGÉE

L’hospitalisation de l’ex-président péruvien Alberto Fujimori, qui vient de bénéficier d’une grâce controversée de l’actuel chef d’Etat Pedro Pablo Kuczynski, sera prolongée d’au moins 48 heures, a annoncé mercredi son médecin personnel.

Fujimori « va poursuivre son hospitalisation et ses visites seront limitées, sauf pour la famille. Nous allons voir dans les prochaines 48 heures comment il évolue », a déclaré à des journalistes le docteur Alejandro Aguinaga, à la sortie de la clinique où se trouve l’ex-président depuis samedi.

« Quand son coeur fonctionnera normalement, il sortira », a-t-il ajouté, sans indiquer si l’état de santé de l’ex-dirigeant avait empiré ces dernières heures. « Son problème le plus sérieux est une fibrillation auriculaire (ou atriale) », a précisé M. Aguinaga.

Cette arythmie dont souffre depuis le mois de juin M. Fujimori, âgé de 79 ans, peut dégénérer en infarctus faute de traitement, selon son médecin qui ne sait pas encore si l’ancien chef de l’Etat, condamné pour crimes contre l’humanité et corruption, « passera le nouvel an hospitalisé ».

Des familles des victimes de la répression sous les mandats de Fujimori (1990-2000), des partis politiques et des associations de défense des droits de l’Homme se préparaient à défiler jeudi contre la décision de le gracier.

« C’est la deuxième fois que je fais confiance à un président et qu’il me trahit », a déclaré à l’AFP Rosa Rojas, qui a perdu son mari et son fils de 8 ans dans la tuerie de Barrios Altos, perpétrée à Lima par des militaires le 3 novembre 1991.

Une association locale de défense des droits de l’Homme a annoncé avoir fait appel à la Cour interaméricaine des droits de l’Homme, dont le siège est à San José (Costa Rica), afin qu’elle demande des comptes au gouvernement péruvien et analyse cette grâce.

La décision du président a soulevé une polémique et des manifestations de Péruviens, qui accusent le chef d’Etat d’avoir négocié politiquement cette mesure en échange de son maintien au pouvoir avec le soutien du mouvement politique fondé par M. Fujimori.

[Afp]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Malaise au sein du Rassemblement

Sous la signature de Pierre Lumbi, le G7 sollicite une réunion de toutes les composantes …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer