jeudi , 18 janvier 2018
Accueil / International / Asie / Russie : Boycotter la présidentielle du 18 mars

Russie : Boycotter la présidentielle du 18 mars

La Commission électorale russe a rejeté lundi la candidature à la présidentielle du 18 mars prochain de l’opposant Alexeï Navalny. La Commission a voté à l’unanimité, lors d’une réunion publique, pour refuser le dossier présenté la veille au soir par le juriste de 41 ans à l’issue d’une journée de mobilisation de ses partisans. “Nous allons appeler tout le monde à boycotter ces élections, nous ne reconnaîtrons pas les résultats”, a aussitôt annoncé Alexeï Navalny à la presse. Cette instance avait à plusieurs reprises averti que l’opposant ne pourrait se présenter avant 2028 en raison d’une condamnation en février dernier à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds dans une affaire remontant à 2009.

La Commission électorale russe a rejeté lundi la candidature à la présidentielle du 18 mars prochain de l’opposant Alexeï Navalny, qui a aussitôt appelé ses partisans à boycotter le scrutin.

Invoquant une condamnation judiciaire dénoncée comme “fabriquée” par l’opposant, la Commission a voté à l’unanimité, lors d’une réunion publique, pour refuser le dossier présenté la veille au soir par le juriste de 41 ans à l’issue d’une journée de mobilisation de ses partisans.

“Nous allons appeler tout le monde à boycotter ces élections, nous ne reconnaîtrons pas les résultats”, a aussitôt annoncé Alexeï Navalny à la presse.

Cette décision est loin de constituer une surprise car cette instance avait à plusieurs reprises averti que l’opposant ne pourrait se présenter avant 2028 en raison d’une condamnation en février dernier à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds dans une affaire remontant à 2009.

La présidente de la Commission Ella Pamfilova a assuré n’avoir “aucune observation” à faire quant aux documents apportés par Alexeï Navalny, répétant qu’il s’agissait de faire respecter la loi.

“Il est évident que ces affaires ont été fabriquées pour ne pas me laisser me présenter”, a dénoncé M. Navalny lors des débats publics précédant la décision, s’appuyant sur une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

[Afp]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Allemagne : Merkel joue sa survie politique

Après un premier échec en novembre pour s’entendre sur une coalition majoritaire avec les écologistes …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer