mardi , 16 janvier 2018
Accueil / Afrique / Afrique Centrale / RD Congo / Fêtes de fin d’année : Flambée des prix en RDC

Fêtes de fin d’année : Flambée des prix en RDC

A l’approche des festivités de fin d’année, les prix prennent l’ascenseur. Dans les différents marchés de Kinshasa, la flambée des prix saute aux yeux. Au grand détriment du Kinois lambda qui a du mal à gérer à bon escient le panier de la ménagère. Reportage.

Ménagère, Salima B. ne sait à quel saint se vouer lorsqu’elle se rend ce matin au marché de Gambela. Revenue dans la capitale après un long séjour en province, elle est surprise de constater une hausse soudaine des prix sur le marché au crépuscule de l’année 2017. Ce qui perturbe quelque peu ses économies.

« Depuis le début de cette année, je me suis habituée à me procurer 1 litre d’huile de table à 2.200 Fc, confesse-t-elle. Aujourd’hui, je suis tenue de débourser 3.200 Fc pour la même quantité. Le kilo de poisson salé, je le négociais à 9.500 Fc il y a quelques mois, à ce jour, il me faudra 12.500 Fc pour avoir cette même denrée alimentaire. Il en est de même pour la mesure de farine de manioc (ekolo) que j’ai achetée à 1.000 Fc, alors qu’au début de cette année, il coûtait juste 700 Fc ».

L’INSTABILITE DU TAUX DE CHANGE

Au marché Kapela, quartier Yolo Sud, dans la commune de Kalamu, le constat est quasiment le même. Les prix des denrées alimentaires ont du mal à rester stables. « Ici, le prix d’un carton de poissons salés varie d’après les humeurs des distributeurs. Le lundi, je l’ai acheté à 85.000 Fc, alors qu’une semaine plus tôt, ce carton coûtait 90.000 Fc. Deux jours après, c’est à 95.000Fc que j’ai dû renégocier cette marchandise. Je suis donc convaincu que cette tarification fantaisiste est due à une mauvaise foi des distributeurs », nous souffle un revendeur implanté au marché Kapela.

« La hausse des denrées alimentaires est sans doute due à l’instabilité du taux de change du franc congolais face au dollar américain, monnaie de référence dans les transactions commerciales », nous renseigne Mme Chantal K., vendeuse au marché Kapela.

« Le prix de certaines denrées varie en fonction du taux de dollar. Quand la devise américaine est en baisse, le produit maintient son prix, mais une fois qu’il y a inflation monétaire, la marchandise augmente de prix.Il y a peu, j’ai acheté un sac du riz à 30.000 Fc. A mon grand étonnement, je négocie aujourd’hui le sac de 25kg à 35.000 Fc et celui de 50 kg à 69.000 Fc », nous confie Annie M., une ménagère croisée au marché Kapela.

LA RARETE DES PRODUITS IMPORTES

« Si les prix s’enflamment, c’est aussi suite à la surfacturation des produits vivriers importés au niveau des douanes, ou encore suite à une faible quantité de marchandises importées. La surenchère est aussi due à la rareté de certains produits saisonniers, répondant ainsi à la loi de l’offre et de la demande », argumente notre interlocutrice.

« Les denrées alimentaires commercialisées à Kinshasa proviennent de différentes origines, nous confie un importateur qui a requis l’anonymat. Les poissons salés, par exemple, sont pour la plupart importés de Norvège, les haricots de Goma, la farine de manioc du Kongo central et de l’ex-province du Bandundu. Le riz est ramené de Bumba (ex- province de l’Equateur), de la Thaïlande ou de la Chine. Le sucre est, pour sa part, tiré de la sucrerie de Kwilu Ngongo (Kongo central). Les épices, elles, proviennent aussi bien de l’Europe que du Kongo central ».

Au regard de la grille des prix au marché Kapela, un sac de riz qui coûtait 32.000 Fc s’élève aujourd’hui à 35.000 Fc. Un sac de manioc qui,il y a deux mois, se vendait à 100.000Fc, se négocie maintenant à 130.000 Fc. Par ailleurs, une caisse de tomates est marchandée à 35.000 Fc, alors qu’elle revenait à 20.000 Fc. Et un sachet de sucre de Kwilu Ngongo se vend actuellement au double de son prix antérieur. En outre, le filet d’ail coûte présentement 15.000 Fc, alors que le mois passé, on l’achetait à 10.000 Fc.

A trois jours de la fête de Nativité, les opérateurs économiques s’attendent à une nouvelle hausse des prix des produits de première nécessité. Ils espèrent notamment la paie des agents de l’Etat, et donc une forte demande de la clientèle, pour augmenter les prix et faire de bonnes affaires.

[Tania Mubuadi, Christelle Gibemba, Yves KALIKAT, Forum Des As]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Missile balistique : Confusion à Hawaï

La ministre de la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen a exhorté dimanche la population américaine à …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer