jeudi , 18 janvier 2018
Accueil / Société / Guerres et conflits / Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix aux Nations Unies, qui s’exprimait ce dimanche 10 décembre sur les ondes de RFI, « l’attaque était manifestement préparée et orchestrée ». Un des membres du staff des Nations unies en RDC a expliqué à Lalibreafrique.be que l’on était « toujours sans nouvelle de trois Casques bleus tanzaniens et qu’une cinquantaine ont été blessés » dans « une attaque massive lors de laquelle les assaillants ont pratiquement complètement rasé le camp. Ils étaient nombreux et disposaient d’un arsenal qui allait du lance-roquette à la machette ». Mais le cadre de l’Onu n’ira pas plus loin.

Dans la nuit du 7 au 8 décembre, 15 casques bleus tanzaniens ont trouvé la mort dans l’attaque de leur campement situé dans la région de Béni (Nord-Kivu). Une attaque attribuée aux ADF, une milice islamiste venue d’Ouganda.

Trois jours après ce que le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres a qualifié de «pire attaque de l’histoire récente des Nations Unies», les circonstances de cette attaque demeurent floues et les questions bien plus nombreuses que les réponses.

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix aux Nations Unies, qui s’exprimait ce dimanche 10 décembre sur les ondes de RFI, «l’attaque était manifestement préparée et orchestrée». Un des membres du staff des Nations unies en RDC a expliqué à Lalibreafrique.be que l’on était «toujours sans nouvelle de trois Casques bleus tanzaniens et qu’une cinquantaine ont été blessés» dans «une attaque massive lors de laquelle les assaillants ont pratiquement complètement rasé le camp. Ils étaient nombreux et disposaient d’un arsenal qui allait du lance-roquette à la machette». Mais le cadre de l’Onu n’ira pas plus loin.

Un militaire, ancien haut gradé congolais, est plus loquace et s’interroge sur la finalité de l’attaque et sur l’absence de réponse «à tous niveaux».  Sept questions à ce militaire, aujourd’hui en exil.

Pourquoi cette attaque des ADF ?

Je ne comprends pas cette attaque. Ce que l’on présente comme les ADF ne sont qu’un groupuscule militairement guère plus aguerris que les Maï-Maï. Ils ne se sont jamais attaqué aux Casques bleus jusqu’ici. Ils ne s’en sont même jamais réellement pris à l’armée congolaise, c’est dire si on est loin des super combattants capables a priori de s’attaquer à un camp de Casques bleus. Comment sont-ils entrés dans ce camp ? Comment ont-ils pu faire face à découvert à des militaires ? On va dire que ça pose question.

Pourquoi l’absence de réaction des autres camps de la Monusco ?

A en croire les différents témoignages que j’ai lus ou qui me sont revenus de mes anciens camarades qui sont dans la région, l’attaque a duré toute la nuit. Comment expliquer que personne dans l’Etat-major des Nations unies se soit inquiété du silence ? Les moyens de communication ont visiblement été ciblés dès le début de l’attaque. Un élément qui jette encore un peu plus le trouble sur l’identité des agresseurs. Les Tanzaniens ont été injoignables dans les minutes qui ont suivi le début de l’attaque, l’info vient de la structure de la Monusco et, pourtant, ils ne sont intervenus qu’au petit matin. Ils ont des hélicoptères qui pouvaient être sur la zone en trente minutes. Mais personne n’a bougé. Cela aussi, sa pose question.

Il y avait un camp de l’armée congolaise pas trop loin…

Il se trouverait à un peu moins d’un kilomètre. Mais ces hommes ne disposent peut-être pas du matériel pour pouvoir intervenir en pleine nuit. Il fait très noir quand le jour est tombé. Et il tombe sur le coup de 18 heures. Le plus surprenant, c’est la confusion qui règne encore autour du rôle de l’armée congolaise. La Monusco a annoncé la mort de 5 soldats congolais. L’Etat-major congolais parle d’un blessé et de plus de 70 assaillants abattus. Il faut qu’ils se mettent d’accord, ça fait désordre. Si la Monusco annonce la mort de 5 militaires congolais, c’est que ses hommes ont relevé cinq cadavres qui portaient des tenues militaires congolaises. Peut-être étaient-ce des ADF déguisés en militaires congolais. Espérons que ce ne soit pas l’inverse…

Que sont devenus les trois militaires tanzaniens disparus ?

C’est une question importante, ils ont peut-être pu se cacher et ils ont peut-être des choses très intéressantes à raconter. Je vois mal les assaillants détruire tout sur leur passage et emmener trois prisonniers, cela n’aurait pas de sens. Si tant est, je vous l’accorde, que l’on puisse dire que cette attaque a un sens.

Mission d’enquête indépendante ?

J’espère que cette fois les Nations Unies taperont du poing sur la table et forceront l’envoi rapide d’une commission d’enquête internationale et indépendante. Il ne faut pas tergiverser. Il ne faut pas répéter les erreurs commises lors de la mort des deux experts de l’Onu au Kasaï. Là aussi, dès les premières heures, à en croire les versions « autorisées », on connaissait les responsables, vidéo à l’appui. Finalement, on n’est plus sûrs de rien… officiellement. Mais Kinshasa s’est opposé à l’envoi d’une vraie commission d’enquête indépendante et tout le monde connaît déjà les résultats d’une enquête qui ne vise qu’à chercher des boucs émissaires et à laver le pouvoir en place.

ADF sur la liste des groupes terroristes…

Sassou Nguesso, Kabila et Lourenço se sont retrouvés ce samedi à Brazzaville, ils ont condamné cette attaque et demandé que les ADF soient placés par la communauté internationale sur la liste groupes terroristes… Je ne comprends pas. Soit, nos trois présidents et leurs conseillers ont dormi trop longtemps, soit ils voulaient enregistrer un résultat rapide, car cette décision avait été prise la veille. Idem pour les Kamuina Nsapu et les LRA.

A qui profite le crime ?

A la place des ADF, pourquoi perpétrer cette attaque ? Que peuvent-ils espérer ? Rien ! Ils ont gagné d’être placé désormais sur la liste des groupes terroristes alors que cela fait près de vingt ans qu’on parle d’eux, sans qu’ils aient eu à subir les foudres internationales. Ils n’ont rien à espérer et se mettent en danger inutilement… S’ils sont bien derrière cette attaque. Dans les rangs de la Monusco, je peux vous assurer qu’on est très prudent quand on évoque l’identité des agresseurs.

[L.P/Lalibreafrique.be]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Belgique – RDC : Révision fondamentale de coopération

Selon le site de La Libre, la Belgique a décidé de mettre fin à une …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer