dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : Les souffrances du peuple empirent jour le jour

RDC : Les souffrances du peuple empirent jour le jour

Le processus électoral en RDC marque le pas. Les attitudes du régime sont loin de rassurer sur la tenue d’élections devant favoriser un renouvellement de la classe dirigeante du sommet à la base. Pendant ce temps, les souffrances du peuple empirent jour le jour. C’est ce qui justifie ce énième message des princes de l’Eglise catholique membre de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) publié le lundi le 27 novembre. Dans ce message, une fois de plus, la Cénco constate malheureusement que la crise politique persiste en RDC et qu’il n’y a pas du tout d’avancées dans l’application de l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016. La Majorité présidentielle continue à tripatouiller l’Accord de la Saint-Sylvestre pendant que les violations massives des droits de l’Homme augmentent. Autant dire que le pouvoir continue à imposer son rythme tout en retardant le processus.

Pour la énième fois, les évêques membres de la Cénco montent au créneau pour sensibiliser le peuple congolais et toutes les forces sociales et politiques du changement sur le danger que court la RDC du fait de la persistance de la crise politique et la non-application de l’Accord du 31 décembre 2016. Les deux derniers messages de la Cénco sont si forts que les prélats ne peuvent pas aller au-delà de cet appel. Il est temps que le peuple congolais et toutes les forces du changement s’impliquent pour contraindre la majorité au pouvoir à organiser les élections selon le chronogramme publié par la Céni, dans le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Le processus électoral en République démocratique du Congo marque le pas. Les attitudes du régime sont loin de rassurer sur la tenue d’élections devant favoriser un renouvellement de la classe dirigeante du sommet à la base. Pendant ce temps, les souffrances du peuple empirent jour le jour.

C’est ce qui justifie ce énième message des princes de l’Eglise catholique membre de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) publié le lundi le 27 novembre à l’issue de leur réunion extraordinaire tenue du 22 au 24 novembre 2017.

Dans ce message, une fois de plus, la Cénco constate malheureusement que la crise politique persiste en RDC et qu’il n’y a pas du tout d’avancées dans l’application de l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016.

Dans le présent message signé par Marcel Utembi, président de la Cénco, les évêques expriment leur attachement à l’Accord du 31 décembre et la nécessité d’aller aux élections dans le timing fixé par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Ainsi, la Cénco appelle le peuple à « assurer le suivi permanent de la réalisation des activités prévues dans le calendrier électoral et interpeller chaque institution de la République suivant ses responsabilités ».

Dans le message publié en juin 2017 intitulé « Le pays va mal. Debout Congolais, décembre 2017 approche », la Cénco avait lancé également un appel à la mobilisation de la population les invitant à s’investir dans la tenue d’élections en décembre 2017. Le constat est que cet appel n’a pas été suivi d’effet. La pression tant de la population que des activistes de la Société civile et des forces politiques de l’Opposition n’a pas été de taille pour faire plier Kinshasa.

La Majorité présidentielle continue à tripatouiller l’Accord de la Saint-Sylvestre pendant que les violations massives des droits de l’Homme augmentent. Autant dire que le pouvoir continue à imposer son rythme tout en retardant le processus. La publication du calendrier électoral est plus le fruit de la pression de la communauté internationale et, particulièrement, de Nikki Haley, ambassadrice des USA aux Nations unies lors de son passage en août à Kinshasa.

Les deux derniers messages de la Cénco sont si forts qu’on ne peut imaginer que les évêques aillent au-delà de leurs responsabilités. Il appartient maintenant à la Société civile de s’approprier le message des évêques et de contraindre le pouvoir à libérer le processus électoral de manière que le chronogramme de la Céni soit appliqué.

Il en est de même du Rassemblement des forces sociales et politiques du changement qui doit aiguiser ses stratégies d’actions pour parvenir à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, à savoir militer pour la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre et la tenue dans un délai raisonnable des élections. La balle est donc dans le camp de la Société civile et des organisations du Rassemblement. Surtout que la persistance de la crise politique va de pair avec les souffrances des populations.

Les évêques ont toujours dit qu’ils n’ont pas d’armes, ni de fouet pour contraindre les dirigeants à respecter leurs engagements librement souscrits, notamment le cas de l’Accord du 31 décembre. C’est au souverain primaire de décider de l’avenir de la RDC en interpellant le pouvoir à temps et à contretemps.

[Le Potentiel]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer