dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : « Joseph KABILA » est piégé dans un dilemme

RDC : « Joseph KABILA » est piégé dans un dilemme

Depuis la fin de son mandat constitutionnel en décembre 2016 et le glissement d’une année (décembre 2017) à lui concédée par l’Accord de la Saint-Sylvestre, il n’exprime ni le désir de partir ni celui de rester. En tout cas, le chef de l’État n’a pas daigné le faire lors de grandes occasions, notamment dans ses discours à l’Assemblée générale de l’Onu et sur l’état de la Nation devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. Comme pour dire que le silence reste le moyen de communication préféré du Raïs.

Le président de la République continue de jurer par le mutisme, en demeurant dans sa tour d’ivoire. Le silence du chef de l’État congolais à se prononcer sur son départ ou non du pouvoir après son deuxième et dernier mandat, est révélateur du trouble qui règne dans son camp. Car il est piégé dans un dilemme selon lequel rester au pouvoir est injustifiable et le quitter est encore pire.

Depuis la fin de son mandat constitutionnel en décembre 2016 et le glissement d’une année (décembre 2017) à lui concédée par l’Accord de la Saint-Sylvestre, il n’exprime ni le désir de partir ni celui de rester. En tout cas, le chef de l’État n’a pas daigné le faire lors de grandes occasions, notamment dans ses discours à l’Assemblée générale de l’Onu et sur l’état de la Nation devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. Comme pour dire que le silence reste le moyen de communication préféré du Raïs.

Toutefois, il autorise ses collaborateurs de s’exprimer à sa place, ceux du Parlement, en se servant de la constitutionnalité tandis que les membres du gouvernement ainsi que des personnalités de sa famille politique sont chargés de révéler en des termes plus ou moins clairs son intention d’aller au-delà de 2018. Une démarche que continuent de dénoncer les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco).

En effet, dans leur mot de sensibilisation du peuple à sa prise en charge, les prélats catholiques demandent au président de la République de se prononcer clairement sur la prochaine présidentielle. Car son « mutisme inquiétant » démontre la volonté de proroger la durée de son mandat au-delà de la limite prévue par la Constitution. Ses ouailles et lui-même entretiennent le flou, la confusion et la cacophonie, en usant des argumentations fallacieuses pour brouiller les cartes.

Dans un environnement qui n’offre pas de garantie, quitter le pouvoir est encore pire pour tous les larbins qui risquent de perdre les privilèges et, peut-être, de voir leurs biens mal acquis être confisqués. Aussi, pour leur propre survie, ils prennent en otage le président de tous les Congolais, pour en faire leur propriété privée, leur tout d’ivoire.

[le Potentiel]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer