dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / 30 Novembre : L’appel à manifester est maintenu en RDC

30 Novembre : L’appel à manifester est maintenu en RDC

Les manifestations prévues par l’Opposition et la Majorité présidentielle (MP) cette semaine à Kinshasa sont interdites par l’autorité urbaine. Le gouvernement provincial de la ville de Kinshasa estime que, vu le contexte particulièrement agité, il y a des risques de confrontation sur le terrain et de trouble à l’ordre public. Le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi, affirme qu’il passera outre cette interdiction. « Avec les avis à manifestation qu’ils ont lancés en même temps que nous, cela cachait déjà ce genre de choses. C’est un ordre que nous allons totalement ignorer. L’appel à manifester est maintenu et il sera massivement suivi, croyez-le », dit-il.

Conformément à la Constitution, l’organisation de toute manifestation pacifique fait l’objet d’une information auprès de l’autorité publique, qui est appelée à encadrer les manifestants en vue d’éviter tout dérapage. Donc, l’Opposition n’est pas à côté de la plaque. Démocratie oblige.

Les manifestations prévues par l’Opposition et la Majorité présidentielle (MP) cette semaine à Kinshasa sont interdites par l’autorité urbaine. Le gouvernement provincial de la ville de Kinshasa estime que, vu le contexte particulièrement agité, il y a des risques de confrontation sur le terrain et de trouble à l’ordre public. La Majorité voulait soutenir le calendrier électoral qui prévoit des élections dans 13 mois. L’Opposition voulait marcher contre ce calendrier. Retour sur ce feuilleton à épisodes.

Episode 1 : l’Opposition mobilise ses troupes contre le calendrier électoral. Rendez-vous a été donné par le Rassemblement le 28 novembre. Episode 2 : la Majorité présidentielle (MP) et un groupement d’association baptisé Front pour le référendum appellent, à leur tour, à manifester le même jour. Qu’à cela ne tienne. Episode 3 : l’Opposition décale sa manifestation au 30 novembre. Episode 4: un parti proche du pouvoir la CCU appelle aussi à manifester le 30. Episode 5 : les autorités interdisent toutes ces marches.

Pour l’Opposition c’est clair, cette interdiction est l’œuvre de la Majorité. On a le droit d’appeler à manifester quand on veut, répond en substance André Atundu, porte-parole de la Majorité présidentielle qui avait appelé à une marche le 28 novembre : « A ce que je sache, il n’y a aucune disposition réglementaire, légale, constitutionnelle qui interdit aux partis politiques de manifester le même jour, même presque en même temps, sinon comment on ferait pendant la campagne. Une semaine serait réservée à la Majorité, une semaine à l’Opposition, une autre à la Société civile, une autre aux indépendants ? Non ».

En face, on crie au sabotage. Le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi, affirme qu’il passera outre cette interdiction. « Avec les avis à manifestation qu’ils ont lancés en même temps que nous, cela cachait déjà ce genre de choses. C’est un ordre que nous allons totalement ignorer. L’appel à manifester est maintenu et il sera massivement suivi, croyez-le », dit-il.

Depuis dix jours, l’UE, les Etats-Unis, les Nations unies ou l’OIF, notamment, multiplient les communiqués pour dénoncer les restrictions aux libertés publiques en RDC contraires aux engagements pris par le pouvoir de tout faire pour organiser des élections crédibles.

[RFI/LP]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer