dimanche , 17 décembre 2017
Accueil / Élections / RDC : Aucune révision de la Constitution avant la tenue des élections

RDC : Aucune révision de la Constitution avant la tenue des élections

Les laïcs catholiques estiment que la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 est le passage obligé pour baliser la voie qui mène à des élections apaisées et véritablement démocratiques. Tout autre schéma qui s’écarte de la ligne de conduite tracée au Centre interdiocésain ne fera que raviver la crise. Les fidèles catholiques rappellent les acquis de l’Accord, notamment pas de deuxième mandat pour le président Kabila, aucune révision de la Constitution avant la tenue de prochaines élections…

Pendant que la cinquantaine d’évêques catholiques de la République démocratique du Congo se réunissent pour se prononcer sur la crise politique que traverse le pays, des initiatives sont prises pour sensibiliser à l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre qui tombe caduc dans quelques semaines, à savoir le 31 décembre 2017.

Pour des laïcs catholiques, en accord avec la Cenco, la sensibilisation doit rester totale en se conformant non seulement à l’esprit, mais aussi à la lettre de cet Accord qui prévoit la tenue de la présidentielle au plus tard le 31 décembre 2017 pour élire démocratiquement, dans un scrutin équitable, le successeur du président Joseph Kabila.

Les fidèles catholiques et leurs pasteurs sont d’avis que l’Accord du 31 décembre 2016 ne peut être enterré sans son exécution intégrale par les parties prenantes. Cette détermination transparaît notamment à travers la distribution à l’entrée de toutes les messes d’un dépliant en quatre langues nationales reprenant les parties essentielles de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Pour démontrer que la vigilance est restée permanente, les évêques insistent sur la nécessité pour le peuple congolais de se conjurer la peur afin qu’il reprenne son destin en mains.

En défendant l’Accord du 31 décembre 2016, les catholiques risquent de considérer les institutions en présence comme illégitimes et illégales. Ce serait une étape supplémentaire franchie qui pourrait exacerber la crise au pays. Le poids politique de l’Église catholique sur l’échiquier national est tel qu’il ne faut pas que le pays en arrive à ce point de non retour. Les fidèles catholiques rappellent les acquis de l’Accord, notamment pas de deuxième mandat pour le président Kabila, aucune révision de la Constitution avant la tenue de prochaines élections…

Pour les fidèles catholiques, il y a une ligne rouge à ne pas franchir et cela ne devra souffrir d’aucune négligence.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Casques bleus tues en RDC : Une attaque préparée et orchestrée

Selon Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer