samedi , 16 décembre 2017

Archives journalières : 27/11/2017

TP Mazembe, le deuxième club le plus titré d’Afrique

Pour la deuxième fois consécutive, le TP Mazembe soulève le trophée de la Coupe de la Confédération de la CAF. Il devient ainsi le deuxième club le plus titré d’Afrique. Le TP Mazembe confirme sa suprématie au niveau africain. Face à SuperSport United, Il arrache le trophée de la Coupe de la CAF (2-1, 0-0). Il devient ainsi le deuxième club le plus titré d’Afrique après Al Ahly du Caire. Pour la deuxième fois consécutive, le TP Mazembe soulève le trophée de la Coupe de la Confédération de la CAF. Après avoir tenu en échec SuperSport United (0-0), en finale …

Lire la suite »

Esclavagisme en Libye : Hypocrisie des artistes congolais

Face aux nombreuses atrocités qui se perpétuent sur le territoire congolais, on ne peut que trouver le comportement de ces artistes dégoûtant. Ils s’émeuvent de ce qui se passe en Libye, mais semblent ignorer la réalité de violences au Kasaï, au Kivu, dans le Nord Katanga et ailleurs encore. C’est le triomphe de l’hypocrisie. L’artiste n’a rien à dire politiquement? Mais quelle est la valeur de l’artiste dans la société? Le peuple congolais souffre de la faim et de la pauvreté, il est bafoué dans ses droits les plus élémentaires, on le tue… Koffi Olomide, Fally Ipupa, Héritier Watanabe et …

Lire la suite »

RDC : À chaque cycle électoral, sa réforme, son ajustement des règles de jeu avant la partie.

En 2011, quelques mois avant la réélection controversée du président Joseph Kabila, la Constitution avait ainsi été révisée pour ramener à un tour – au lieu de deux – le scrutin présidentiel. Et à l’approche des élections initialement prévues fin 2016, un autre projet de loi électorale avait été voté mi-janvier 2015, malgré des protestations violemment réprimées à Kinshasa. N’échappent pas à cette règle tacite les nouvelles échéances projetées à partir de décembre 2018. Adopté à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire, le 14 novembre, un nouveau projet de réforme électorale est porté par Emmanuel Ramazani Shadary. Le document de …

Lire la suite »

RDC : La MP de Kabila au bord de l’implosion

"Joseph KABILA KABANGE" - Discours sur l’Etat de la Nation 2016, mardi 15 novembre 2016

La Majorité présidentielle traverse une zone de très fortes turbulences. Associé jeudi dernier à une réunion politique de la MP, à laquelle ont été conviés les députés nationaux de la MP, Corneille Nangaa, président de la Céni, n’a pas pu convaincre. Les dispositions prévues dans le projet de révision de la loi électorale ne font pas l’unanimité dans les rangs de la famille politique du chef de l’Etat. On n’est plus loin d’une implosion. Comment faire adopter un projet de loi électorale contesté aussi bien par l’opposition que par ses propres alliés ? Une réunion du PPRD, le parti du …

Lire la suite »

RDC : Aucune révision de la Constitution avant la tenue des élections

Les laïcs catholiques estiment que la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 est le passage obligé pour baliser la voie qui mène à des élections apaisées et véritablement démocratiques. Tout autre schéma qui s’écarte de la ligne de conduite tracée au Centre interdiocésain ne fera que raviver la crise. Les fidèles catholiques rappellent les acquis de l’Accord, notamment pas de deuxième mandat pour le président Kabila, aucune révision de la Constitution avant la tenue de prochaines élections… Pendant que la cinquantaine d’évêques catholiques de la République démocratique du Congo se réunissent pour se prononcer sur la crise …

Lire la suite »

RDC : Le projet de révision de la loi électorale ne fait pas l’unanimité

Le projet de loi électorale soumis à l’examen au Parlement comporte bien évidemment des points positifs et négatifs.D’un côté, ce projet a l’avantage de faciliter l’émergence des partis avec une assise nationale. En termes de réduction des coûts des élections, ce projet permet, d’une certaine manière, de réduire le nombre excessif des partis politiques. Ce qui peut influer positivement sur la formation d’un gouvernement, dans la mesure où seuls siègent au Parlement de grands partis disposant d’une assise nationale. Dans un autre registre, le système électoral retenu dans ce projet, qui prend notamment en compte l’apparentement, c’est-à-dire le regroupement de …

Lire la suite »

RDC : Corneille NANGAA veut éliminer Franck DIONGO, voire même physiquement

Malgré la lettre du Ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, adressée à Corneille Nangaa, la CENI n’a toujours pas enrôlé, jusqu’à ce jour, le Député National Franck Diongo qui, du reste, n’a pas encore perdu ses droits civiques. Au cours d’une activité de la CENCO, répondant à une question de journalistes, le Président de la CENI, Corneille Nangaa avait fait savoir que le Président du MLP ne pouvait pas se faire enrôler parce qu’il était condamné par la plus haute juridiction du pays. Face à ces propos, Franck Diongo a réagi farouchement au cours d’une conférence de presse organisée …

Lire la suite »

RDC : … le lit de la balkanisation

Drapeau de la « République des Grands Lacs »

Le combat politique d’aujourd’hui n’est pas anodin, nous ne nous opposons pas que pour des questions de principe. La loi électorale actuelle n’a pas seulement conduit à l’émiettement de l’Assemblée Nationale, mais elle favorise la création des micros partis limités à des portions du territoire national, alors que notre objectif en ce moment historique, devrait être de travailler à la constitution d’une conscience nationale consolidée. Dès lors, favoriser la constitution des embryons de la division, à travers une multiplication à l’infini des partis qui, bien souvent, se confondent à des ethnies, c’est faire le lit de la balkanisation contre laquelle …

Lire la suite »

RDC : Bruno TSHIBALA n’a pas droit à l’erreur

Tshibala, la tête sauvée de justesse, est   attendu, une fois de plus,  ce lundi 27 novembre 2017  à l’Assemblée Nationale.  Même si l’épée de Lokondo n’est  toujours pas encore  replacée dans le fourreau, il va de soi que  l’actuel Premier Ministre, arrivé aux arcanes du pouvoir en avril 2017 et investi en mai 2017, puisse se prendre, lui-même,  au sérieux. Car, en revanche,  il  n’a vraiment pas de droit à l’erreur. Au regard de l’immensité de ses responsabilités, il doit, sans titillements, ni fioriture, jouer sa partition pour l’avancée du processus électoral dont l’examen et l’adoption du   Budget 2018 et …

Lire la suite »

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer