lundi , 18 décembre 2017
Accueil / Société / Justice / Conflit avec Ferré GOLA : Koffi OLOMIDE, un violeur des mineurs en colère
Arrestation de Koffi OLOMIDE
Arrestation de Koffi OLOMIDE, mardi 26 avril 2016, a Kinsahsa.

Conflit avec Ferré GOLA : Koffi OLOMIDE, un violeur des mineurs en colère

Pendant que la justice française l’attend encore et toujours pour être jugé sur le fameux dossier de ‘‘viol et séquestration’’ de danseuses, la star Koffi Olomidé resurgit dans une autre affaire judiciaire, à Kinshasa. Selon nos fins limiers, l’auteur de l’album « Loi » a déposé une plainte à la Police judiciaire, dans laquelle il accuse Ferré Gola de diffamation, injure et imputation dommageable lors de son passage dans une des émissions dans les médias et sur Internet. A cela s’ajoute le non-respect d’un contrat qui date depuis 2005-2006, à l’époque où le jeune chanteur évoluait dans Quartier Latin, renseigne-t-on.

Après deux confrontations directes, le Parquet n’a trouvé aucune pièce à conviction sur base de laquelle Koffi Olomidé a porté plainte contre le chanteur Ferré Gola dit Jésus des nuances. Alors, faute des preuves, le Procureur général de la République a jugé bon de lui accorder une liberté provisoire après avoir passé 24 heures en détention dans un cachot au Casier judiciaire à Kinshasa/Gombe. De son côté, apprend-on, la partie défenderesse tient à appliquer la notion du jugement reconventionnel parce qu’on attribue à Ferré Gola des propos qu’il n’a jamais tenus. Donc, ce qu’on appelle en droit : imputation dommageable et diffamation.

Tout Kinshasa en parle. Mais, personne ne pouvait imaginer que la polémique entre le patron de l’orchestre Quartier Latin et son ex-employé Ferré chair de poule puisse prendre une autre tournure jusqu’à mener les deux stars devant les juges.

Pendant que la justice française l’attend encore et toujours pour être jugé sur le fameux dossier de ‘‘viol et séquestration’’ de danseuses, la star Koffi Olomidé resurgit dans une autre affaire judiciaire, à Kinshasa.

De quoi s’opposent-ils ?

Selon nos fins limiers, l’auteur de l’album « Loi » a déposé une plainte à la Police judiciaire, dans laquelle il accuse Ferré Gola de diffamation, injure et imputation dommageable lors de son passage dans une des émissions dans les médias et sur Internet.

A cela s’ajoute le non-respect d’un contrat qui date depuis 2005-2006, à l’époque où le jeune chanteur évoluait dans Quartier Latin, renseigne-t-on.

Cependant, le 21 novembre 2017, ‘‘Jésus des nuances’’ a été appréhendé au casier judiciaire alors qu’il est venu répondre à une convocation de l’inspecteur. Il a passé 24 heures dans une des cellules de la Police avant que le dossier soit transféré chez le PGR.

C’est ainsi qu’à la date du 22 novembre, les deux artistes avec leurs avocats respectifs se sont retrouvés devant le Parquet général de la République, pour une confrontation directe.

Où et quand Ferré Gola a-t-il tenu des propos malveillants contre Koffi, pour qu’il y ait infractions ? Cette question a été difficile pour les plaignants de prouver la culpabilité de l’accusé.

Ainsi, le magistrat instructeur n’a retenu aucune charge contre l’artiste musicien Ferre Gola dit Le Padre.

«Le Parquet l’a libéré parce qu’on n’a trouvé aucune pièce à conviction (diffamation) sur base de laquelle Koffi Olomide a porté plainte», révèle une source judiciaire au Parquet. D’où, le procureur général a jugé bon de le libérer, faute de preuves. Mais l’affaire reste pendante. « Mon client a été poursuivi pour imputation dommageable par Monsieur Koffi Olomide. L’affaire est en instruction au Parquet général de la République. Nous avons présenté nos moyens de défense. Sur instruction du Procureur général de la République, mon client a regagné son domicile depuis cet après-midi. En ce moment, je ne peux pas encore vous dire grand-chose puisque l’affaire reste pendante », a déclaré Me Hugue Matadi, avocat conseil de Ferré Gola, à la presse.

Quelle leçon Ferré Gola peut-il tirer après sa détention ?

Relaxé après 24h de détention, l’ancien enfant chéri de Wenge Maison Mère de Werrason a aussi réagi mais sous réserve de ses avocats conseils. «Les jaloux vont maigrir. Je vais très bien. D’ailleurs, je suis chez moi à la maison. Les gens de très mauvaise foi ont tenté de nous faire taire par des procédures téméraires et vexatoires, mais en vain. La lutte continue… Ad majoram mea factum est. Le meilleur est ma destinée », a déclaré ‘‘Jésus des nuances’’.

Pour lui, les hostilités sont lancées. Pour dire qu’il se prépare pour une contre-attaque, conformément au droit et aux lois de la République. «Les gens qui réussissent ont deux choses sur leurs lèvres: “sourire et silence”. Le sourire peut résoudre un problème, le silence peut éviter les problèmes. Le sucre et le sel peuvent être mélangés, mais les fourmis ne préfèrent que le sucre. Qu’est-ce que j’avais dit », a indiqué l’auteur de la chanson “Sens interdit”, sur sa page Facebook.

En forme, Ferré Gola confirme, par ailleurs, son spectacle de ce vendredi, 24 novembre, au stade Tata Raphaël, ex-20 mai. Le chanteur va présenter, à l’occasion de la grande finale de la 1ère édition du Tournoi ‘‘Tembe na Tembe’’, qui oppose les supporters de FC Renaissance et DCMP.

Tandis que le Roi du Tcha-Tcho va se produire en concert «Koffi à la carte», le 22 décembre, en la salle ShowBuzz. Toutefois, le dossier qui oppose les deux stars en justice n’a pas laissé indifférents les observateurs avertis. Nombreux pensent que l’Union des musiciens congolais (Umuco) devra promptement intervenir pour trouver un arrangement à l’amiable afin que Ferré Gola et Grand Mopao fument le calumet de la paix. Le président des musiciens, Verckys Kiamwangana, est appelé à jouer son rôle pour réconcilier les protagonistes en ce moment où la musique congolaise a besoin de l’unité pour faire face à la concurrence sur la scène continentale dominée par les ouest africains et surtout à la piraterie qui gangrène le secteur en RDC. Car, dit-on. Vaut mieux un arrangement à l’amiable qu’un mauvais procès.

Viols de Paris

Le chanteur congolais Koffi Olomidé a été mis en examen lundi 13 Février 2012 par une juge d’instruction de Nanterre pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe.

Koffi Olomidé, a selon les quatre danseuses, assouvi sa libido quand bon lui semblait, avec des pratiques digne d’un sadomasochiste, dans un appartement loué pour elles dans la capitale française. Appartement que les jeunes filles ne devaient quitter sous aucun prétexte au risque de se faire brutaliser par les hommes de main du musicien.

Heureusement pour elles, elles auraient réussi à s’échapper et à joindre des assistantes sociales qui, elles auraient aussitôt mis l’affaire entre les mains de la justice. Le chanteur, furieux de les avoir perdues, aurait menacé les parents de ces dernières à Kinshasa, de rembourser leurs frais de séjour et billets d’avion entre autres.

En 2009, alors qu’il allait être mis en examen déjà dans cette affaire, le Gran Mopao, avait regagné précipitamment le pays, de peur d’être incarcéré.

Après son audition le lundi 13 Février 2012, la juge d’instruction Sylvie Daunis avait saisi un juge des libertés et de la détention (JLD) pour obtenir le placement en détention provisoire de Koffi Olomidé. Mais « Mopao Mokonzi, Songe Ya Mbeli » a choisi de fuir en République démocratique du Congo (RDC), sans attendre la décision du magistrat sur ce point.

Koffi Olomidé se déplace librement en Afrique, la justice française doit agir.

[avec Jordache Diala]

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

Argentine : Une enquête parlementaire exigée sur la disparition du sous-marin

Les familles des 44 membres de l’équipage du San Juan, le sous-marin argentin disparu il …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer