jeudi , 23 février 2017
Accueil / Élections / RDC : Diminution de l’espace démocratique

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour et les présidents de deux Chambres du Parlement congolais, Léon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku. « C’était une excellente occasion pour échanger les points de vue sur quelques points, notamment, sur la diminution de l’espace démocratique dans ce pays. Spécifiquement, on a discuté de l’importance d’une loi pour la liberté des manifestations. Nous avons discuté aussi d’une loi pour les défenseurs des droits de l’homme. Et aussi, on a discuté de la ratification de la Charte africaine pour la démocratie, la gouvernance et les élections», a confié M. Andrew Gilmour.

En séjour à Kinshasa, le sous-secrétaire général des Nations unies aux droits de l’homme, Andrew Gilmour, s’est entretenu mardi 22 novembre avec les autorités de la RDC, plus particulièrement sur la question de  « la diminution de l’espace démocratique dans ce pays.»

La diminution de l’espace politique en République démocratique du Congo (RDC) a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour les présidents de deux Chambres du Parlement congolais, Léon Kengo wa Dondo (pour le Sénat) et Aubin Minaku (pour l’Assemblée nationale).

« C’était une excellente occasion pour échanger les points de vue sur quelques points, notamment, sur la diminution de l’espace démocratique dans ce pays. Spécifiquement, on a discuté de l’importance d’une loi pour la liberté des manifestations. Nous avons discuté aussi d’une loi pour les défenseurs des droits de l’homme. Et aussi, on a discuté de la ratification de la Charte africaine pour la démocratie, la gouvernance et les élections», a confié M. Andrew Gilmour.

Toutefois, le sous-secrétaire général des Nations unies aux droits de l’homme n’a pas révélé la réaction de ses interlocuteurs sur ces questions.

Mais, à la question de savoir ce que l’ONU pourrait faire pour que l’espace démocratique en RDC soit de plus en plus ouverte, Andrew Gilmour a estimé qu’il faut « discuter avec les autorités, comment nous les Nations unies nous pourrons soutenir le processus ici dans ce pays, pour avoir les élections crédibles et pour promouvoir le dialogue national. Et surtout de diminuer les tensions ici.»

Le but de sa visite de cinq jours en RDC est «d’exprimer sa préoccupation face aux rétrécissements de l’espace démocratique et la situation des droits de l’homme en RDC», indiquait le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH), quelques heures avant son arrivée à Kinshasa. Après Kinshasa, il se rendra ensuite à Lubumbashi et à Goma.

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Le nouveau 1er ministre est politiquement affaibli

Porté à ce poste en vertu de l’accord politique ayant sanctionné la fin des travaux …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer