jeudi , 23 février 2017
Accueil / Élections / RDC : UDPS, la vérité est têtue !

RDC : UDPS, la vérité est têtue !

« Monsieur BADIBANGA est inconnu dans les registres de l’UDPS parce qu’il n’est plus membres » ! Il n’y a donc pas lieu de faire un lien entre lui et l’UDPS et les Tsisekedi. Malheureusement pour eux, nous vivons à l’ère de l’informatique où tout se conserve. Une vidéo de TVTSHANGU de 3 minutes que voici vient ainsi de leur clouer le bec et clore ce débat inutile : https://www.youtube.com/watch?v=f_PzmQxCz1E&t=86s. Comme on le voit, interviewé par Monsieur Fabien Kusuanika en 2014, alors Félix Tshisekedi chargé des relations extérieures de l’UDPS, confirme lui-même sans ambages que Mr Badibanga n’a jamais été radié ou exclus de l’UDPS. Ces propos sont tenus près de trois ans après que Mr Badibanga ait décidé de siéger à l’assemblée nationale, aux côtés de la sœur de Mr Tshisekedi et tant d’autres récalcitrants, sous l’étiquette « UDPS et alliés ». Si l’UDPS, qui est pourtant dirigé par un éminent juriste Docteur en droit, n’a pas pris la peine de formaliser l’exclusion des « dissidents » qui siégeaient au Parlement, c’est justement pour répondre à leur stratégie qui consiste à mettre leurs œufs dans tous les paniers politiques pour être partout et manger à tous les râteliers ! Mais ils ont oublié qu’on ne peut pas tromper un peuple pour un  temps , mais pas indéfiniment.

Le dernier article de L’ŒIL DU PATRIOTE intitulé « Les masques sont tombés, l’UDPS au service du glissement ! » http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2980-nomination-de-samy-badibanga-1er-ministre-udps-u-service-du-glissement.html  a suscité bien des remous au sein de la communauté congolaise à travers le monde.  Si la majorité des réactions que nous nous avons pu enregistrer étaient plutôt positives et encourageantes, nous avons cependant noté qu’une poignée de quelques fanatiques, aveuglés,  les uns par un esprit purement tribaliste ou mercantile (parce que déjà corrompus), les autres par simple ignorance des jeux de coulisse d’une certaine classe politique congolaise, cette poignée de fanatiques disions-nous, se débat comme un diable dans le bénitier pour défendre l’indéfendable. Mais malheureusement pour eux, la vérité est têtue !

Et pour justifier leur escroquerie politique, ils utilisent exactement l’argument prévu par L’œil du Patriote : « Monsieur BADIBANGA est inconnu dans les registres de l’UDPS parce qu’il n’est plus membres » ! Il n’y a donc pas lieu de faire un lien entre lui et l’UDPS et les Tsisekedi. Malheureusement pour eux, nous vivons à l’ère de l’informatique où tout se conserve. Une vidéo de TVTSHANGU de 3 minutes que voici vient ainsi de leur clouer le bec et clore ce débat inutile : https://www.youtube.com/watch?v=f_PzmQxCz1E&t=86s. Comme on le voit, interviewé par Monsieur Fabien Kusuanika en 2014, , alors Félix Tshisekedi chargé des relations extérieures de l’UDPS, confirme lui-même sans ambages que Mr Badibanga n’a jamais été radié ou exclus de l’UDPS. Ces propos sont tenus près de trois ans après que Mr Badibanga ait décidé de siéger à l’assemblée nationale, aux côtés de la sœur de Mr Tshisekedi et tant d’autres récalcitrants, sous l’étiquette « UDPS et alliés ».

Si l’UDPS, qui est pourtant dirigé par un éminent juriste Docteur en droit, n’a pas pris la peine de formaliser l’exclusion des « dissidents » qui siégeaient au Parlement, c’est justement pour répondre à leur stratégie qui consiste à mettre leurs œufs dans tous les paniers politiques pour être partout et manger à tous les râteliers ! Mais ils ont oublié qu’on ne peut pas tromper un peuple pour un  temps , mais pas indéfiniment.

Monsieur Badibanga est bien un proche de la famille Tshisekedi qui l’a d’ailleurs à ce titre souvent associé à plusieurs de ses tractations les plus sensibles et secrètes, comme le démontrent certaines images des rencontres très stratégiques et secrètes de l’UDPS qui ont précédé le fameux dialogue qui a conduit à la nomination de Badibanga à la primature. Comment peut-on expliquer qu’un cadre de l’UDPS exclu en 2011 puisse participer aux tractations secrètes des leaders de ce parti en 2016 ? Il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages !

Les congolais doivent ouvrir l’œil. Et le bon !  Car les responsables de l’UDPS sont passés maîtres dans l’art du double langage et du double jeu, dans le but de  mieux camoufler leur félonie. A l’heure où les patriotes se mobilisent pour en finir une bonne fois pour toute avec le pouvoir d’occupation en place en RDC, nous devons bannir toute complaisance dans notre approche de la problématique. Ne pas dévoiler le vrai visage de ceux qui trahissent le peuple congolais équivaut à hypothéquer les chances de réussite de ce que nous entreprendrons demain pour libérer totalement la RDC. Nous devons comprendre que la mission principale des collabos est d’empêcher que leurs mentors rwandais ne perdent la main sur la situation qui prévaut en République démocratique du Congo. Ils agissent sous ordre. C’est pour cela qu’ils s’en prennent violemment à toute personne qui gêne ou menace l’œuvre de l’occupation rwandais en RDC. A bout d’arguments, ils recourent à la violence verbale, aux injures et à la calomnie. Du coup, leurs flèches empoisonnées se concentrent vers une cible : Honoré Ngbanda, l’homme à abattre ! Mais réussiront-ils à abattre aussi la vérité que prêche leur cible ?

Journée manquée du 19 Novembre 2016 : À qui le nouveau carton jaune,  à «Kabila» ou au «Rassemblement» ?

On l’avait annoncé comme un rendez-vous historique, une grande journée de mobilisation des congolais contre le régime honni d’Hyppolite Kanambe alias « Joseph Kabila » («Josefou» dans les réseaux sociaux). Mais on a vécu le même scénario que lors rendez-vous passés. Un autre fiasco qui ressemble fort à celui de la journée du 19 septembre 2016. Certes les populations congolaises de l’Est de la RDC, plus motivées et décidées à se débarrasser de la présence rwandaise sur leurs terres, ont réussi à braver les barrières et à manifester leur rejet du pouvoir d’occupation en place. Mais dans l’ensemble du pays et dans la capitale, la « stratégie » du Rassemblement a montré une fois de plus ses limites. «Kabila» et ses collabos congolais ont fait une démonstration de leur génie démoniaque pour étouffer complètement l’action prévue à Kinshasa et ailleurs. Dans la capitale en effet, ils ont organisé un tournoi de football féminin là ou devait se tenir le meeting de Tshisekedi , et ils ont déployé un arsenal militaire impressionnant pour ont-ils dit … « protéger le sexe faible» !

Mais faut-il réellement s’étonner de cet échec puisque la confusion se traduisait déjà par le thème sportif de la journée choisi par le Rassemblement, à savoir «octroyer le 2ème carton jaune à Kabila ». C’est donc ironiquement que « Kabila » et les siens ont choisi eux-aussi de respecter le thème sportif en y organisant un tournoi.

Tiens donc ! Mais où sont passés tous ceux qui soutenaient Ya Tshitshi et promettaient la foudre pour le 19 septembre puis le 19 novembre ? A la lumière de ce qui s’est passé lors de ces deux rendez-vous manqués, que doivent attendre les Congolais pour le 3e rendez-vous du 19 décembre prochain? La foudre ou un autre tournoi de football ?  Où sont donc passé ceux qui ont chanté à tue-tête en 2011 le fameux « zongisa ye na Rwanda »? A-t-on besoin de donner un carton jaune à un joueur rwandais qui ne devrait même pas faire partie d’une équipe congolaise? Un tel tricheur devrait normalement être purement et simplement exclu AVANT le match, si non c’est toute l’équipe qui encourt la disqualification ! Mais au lieu de cela, «le président élu» s’est disqualifié lui-même en reconnaissant désormais « Kabila » comme son « président » dont le mandat devra expirer seulement le 19 décembre prochain !

Toutes ces incohérences sont la conséquence logique d’un mauvais diagnostic d’une bonne partie de la classe politique congolaise. Toutes les solutions préconisées à partir de ce faux diagnostic ne pourront que conduire le peuple congolais d’échec en échec ! Les deux derniers échecs retentissants des 19 septembre et 19 novembre présagent d’un autre échec cuisant le 19 décembre prochain ! Le peuple congolais doit comprendre qu’il n’y a rien à attendre de ces rendez-vous chimériques. Il doit se mobiliser pour un combat dont le seul délai est la victoire du soulèvement national et populaire !

Félix Tshisekedi s’est prononcé clairement contre le soulèvement populaire et contre toute violence contre le régime de «Kabila». Il ignore simplement que les congolais sont depuis 1996 en état de légitime défense suite aux nombreux actes de violences dont ils sont victimes. L’APARECO l’a dit à maintes reprises, pour que le soulèvement populaire ait de véritables  chances de réussir, il doit surprendre les occupants, et pour cela, il ne s’annonce pas et on ne fixe pas un rendez-vous aux assaillants !

Si Hitler avait eu vent du jour, de l’heure et du lieu du débarquement, celui-ci n’aurait probablement eu aucune chance de réussir. La surprise fut un atout important qui a joué en faveur des alliés. Les congolais ne peuvent-ils donc pas apprendre des expériences réussies des autres ? Avec le Rassemblement qui regroupe en son sein des éminents transfuges de la Kabilie, peut-on espérer réussir à surprendre les rwandais à travers un dialogue organisé par eux-mêmes pour conserver leur pouvoir ? Arrêtons de rêver. Soyons sérieux car il s’agit de la vie de nos enfants !

Paris, le 20 novembre 2016
Candide OKEKE
L’ŒIL DU PATRIOTE

Sur kongoTIMES!

A lire aussi

RDC : Diminution de l’espace démocratique

La diminution de l’espace politique en RDC a fait l’objet des entretiens entre Andrew Gilmour …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer